Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Harcèlement de rue - Cam Clash,femmes,violences,

31 Mars 2017, 22:58pm

Publié par hugo

Ajoutée le 19 févr. 2015
Harcélement de rue - Cam Clash
Retrouvez Camclash sur Facebook & Twitter. Avec cette émission, France 4 s’attaque aux clichés et ouvre le débat sur les incivilités et les discriminations qui nous concernent tous. Tout commence par les histoires vraies des témoins de Cam Clash. Ils ont tous été victimes de situations injustes ou discriminantes et racontent leur expérience à Baptiste Etchegaray. Puis, l’émission reproduit avec des complices la situation qu’ils ont vécue. Le but ? Tester les réactions des gens en les confrontant à un clash. Qui va réagir, s’insurger ? Qui va détourner le regard, rester indifférent ?
Catégorie
Films et animations
Licence
Licence YouTube standard

https://www.youtube.com/watch?v=ctpEZiL2OB8

Vous me traitez de "chienne de chienne", je vous réponds avec mon rap,femmes,sexisme,

31 Mars 2017, 22:35pm

Publié par hugo

Vous me traitez de "chienne de chienne", je vous réponds avec mon rap
Je n’avais pas prévu de faire du rap, ni engagé, ni féministe. Plus j’écrivais, plus venait le besoin de créer du sens et donner mon identité à mes textes.
 30/03/2017 11:27 CEST | Actualisé 30/03/2017 11:28 CEST

Chilla  Chanteuse et rappeuse
Jamais je n'aurais imaginé rédiger une tribune un jour dans ma vie mais nous y voilà...

Cet exercice m'a poussé à effectuer un travail de pensée et ainsi interpréter des souvenirs qui s'avèrent, inconsciemment, le fondement-même de ma démarche artistique.

Je n'avais pas prévu de faire du rap, ni engagé, ni féministe. Les mots m'étaient nécessaires pour chanter des mélodies ou des idées de flow, et plus j'écrivais, plus venait le besoin de créer du sens et donner mon identité à mes textes. Naturellement mon inspiration vient de mon histoire, de celle de mes proches, des évènements ou sujets auxquels je suis exposée dans mon quotidien: rien de très engagé à première vue.

Mais la magie de l'écriture s'effectue et pleins de choses inattendues sortent instinctivement. Je n'ai réalisé que récemment la force de la transmission, et l'impact de certains sujets, mes écrits ont dépassé mes objectifs, les mots sont devenus des maux: je voulais faire de la musique, sans calculer, en écrivant mes ressentis personnels, les sujets qui me touchent, et faire des constats positifs ou négatifs de mon quotidien de jeune femme.

Déjà gamine je refusais la soumission, repoussais le modèle de genre. Je faisais de la danse et du foot à la récré, jouais avec les copines, cognais avec les copains, pleurais sur du Rnb et criais sur du RAP. J'avais peur de rentrer dans une case, je voulais être comme ma mère: une guerrière.

Des modèles incroyables ils ont été mes parents! A l'antipode des clichés préconçus d'une société oppressante. D'année en année j'ai pris conscience de la place énorme que prenaient les stéréotypes en tous genres, de la difficulté à les surpasser et de leurs encrages dans les esprits. Ayant été témoin des nombreux combats de ma mère, j'ai moi-même entamé ma bataille personnelle: vivre de ma passion, de la musique. Puis s'est ajoutée la quête: donner du sens à cette passion.

Elle me fait perdre mes moyens, la page. Pas celle que j'effleure d'un sujet léger. Celle qui noircit, où je m'ouvre, fais le bilan, pose des sujets graves, blessants, mélancoliques ou intimes. Cette page blanche est ma pire ennemie parfois, certains sujets sont trop à vif.

Mais une évidence m'a frappé en lisant un commentaire me définissant de "chienne de chienne": parler d'un poids trop lourd, tomber le masque, affronter la peur et faire cette chose que je ne peux pas faire dans la rue lorsque je me fais harceler. RÉPONDRE, et répondre fort en arrêtant de penser qu'il est normal de se taire quand la seule raison est de se protéger.

