Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Stéphane Hessel, défenseur infatigable des sans-papiers

28 Février 2013, 00:48am

Publié par hugo

Stéphane Hessel, défenseur infatigable des sans-papiers

Le Monde.fr | 27.02.2013 à 11h08
Abonnez-vous
à partir de 1 €
  Réagir  Classer  Imprimer  Envoyer

Partager   google + linkedin

 

Stéphane Hessel (au centre) était associé à Antoine Sanguinetti (à gauche) et Raymond Aubrac (à droite) au sein du collège de médiateurs dans l'affaire des sans-papiers de l'église Saint-Bernard, en 1996.

 

Stéphane Hessel, décédé à l'âge de 95 ans dans la nuit de mercredi à jeudi , était un défenseur ardent de la cause des immigrés et des sans-papiers. En août 1996, il était devenu la figure de proue des médiateurs après l'expulsion de quelque deux cents Africains sans-papiers de l'église parisienne Saint-Bernard.

Stéphane Hessel avait alors estimé publiquement que le recours à la force était"tout à fait inutile", et insisté sur le cas des déboutés du droit d'asile vivant depuis longtemps en France, avec travail et logement.

Au sein du collège de médiateurs, il avait ensuite suivi de très près le dossier des régularisations, et en avait obtenu la quasi-totalité.

CONTRE LE "FANTASME" DES RÉGULARISATIONS MASSIVES

Depuis, l'ancien résistant n'avait cessé de réclamer une politique de l'immigration qui ne transforme pas les migrants en victimes d'injustices. Favorable aux régularisations au cas par cas, à condition qu'elles soient réelles, il s'élevait avec virulence contre "le fantasme" de "l'explosion" que provoquerait "une régularisation de quelques centaines de milliers de clandestins" : "elle ne s'est jamais produite", répétait-il.

Invoquant sa naissance en Allemagne et sa naturalisation française à l'âge de 20 ans, celui qui se qualifiait de "citoyen sans frontières" considérait que "la présence en France d'immigrés de nombreux pays est une richesse". Il estimait que la politique française à l'égard de l'immigration devait être "compatible avec les intérêts nationaux et ceux des pays d'émigration", mais aussi avec "les valeurs fondamentales d'humanité et de solidarité".

L'inlassable défenseur des migrants a poursuivi par la suite son combat en se joignant en 2006 à la campagne menée par RESF (Réseau éducation sans frontières) pour soutenir ou parrainer les enfants scolarisés de familles sans-papiers et menacées d'expulsion.

La même année, il avait apporté son soutien aux expulsés du squatt de Cachan (Val-de-Marne), notant que la plupart étaient en situation régulière et qu'il y avait cependant "le même mépris du gouvernement face aux immigrés".

FERVENT ADVERSAIRE DE BRICE HORTEFEUX

En 2008, il s'était indigné de la politique menée par le ministre de l'immigrationBrice Hortefeux"Depuis des mois, nous assistons au spectacle affligeant et déshonorant d'une chasse, pour faire du chiffre, à des immigrés vivant en France depuis des années, à leurs enfant en classe dans nos écoles", lui avait-il assené lors d'un débat.

S'inquiétant de l'utilisation du terme "immigration choisie" (loi de juin 2006), il lui rappelait que la mobilité des êtres humains figure dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, à la rédaction de laquelle il avait participé.

Il lui reprochait également la brutalité policière récurrente, notamment celle portée en février 2008 à Paris contre un foyer de travailleurs du XIIIe arrondissement de l'association Aftam (Association pour la formation des travailleurs malgaches et africains), dont il a été fondateur et président en 1961.

Associé depuis quelque trente-cinq ans aux efforts pour faire mieux vivre les immigrés en France, Stéphane Hessel souhaitait une politique européenne de l'immigration avec deux objectifs, l'un contre les filières mafieuses de l'immigration, l'autre contre les employeurs illégaux d'immigrés clandestins.