 

Car oui je crois qu'il est nécessaire de dénoncer les inégalités et lutter contre les comportements sexistes, violents, et abusifs. Oui je crois qu'il est nécessaire de rééquilibrer les genres et pense que l'égalité et la parité font partie des priorités pour toutes les femmes d'ici et d'ailleurs et nos générations futures. Oui je dois prendre l'initiative de prendre la parole à ce sujet car il me pourrit la vie tous les jours comme une majorité de femmes en France dans leur travail, foyer, ou quartier.

Nous voulons la paix, notre liberté, je veux me battre contre les oppositions constantes entre les femmes et les hommes et si sur certains morceaux j'ai envie de grossir l'absurdité des stéréotypes de comportements préétablis avec cynisme et ironie, c'est ma liberté: vivre ma musique comme je l'entends. Si mon discours parle aux gens et est un vecteur, je ne peux en être que reconnaissante et honorée.

Je finirai en citant Anaïs Bourdet: "Être femme c'est se battre contre la peur, contre la violence, contre nos angoisses. C'est faire partie d'un groupe qui se nomme pas, une sonorité invisible, qui ne se doute même pas de sa force incroyable (...) être femme c'est mériter la lune et aller la décrocher soi-même"

 

Pour aller plus loin:

Vous pouvez vous abonner à la page Facebook de Chilla, la suivre sur Twitter ou Instagram.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr
Lire aussi :

• Les femmes sont phénoménales, comme ce clip sur un poème féministe

• Cette ado improvise un discours magistral sur l'égalité des sexes

• Non, l'agression que j'ai subie n'est pas un acte isolé

• Pour suivre les dernières actualités sur Le HuffPost C'est La Vie, cliquez ici

• Deux fois par semaine, recevez la newsletter du HuffPost C'est La Vie

• Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:


PLUS: Cest La Vie  Culture  Féminisme  Harcèlement De Rue  Rap
Envoyer une correction

http://www.huffingtonpost.fr/chilla/vous-me-traitez-de-chienne-de-chienne-je-vous-reponds-avec-mo_a_22018322/

Preuves d'amour : celles que l'on garde, celles que l'on jette,amours,couple,

31 Mars 2017, 22:23pm

Publié par hugo

Preuves d'amour : celles que l'on garde, celles que l'on jette

Article par Bénédicte Flye Sainte Marie , le 10/01/2013 à 17h54 , modifié le 07/02/2013 à 14h56 0 commentaire
Cadeau couple
ZOOM
Selon le poète Pierre Reverdy, elles seraient plus importantes que l'amour lui-même. Oui mais non... Car si certaines nous transportent de bonheur, d'autres auraient plutôt tendance à nous plomber durablement l'humeur. Avis à vous, les garçons !

On adore

 

Qu'il veuille bien s'engager à nos côtés : A notre époque du kleenex-love où l'on se sépare à la première contrariété, où les hommes de notre génération préfèrent généralement butiner plutôt d'envisager une relation stable, on est carrément bluffée que notre chéri ait le cran de franchir à nos côtés des étapes aussi décisives que l'emménagement sous le même toit , le mariage, le PACS, le bébé...


Qu'il ose pleurer de joie: Ses larmes sont rares. On apprécie d'autant plus de les voir couler, surtout quand ça lui vient au moment où on accepte de lui dire oui pour la vie...
Qu'il ait un regard totalement subjectif sur nous et notre physique : Même si on a pris cinq kilos l'été dernier à force d'enchaîner les glaces, les chouchous et les crêpes, il nous trouve toujours aussi belle et svelte qu'avant. Voire encore plus sublime...


Qu'il nous arbore tel un trophée : Il aurait décroché le cœur de Miss France en personne, il n'en serait pas plus fier. Il nous a présenté non seulement à sa famille mais aussi à ses potes, ses collègues, son patron, sa voisine...


Qu'il nous fasse des cadeaux à usage personnel : A chaque fois qu'on lui parle de quelque chose qui nous tente, Chéri prend mentalement des petites notes. Et qu'est-ce qu'on retrouve dans nos souliers, sous le sapin ? Exactement la robe, le sac, les chaussures qui nous ont fait craquer !

 

 

On refuse

 

Qu'il doute et s'enferre dans la jalousie : On apprécie qu'il montre qu'il tient à nous. Moins qu'il remette en cause tout ce qu'on peut lui raconter ( "Tu es sûre que tu étais bien avec Géraldine cet après-midi ?") ou nous fasse un esclandre dès qu'on regarde plus d'une demi-seconde un autre garçon dans la rue.