Abonnez-vous
à partir de 1 €
 Réagir Classer Imprimer Envoyer

Partager   google + linkedin

La mort de Stéphane Hessel

Mort de Stéphane Hessel : "La France perd un immense patriote humaniste"

28 Février 2013, 00:46am

Publié par hugo

Mort de Stéphane Hessel : "La France perd un immense patriote humaniste"

Le Monde.fr | 27.02.2013 à 11h19 • Mis à jour le 27.02.2013 à 19h46
Abonnez-vous
à partir de 1 €
  Réagir  Classer  Imprimer  Envoyer

Partager   google + linkedin

 

 

Stéphane Hessel au Studio Harcourt, à Paris dans les années 50.

 

La rumeur qui bruissait dans la matinée sur les réseaux sociaux a été confirmée par son épouse : l'ancien diplomate et résistant Stéphane Hessel est mort dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 95 ans. Les hommages n'ont pas tardé àaffluer, notamment sur Twitter.

Une pétition, ainsi qu'une tribune dans Libération, intitulée "L'indignation doit entrerau Panthéon", appelle même à le faire entrer au Panthéon : "Le message de Stéphane Hessel, cet appel à l'indignation, ce refus de toutes les formes d'injustices doit désormais faire partie de notre héritage commun", disent les signataires, parmi lesquels les écologistes Julien Bayou et Eva Joly.

Six députés socialistes ont aussi demandé à François Hollande "d'organiser un hommage national" à M. Hessel, jugeant qu'il "doit être du niveau de ce que cet homme a donné à la France""Nous avons maintenant une mission : celle detransmettre sa mémoire, ses valeurs et sa pensée qui doivent à tous, et particulièrement aux jeunes générations, nous servir de modèle pour l'avenir", écrivent ces députés dans une lettre au président de la République.

Le président François Hollande a rendu hommage, dans un communiqué diffusé mercredi par l'Elysée, à cette "grande figure, dont la vie exceptionnelle aura été consacrée à la défense de la dignité humaine""C'est au nom de ses valeurs qu'il s'engagea dans la Résistance", souligne-t-il, avant d'évoquer aussi le diplomate qu'il fut "au service de la paix" et l'Européen "marqué par la guerre", qui s'est"mobilisé pour l'unification de notre continent". En outre, ajoute François Hollande,"c'est en humaniste passionné qu'il s'est livré à tous les combats pour les droits de la personne humaine, pour lutter contre les préjugés, les conformismes, les conservatismes""Sa capacité d'indignation était sans limite, sauf celle de sa propre vie. Au moment où celle-ci s'achève, il nous laisse une leçon, celle de ne se résigner à aucune injustice", conclut le communiqué.

Jean-François Copé, président de l'UMP, a salué en Stéphane Hessel "un grand Français", avec sa "force de conviction, sa sincérité" même s'il n'a pas partagé toutes les causes de cet homme de gauche. "Dans une période où nous avons tendance à avoir la mémoire qui flanche, hommage à celles et ceux qui ont tout donné pour le salut de notre pays lorsque celui-ci était fracassé par la tragédie", a encore déclaré M. Copé à propos de celui qui fut une figure de la Résistance.

Le président du CRIFRichard Prasquier, a de son côté souligné que Stéphane Hessel a été "un maître à ne pas penser".  "Il est de notoriété publique que nous étions très opposés à ses prises de position, notamment à sa volonté obsessionnelle de faire de Gaza l'épicentre de l'injustice dans ce monde et du Hamas un mouvement pacifique", écrit le président du Conseil représentatif des institutions juives de France.

Lire : Hessel, un maître à ne pas penser pour le CRIF

Eclairage : Stéphane Hessel, le défenseur opiniâtre des droits des Palestiniens

Le Parti socialiste – via son premier secrétaire Harlem Désir – a rendu un vibrant hommage à Stéphane Hessel, qui avait participé à son dernier congrès. "C'est l'ensemble de notre pays qui est endeuillé : par ses combats et ses valeurs, Stéphane Hessel incarnait une part de l'âme universaliste de la France"écrit le numéro un socialiste dans un communiqué.
 

Le maire PS de Paris Bertrand Delanoë rend quant à lui hommage à"l'humaniste authentique, le résistant indomptable et le penseur généreux qu'il était". "Il nous laisse l'héritage inestimable de sa combativité au service des valeurs universelles de l'homme, et de son sens inaliénable de la liberté", poursuit le maire de Paris.
 

Jean-Marie Cavada, eurodéputé, vice-président du Nouveau Centre, a déclaré dans un communiqué : "Avec la mort de Stéphane Hessel, l'Europe perd l'appui d'un Européen profondément convaincu. Il pensait que la France ne pouvait avoirde destin international qu'à travers une puissante collaboration avec l'Allemagne, et un militantisme pour une fédération européenne. Totalement enraciné dans l'histoire du XXe siècle, Stéphane Hessel avait une personnalité forgée dans les années de guerre, dans les années libertaires des mouvements surréalistes qu'il a côtoyés, et dans le mendésisme qui fut jusqu'à la fin une sorte de biblepolitique."

 Sur son compte TwitterValérie Trierweiler, compagne du président François Hollande, rend ainsi "hommage à Stéphane Hessel, disparu à 95 ans après une vie exceptionnelle".

 

 

Cécile Duflot (EELV), la ministre du logement, qui avait publiquement apporté son soutien à Stéphane Hessel en le plaçant en dernière position sur la liste EELVà Paris pour les élections régionales de 2010, a également réagi sur son compteTwitter : "Tellement de gratitude pour lui, qui disait des poèmes en meeting, et [qui disait] à l'oreille de toujours garder le sourire. Merci, Stéphane Hessel. Merci."

 

Anne Hidalgo, première adjointe au maire PS de Paris, candidate auxmunicipales de 2014, loue un homme qui "portait la cause de la dignité humaine avec humilité et humour", "qu'il s'agisse de la lutte contre la pauvreté ou de son implication dans les parrainages républicains de jeunes sans papiers menacés d'expulsion".

Michel Vauzelle, président PS de la région PACA, estime que "la France perd un immense patriote humaniste".

 

 

Eva Joly, ancienne candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle, "salue la belle mémoire de Stéphane Hessel. L'indignation ne meurt jamais".

 

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, salue "l'indignation jusqu'au bout" de Stéphane Hessel.  "Je veux, au nom du PCF, des militants communistes qui ont partagé de très nombreux combats avec lui, dire combien il fut un homme courageux, de gauche, fidèle à des valeurs, à des principes. Jeune résistant ayant rejoint les Forces françaises libres à Londres en 1941 puis déporté, Stéphane Hessel n'a cessé d'agir tout au long de sa vie pour un monde meilleur, une société plus humaine".

Mont-Saint-Michel : ton univers impitoyable "Dallas à la française" : le maire condamné

28 Février 2013, 00:44am

Publié par hugo

Mont-Saint-Michel : ton univers impitoyable

"Dallas à la française" : le maire condamné

"Dallas à la française" : le maire condamné (© Peter Thornton/Getty Images)
Suivant
Précédent
Peter Thornton/Getty ImagesAFFICHER LES VIGNETTES
Précédent1 de 8Suivant

"Dallas à la française" : le maire condamné

Le maire du Mont-Saint-Michel, Eric Vannier, 60 ans, a été condamné mercredi 27 février à 30.000 euros d'amende, dont 20.000 avec sursis, en correctionnelle à Coutances (Manche) pour prise illégale d'intérêt sur l'un des sites touristiques les plus visités au monde. En cause : le point de départ des navettes. Pour rallier l'archange de l'abbaye et la Grande Rue, les visiteurs passent devant des commerces détenus par Eric Vannier. 
La commune du Mont-Saint-Michel ne compte qu'une petite cinquantaine d'habitants à l'année, dont une dizaine de religieuses. Mais 'le Rocher', classé monument historique depuis 1874, accueille 3 millions de visiteurs par an en moyenne. D'où un business très juteux  et une guerre ouverte entre l'actuel et l'ancien maire. Explications de ce Dallas à la française...

CHANT DE MARINS : QUINZE MARINS

27 Février 2013, 18:58pm

Publié par hugo


Quinze marins


Retour au sommaire --- Retour à la page d'accueil


Long John Silver a pris le commandement
Des marins, et vogue la galère
Il tient ses hommes comme il tient le vent
Tout l'monde a peur de Long John Silver.

(Refrain) 
Quinze marins sur le bahut du mort
Hop là ho ! une bouteille de rhum
A boire et l'diable avait réglé leur sort 
Hop là ho ! une bouteille de rhum


C'est Bill, le second du corsaire,
Le capitaine Smith en colère
Qu'est revenu du royaume des morts 
Pour hanter la cache au trésor.