Qu'il nous harcèle de coups de fils : Même problème avec le téléphone... OK pour deux ou trois appels dans la journée, pas pour un compte-rendu détaillé de vos activités toutes les dix minutes. Vous avez besoin de re-spi-rer !


Qu'il nous impose sa famille en permanence sous prétexte de nous intégrer : Contrairement à ce qu'il a l'air de penser, c'est tout sauf un progrès pour notre couple d'être coincés tous les week-end avec sa môman chéri et sa sœur fusionnelle. Elles jubilent, vous ( et vos sentiments) dépérissez.


Qu'il chante faux pour nous déclarer sa flamme : C'est plus anecdotique. N'empêche que vous passeriez largement du fait qu'il entonne "Le géant de papier" ou "Entre nous" à pleine voix devant soixante personnes hilares.


Qu'il nous fasse des cadeaux à usage domestique : Rien que tel qu'un joli mixeur ou qu'une centrale- vapeur pour nous glacer les sangs. Pétrifiée à l'idée de finir comme sa mère en bobonne intégrale, on a envie de rompre sur le champ...

http://www.plurielles.fr/amours/couples/preuves-d-amour-celles-qu-on-garde-celles-qu-on-jette-7764162-402.html

"13 Reasons Why" : pourquoi ce nouveau regard sur le harcèlement est important,,violences,adolescent,sante,suicide,

31 Mars 2017, 21:40pm

Publié par hugo

"13 Reasons Why" : pourquoi ce nouveau regard sur le harcèlement est important
ÉDITO - La nouvelle série originale Netflix, produite par Selena Gomez, sort ce vendredi 31 mars. On vous explique pourquoi c'est important de se plonger dans la problématique du harcèlement scolaire. Garanti sans spoiler.

"13 Reasons Why" est une série originale Netflix, diffusée à partir de ce vendredi 31 mars
"13 Reasons Why" est une série originale Netflix, diffusée à partir de ce vendredi 31 mars
Crédit : Netflix
ArièleBonte 
Arièle Bonte 
Partager l'article
PUBLIÉ LE 31/03/2017 À 07:05
“Hey, c’est Hannah. Installe toi parce que je vais te raconter l'histoire de ma vie, ou plutôt pourquoi elle a pris fin. Et tu en es l’une des raisons”. Voilà comment commence, en gros, 13 Reasons Why, la nouvelle série originale de Netflix, produite par - entre autres - Selena Gomez, et disponible sur la plateforme de vidéos en ligne dès vendredi 31 mars.

Basée sur le roman Treize raisons de Jay Asher, cette fiction raconte l'histoire de Hannah, une ado d'une petite ville américaine qui a laissé, derrière son suicide, une série de 13 cassettes audio. Quand on appuie sur play, Hannah s'adresse à plusieurs de ses camarades et leur explique quel(s) rôle(s) ils ont joué dans sa mort. 

À lire aussi
Kayane, championne de e-sport, raconte son harcèlement sur Twitter
HARCÈLEMENT
Twitter : une championne de jeux vidéo raconte son calvaire avec son harceleur
Certes, on a vu plus optimiste comme intrigue. Pourtant, malgré ses références vintage (qui écoutent encore, à l'ère de Snapchat et des podcasts des cassettes audio, je vous le demande ?), cette série est on ne peut plus nécessaire. Explications. 


13 Reasons Why - Bande-annonce principale - Netflix
Durée : | Date : 30/03/2017
Des mots qui peuvent tuer

Le harcèlement scolaire peut coûter la vie. Ce n'est pas une fiction Netflix. Car même si une étude européenne publiée l'année dernière assure que le harcèlement a reculé de 15% entre 2010 et 2014, les victimes sont toujours (trop) nombreuses. En particulier dans les écoles, collèges et lycées français où 700.000 élèves subiraient ainsi menaces, insultes et humiliations quotidiennes.

N'y voyez pas de simples chamailleries entre jeunes. Le harcèlement est un sujet grave, qui a le triste privilège de pouvoir se venter d'une journée nationale (le 3 novembre) depuis 2015. Sa nécessité s'est une fois de plus confirmée début mars, lorsqu'une jeune fille de 13 ans s'est jetée du 7ème étage de son immeuble, près de Rouen. L'adolescente était, comme Hannah dans 13 Reasons Why, victimes de harcèlement et de menaces sur son téléphone portable. 