"Essaie un peu de me contrecarrer
Et tu iras où tant d'autres sont allés 
Quelqu's uns aux vergues et quelqu's uns par d'sus bord 
Tout l'monde pour nourrir les poissons d'abord".

Nous finirons par danser la gigue 
La corde au cou, au quai des pendus
Toi, John Forest, et toi, John Merigue 
Si près du gibet qu'j'en ai l'cou tordu.

Paroles et musique : Michel Tonnerre
(avec l'aimable autorisation de Michel Tonnerre)

Quinze marins ET UNE BOUTEILLE DE RHUMS +PAROLES

27 Février 2013, 18:55pm

Publié par hugo


Quinze marins


Retour au sommaire --- Retour à la page d'accueil


Long John Silver a pris le commandement
Des marins, et vogue la galère
Il tient ses hommes comme il tient le vent
Tout l'monde a peur de Long John Silver.

(Refrain) 
Quinze marins sur le bahut du mort
Hop là ho ! une bouteille de rhum
A boire et l'diable avait réglé leur sort 
Hop là ho ! une bouteille de rhum


C'est Bill, le second du corsaire,
Le capitaine Smith en colère
Qu'est revenu du royaume des morts 
Pour hanter la cache au trésor.

"Essaie un peu de me contrecarrer
Et tu iras où tant d'autres sont allés 
Quelqu's uns aux vergues et quelqu's uns par d'sus bord 
Tout l'monde pour nourrir les poissons d'abord".

Nous finirons par danser la gigue 
La corde au cou, au quai des pendus
Toi, John Forest, et toi, John Merigue 
Si près du gibet qu'j'en ai l'cou tordu.

Paroles et musique : Michel Tonnerre
(avec l'aimable autorisation de Michel Tonnerre)

VIDEO. Des Femen tentent d'attaquer Silvio Berlusconi

25 Février 2013, 01:37am

Publié par hugo

ACCUEIL > MONDE > VIDEO. DES FEMEN TENTENT D'ATTAQUER SILVIO BERLUSCONI

VIDEO. Des Femen tentent d'attaquer Silvio Berlusconi

Créé le 24-02-2013 à 15h28 - Mis à jour à 16h25

Trois femmes, qui ont rapidement été interpellées, portaient toutes inscrites sur le dos le slogan "Basta Berlusconi".

Abonnez-vous au
Nouvel Observateur

Silvio Berlusconi a été attaqué par trois féministes aux torses nus alors qu'il s'apprêtait à voter, dimanche 24 février. (GIUSEPPE CACACE / AFP)

Silvio Berlusconi a été attaqué par trois féministes aux torses nus alors qu'il s'apprêtait à voter, dimanche 24 février. (GIUSEPPE CACACE / AFP)

Trois féministes se sont lancées torse nu vers Silvio Berlusconi, alors qu'il s'apprêtait à entrer dans son bureau de vote dimanche 24 février à Milan pour participer aux élections générales en Italie où il est lui-même candidat.

Les femmes, qui portaient toutes inscrites sur le dos le slogan "Basta Berlusconi" (Berlusconi ça suffit), ont été immédiatement interpellées et le "Cavaliere" a pu procéder au vote devant la nuée de photographes et cameramen.

Arrivées derrière la barrière de journalistes et photographes, les manifestantes ont couru pour se frayer un passage et sauter par dessus les barrières avant de se lancer, sans l'atteindre, sur l'ex-chef du gouvernement.

La scène quelque peu chaotique, entre cris des manifestantes et des électeurs surpris ajoutés aux pleurs des enfants apeurés, s'est terminée rapidement avec l'interpellation des manifestantes.

"L'Italie ne doit pas voter pour quelqu'un qui devrait être en prison"

Dans l'après-midi, le mouvement Femen a revendiqué l'opération: "trois sextremists (sic) ont mené une attaque contre cet idiot de Berlusconi alors qu'il se préparait à voter", a indiqué le groupe sur son site web. Pour ces militantes, "l'Italie ne doit pas voter pour quelqu'un qui devrait être en prison".

Les Femen sont connues depuis 2010 pour leurs actions "topless" en Russie, en Ukraine ou encore à Londres. En septembre, elles ont installé à Paris "le premier centre d'entraînement" au "nouveau féminisme". Ces féministes d'un nouveau genre militent également pour la démocratie et contre la corruption.

Le 13 janvier dernier, elles s'étaient déshabillées sur la Place Saint-Pierre pendant l'Angelus du pape afin de protester contre l'opposition du Vatican au mariage gay.

La Commission européenne oblige les pays touchés par la crise à privatiser l’eau

24 Février 2013, 05:27am

Publié par hugo

La Commission européenne oblige les pays touchés par la crise à privatiser l’eau

Un communiqué de presse émis aujourd’hui par France Libertés – Fondation Danielle Mitterrand, la Coordination Eau Ile de France et ATTAC

eau_robinet

Bruxelles – La Commission européenne promeut délibérément la privatisation des services de l’eau comme l’une des conditions imposées dans le cadre des plans de sauvetage, a-t-elle reconnu dans une lettre adressée aux groupes de la société civile. La direction du commissaire européen Olli Rehn a répondu aux questions posées dans une lettre ouverte, écrite par des organisations de la société civile, concernant le rôle joué par la Commission quant à l’obligation de privatisation imposée par la Troïka à la Grèce, au Portugal et dans d’autres pays. Aujourd’hui, dans une deuxième lettre au commissaire Rehn, les organisations exigent qu’il « s’abstienne dorénavant de toute pression imposant des conditions de privatisation de l’eau ».

Le fort appui de la Commission pour la privatisation va à l’encontre de la tendance croissante en Europe et ailleurs à constater que la privatisation ne livre pas forcément les bienfaits annoncés. Paris et d’autres villes ont récemment re-municipalisé leurs services d’eau en raison de mauvaises expériences avec la privatisation. En 2004, le gouvernement néerlandais a adopté une loi interdisant la délégation du service public de l’eau au secteur privé et la Cour constitutionnelle italienne a jugé que toute législation future tentant de privatiser les services publics serait inconstitutionnelle.

Dans sa réponse, la Commission n’a pas avancé le moindre argument permettant d’appuyer sa position, et ce alors que la recherche montre que les services publics sont souvent plus efficaces que ceux du privé. Elle enfreint également des articles clés du Traité de l’Union Européenne prévoyant sa neutralité concernant le régime de la propriété des services de l’eau [1].

Certains eurodéputés ont déjà posé une question à la Commission pour demander des éclaircissements sur la contradiction entre les recommandations de la Troïka et la neutralité requise de la Commission.

« Cela montre vraiment comment la Commission a perdu contact avec la réalité. Leurs arguments idéologiques ne sont pas fondés sur des faits attestés et vont jusqu’à ignorer la volonté démocratique du peuple », a déclaré Gabriella Zanzanaini, de Food & Water Europe.

« La Commission doit s’expliquer sur bon nombre de points. Non seulement il n’existe pas de preuve pour soutenir l’idée que le secteur privé est plus efficace, mais il y a aussi une très forte résistance du public face à la privatisation. Les citoyens européens ne reculeront pas facilement sur ce sujet », A déclaré Jan Willem Goudriaan de la Fédération Syndicale Européenne des Services Publics (FSESP).

Alors que les mouvements à travers l’Europe s’intensifient pour lutter contre la vente de l’eau publique, une première Initiative Citoyenne Européenne a été lancée pour promouvoir la mise en œuvre du droit à l’eau pour tous en Europe et afin que l’approvisionnement en eau et la gestion des ressources en eau ne soient pas soumis à aux « règles du marché intérieur » tout en étant exclus de la libéralisation.

[1] La « neutralité » sur la question des régimes de la propriété public ou privé des services de l’eau est présenté dans l’article 345 TFEU et Art. 17 1 de la Directive 2006/123/EC relative aux services dans le marché intérieur

Télécharger le communiqué de presse :

Depardieu au Bolchoï, de retour en Russie

24 Février 2013, 04:55am

Publié par hugo

D epardieu au Bolchoï, de retour en Russie

L'acteur français Gérard Depardieu, de retour en Russie, dont il a pris la nationalité après une polémique en France, a visité vendredi le Bolchoï avec le ministre de la Culture, parlé de projets à la télévision, et devait aussi rencontrer le patriarche orthodoxe.