On a pu visionner les premiers épisodes de la série, portée par l'incroyable (et illustre inconnue) Katherine Langford dans le rôle de l'héroïne disparue. Un personnage que l'on apprend à découvrir au fur et à mesure des épisodes et qui se révèle pétillant, plein de vie et, surtout, loin des clichés habituels des séries télé. 

Expérimenter la réalité pesante du harcèlement


Le harcèlement du 21ème siècle : dans la vraie vie et sur les réseaux sociaux
Crédit : Netflix
"Je ne saurais peut-être jamais pourquoi vous avez fait ça. Mais je peux vous montrer ce que l'on ressent". Vous vous souvenez du journal intime de Tom Jedusor dans Harry Potter et la Chambre des Secrets ? Ce carnet a permis à Harry de voyager dans l'esprit du jeune Voldemort, de se mettre à sa place et d'expérimenter une toute partie de sa vie. Jusqu'à en ressentir les mêmes émotions que lui.

Dans 13 Reasons Why, ce journal magique est remplacé par ces fameuses cassettes audio qui font résonner la voix de Hannah d'épisode en épisode. C'est Clay, camarade de classe (et ami ?) de la jeune fille, qui reçoit le mystérieux paquet contenant ces enregistrements. Il est le premier à en découvrir le contenu, son casque vissé sur les oreilles. Et c'est donc à travers la voix de Hannah et ses yeux à lui que l'on revit, en tant que spectateur, les événements qui ont poussé la jeune fille au suicide.

Les scènes violentes physiquement comme psychologiquement s'enchaînent. Clay traverse alors la souffrance de son amie... tout comme nous, spectateur impuissant, à la fois victime et bourreau de Hannah. Une position qui nous met mal à l'aise mais qui permet de varier les points de vue et de réaliser à quel point le harcèlement n'est pas à prendre à la légère. Jamais. 

En finir avec la victime comme outsider

Autre point important de 13 Reasons Why : il nous montre qu'une ado - a priori - ordinaire et heureuse peut en venir au suicide. La victime de harcèlement n'a (dans cette série comme dans la vraie vie) rien à voir avec l'outsider que l'on peint dans la plupart des fictions : le weirdo de service, solitaire, passionné par les sciences ou l'écriture de poèmes torturés. 

Non, la victime de harcèlement est une personne comme vous et moi. On ne soupçonne pas toujours son mal-être. Parce qu'elle sait le cacher. Et, comme Hannah, c'est une ado joyeuse, qui a des passions, des amis, une famille, tout un univers qui gravite autour d'elle et qui lui permet (ou non) de tenir le coup face à ses harceleurs. 

Le poids des réseaux sociaux

Si Hannah a choisi de transmettre son message à ses harceleurs par la parole via des cassettes audio, ce n'est pas hasard. Cette méthode old school contraste avec l'omniprésence des réseaux sociaux où prendre un selfie devant le casier de l'ado décédée devient cool.

Avec les réseaux sociaux et smartphone, la pression est constante et les limites n'existent plus. Même dans sa chambre, Hannah n'est pas à l'abri de se faire agresser. Les mots qu'elle reçoit de la part de ses camardes ne transforment en véritable armes venant la toucher au plus profond de son intimité.

Si 13 Reasons Why semble promettre un éprouvant voyage de 13 épisodes, la série a le mérite de mettre au centre de son intrigue un fléau dont on parle trop peu. Grâce à Netflix, vous pourrez l'expérimenter, et réfléchir à deux fois avant de fermer les yeux sur une situation de harcèlement. Que vous soyez ou non proche de la victime. Car le harcèlement est l'affaire de tous et si le suicide d'une jeune fille tient à un mot, la sauver peut également passer par là.

LA RÉDACTION VOUS RECOMMANDE
"Black Mirror" : une série qui fait flipper et qu'on applaudit pour sa diversité
"13 reasons why" : 4 choses à connaître sur la nouvelle série de Netflix
"Riverdale" : les 4 forces de ce nouveau teen drama
"The OA" : 3 théories autour de la série énigmatique de Netflix

http://www.rtl.fr/girls/identites/13-reasons-why-pourquoi-ce-nouveau-regard-sur-le-harcelement-est-important-7787886967

Journée de l’égalité salariale : 3 chiffres que vous ne soupçonnez pas,egalite,parite,salaire,economie,emplois,femmes,articles femmes hommes,

31 Mars 2017, 21:35pm

Publié par hugo

Journée de l’égalité salariale : 3 chiffres que vous ne soupçonnez pas
La 9ème édition de l’Equal Pay Day a lieu ce vendredi 31 mars. Cette année, cette journée s'intéresse aux femmes dans les sciences.