Photographe : Savo Prelevic :: L'acteur Gérard Depardieu lors d'un voyage au Monténégro, le 8 janvier 2013photo : Savo Prelevic, AFP

"Je suis heureux d'avoir la nationalité russe, parce que j'ai toujours aimé la culture et la littérature russes", a répété l'acteur, arrivé la veille au soir à Moscou, et cité par l'agence Itar-Tass

La télévision publique russe l'a montré visitant le Bolchoï en compagnie du ministre Vladimir Medinski, discutant de Pouchkine et énumérant de grands noms de la culture russe : "beaucoup de choses ici sont liées aux noms de compositeurs, chanteurs, danseurs - Tchaïkovski, Prokofiev, Nijinski", a souligné Gérard Depardieu, selon Itar-Tass.

C'était la première visite de l'acteur français au premier théâtre de Russie, selon la chaîne de télévision Rossia 24.

"Nous avons discuté avec Vladimir (Medinski, ndlr), et sommes convenus de faire une sorte de feuilleton à la télévision avec des héros russes", a poursuivi l'acteur, selon Interfax.

  • voir (1 
  • lire (4 
  • 21 fév 17:03
    lemondefr

    Gérard Depardieu : 3 questions à Raphaëlle Bacqué

     

Selon le Fonds d'archives cinématographiques russes, dont le directeur Nikolaï Borodatchev est son ami, il devait aussi s'entretenir avec le patriarche de toutes les Russies Kirill, chef de l?Église orthodoxe.

Il est également attendu en fin de journée à l'inauguration après travaux du cinéma Illusion, une salle célèbre de la capitale dont M. Borodatchev est également directeur, selon le site du Fonds.

Samedi, Gérard Depardieu est attendu à Saransk, capitale de la république de Mordovie, où les autorités locales doivent procéder à l'enregistrement de son adresse officielle de résidence en Russie.

Les médias russes ont pratiquement tous relevé, citant des sources locales, que l'adresse de l'acteur serait la "rue de la Démocratie" (Demokraticheskaïa), une artère du centre de cette ville de 300.000 habitants située à 650 kilomètres à l'est de Moscou.

Le site de cartographie yandex maps offre en ligne des vues de cette rue typique d'une ville de province russe, précisant par ailleurs qu'elle est située dans le quartier Lénine (Leninski).

Les agences ont indiqué que l'acteur français serait enregistré à l'adresse de membres de la famille de Nikolaï Borodatchev, originaire de la région.

Selon l'agence Itar-Tass, cette procédure officielle va être matérialisée par un tampon sur le passeport russe de M. Depardieu.

Interfax rapporte que cette formalité sera officialisée au cours d'une cérémonie au Théâtre d'art dramatique de Saransk, en présence notamment d'invités "de l'intelligentsia nationale" mordove et de responsables régionaux.

Gérard Depardieu a déclaré qu'il resterait une semaine dans la région.

Il devrait notamment visiter plusieurs entreprises de l'industrie alimentaire, selon Itar-Tass.

L'acteur, âgé de 64 ans, s'était vu offrir début janvier la nationalité russe par le président Vladimir Poutine, après une polémique avec le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault, qui avait qualifié de "minable" sa décision de quitter la France pour la Belgique pour des raisons fiscales.

Il avait à cette occasion qualifié la Russie de "grande démocratie" et critiqué l'opposition russe.

Des membres de l'opposition russe, et nombre d'internautes, avaient réagi vivement aux déclarations de l'acteur.

Le leader du Front de gauche russe, Sergueï Oudaltsov, l'avait invité à participer à une manifestation en Russie pour prendre le pouls de la démocratie russe.

Après avoir rencontré M. Poutine début janvier, il s'était déjà rendu en Mordovie, une région par ailleurs connue pour ses camps de détention. Un des deux membres emprisonnés du groupe contestataire Pussy Riot y purge sa peine de deux ans pour une "prière punk" anti-Poutine chantée il y a un an dans la cathédrale de Moscou.

M. Depardieu, qui a précisé en janvier qu'il restait "français" et qu'il maintenait par ailleurs son intention d'acquérir la nationalité belge, n'a du reste pas indiqué s'il comptait résider à Saransk.

Le quotidien russe Komsomolskaïa Pravda avait cité à la mi-janvier son ami Nikolaï Borodatchev, selon lequel l'acteur avait demandé de lui faire construire une "belle maison en bois" près de Moscou.

Sa nouvelle visite en Russie intervient quelques jours avant la visite à Moscou du président français François Hollande, les 27 et 28 février prochains.

Le site

Sexisme : Les handballeuses doivent-elles porter la jupe ?

24 Février 2013, 04:51am

Publié par hugo

Sexisme : Les handballeuses doivent-elles porter la jupe ?

Publié par la rédaction Société, il y a 4 jours.
Dans le dossier Sexisme

Le milieu du handball féminin s’enflamme depuis quelques jours autour d’une possible obligation du port de la jupe chez les joueuses. Un débat vieux comme mes robes, c’est le cas de le dire, revient sur le terrain : celui de la condition de la femme en milieu sportif…

Tout a commencé lorsque le site Femmes de Sport a évoqué via son compte Twitter, une rumeur concernant la ligue féminine de handball (LFH) : « Une source d’un club nous a dit que la LFH et les clubs discuteraient d’une obligation de jupette pour l’an prochain ». Un post qui a immédiatement enflammé le petit monde du handball féminin, et suscité de vives réactions de la part de certaines joueuses.

Ainsi, Léa Terzi, a réagi en publiant sur son blog un long texte intitulé « Je ne veux pas quitter mon short ! ». La jeune femme, qui évolue à Dijon, y explique qu’elle ne comprend pas cette décision ni les raisons qui la motivent. « À l’heure où le Ministère des Droits des Femmes abroge une ordonnance datant du 17 novembre 1799 interdisant aux parisiennes de porter un pantalon, afin de respecter l’égalité entre les hommes et les femmes (...), je trouve dommage que notre Ligue professionnelle féminine envisage un caractère OBLIGATOIRE à la jupette. » Léa Terzi va même plus loin, en qualifiant de « sexiste » une telle obligation vestimentaire, qui rabaisserait les joueuses à leur genre et non pas à leurs performances sportives.

handball féminin, jupe, handballeuses, LFHVoir les 1 médias de la galerieL’affiche de la Coupe de la Ligue féminine de handball : une ode à la féminité ?

Machisme sportif ?

Du côté des dirigeants sportifs, plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer la proposition. Tout d’abord, le « confort des joueuses », qui reste cependant à démontrer… Pour Fabienne Broucaret, bloggeuse sportive engagée pour la parité, et auteure d’un article dans Le Nouvel Obs sur le sujet, la principale motivation des hautes sphères du sport pour légitimer le port de la jupette seraient « les retombées marketing ». Montrer ses gambettes, on le sait, plait aux hommes. Une équipe en jupe plutôt qu’en short permettrait donc d’accroître la visibilité pour un sport qui, comme beaucoup d'autres, est victime de la suprématie masculine. « Instaurer l’obligation du port de la jupe, c'est aussi rappeler aux handballeuses qu'elles sont des femmes et qu'il faut que cela se voie. Car une femme est d'abord "un être-perçu" pour reprendre l'expression de Bourdieu » explique Fabienne Broucaret.

Pour Léa Terzi, cette stratégie porte à controverse. « Pendant un match nous ne sommes pas là pour être sexy, belles ou jolies, mais pour mettre des claques à l’adversaire et gagner la rencontre. En voulant créer le buzz autour de la jupe on réduit nos supporters à de simples amateurs de belles gambettes. Ils sont avant tout des amateurs de sport, de handball, et le port de la jupe n’y changera rien. » écrit-elle.

Pour l’instant, la LFH n’a pas commenté la prochaine obligation du port de la jupe pour les joueuses. Comme les tenniswomen, les hockeyeuses sur gazon ou les patineuses artistiques, Léa Terzi et ses partenaires devront-elles bientôt laisser leur short au vestiaire ? Affaire à suivre…

À lire aussi : Jeux Olympiques 2012 : Du sexisme dans l'air !