Pauley Perrette joue Abigail Sciuto, agent scientifique dans la série "NCIS)
Pauley Perrette joue Abigail Sciuto, agent scientifique dans la série "NCIS)
Crédit : CBS Paramount Network Television
ArièleBonte 
Arièle Bonte 
Partager l'article
PUBLIÉ LE 31/03/2017 À 13:47
Détrompez-vous, l'égalité salariale entre les hommes et les femmes est loin d'être acquise, en France. Avec 25,7% d'écart de salaire entre les femmes et les hommes en 2016 (à compétences égales, poste de valeur égale), les efforts restent à faire.

Les initiatives pour dénoncer les inégalités se multiplient d'ailleurs dans l'Hexagone. Exemples avec le 8 mars dernier, quand des associations ont appelé à la grève pour dénoncer les inégalités ou encore le 7 novembre dernier où certaines Françaises ont quitté le travail à 16h34, l'heure à laquelle elles n'étaient plus payées. La dernière en date ? L'Equal Pay Day, ce vendredi 31 mars, organisé par l'association Business & Professional Women (BPW).

À lire aussi
Jacques Cheminade
PRÉSIDENTIELLE 2017
Présidentielle 2017 : Cheminade et son projet pour les droits des femmes
Pour cette 9ème édition, BPW s'est penché sur les professions scientifiques. L'occasion de faire l'état des lieux de la place des femmes dans ce domaine et de découvrir quels clichés et stéréotypes de genre se perpétuent à l'échelle européenne. Bilan (en trois chiffres) des investigations menées à l'occasion de cette journée. 

10%

Si 36% des chercheurs entrés en 2014 au CNRS (Centre nationale de la recherche scientifique) toutes disciplines confondues étaient des femmes, seulement 10% occupent des postes de direction. Preuve que, comme dans beaucoup de domaines, si les métiers dits historiquement "masculins" se féminisent enfin, les décisions se prennent toujours - en grande majorité - par des hommes.

50%

La moitié des femmes qui commencent une carrière en Sciences et Ingénierie arrêtent avant d'accéder à un poste de manager. Une donnée qui nous laisse mi-figue mi-raison. Et si, l'année prochaine, la balance penchait enfin en faveur des femmes ?

67%

Près de 7 Européens sur 10 pensent que les femmes manquent de capacités pour être scientifiques de haut niveau, rapporte BPW d'une étude de la Fondation l'Oréal et Opinionway. Une donnée qui fait froid dans le dos mais que BPW contraste avec un autre chiffre : 84% des Européens pensent qu'en Sciences, la parité femmes/hommes aux postes de haut niveau mérite une mobilisation. Qu'attendons-nous ? 

LA RÉDACTION VOUS RECOMMANDE
Pourquoi les Millennials utilisent-ils Tinder ?
Paris bannit les pubs sexistes et discriminatoires de son espace public
Le "bracelet fertilité" débarque dans l'Hexagone, une première en France
Transmission, protection, dépistage... 3 idées reçues sur le Sida

http://www.rtl.fr/girls/identites/journee-de-l-egalite-salariale-3-chiffres-que-vous-ne-soupconnez-pas-7787895419

Couple : les relations sexuelles pour rester liés,couples,amours,sexes,

31 Mars 2017, 21:32pm

Publié par hugo

Couple : les relations sexuelles pour rester liés
PAR AGATHE MAYER LE 24 MARS 2017 À 14H01
AMOUR & SEXO
VIE AMOUREUSE
VIE DE COUPLE
SEXUALITÉ
SEXUALITÉ ÉPANOUIE
 Couple : les relations sexuelles pour rester liés 
Les relations sexuelles ont une fonction vitale dans le couple. Elles permettraient de maintenir les partenaires liés.


Les câlins sous la couette apportent une satisfaction immédiate mais permettent aussi de lier les partenaires, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Psychological Science.

Les chercheurs de la Florida State University aux Etats-Unis ont émis l'hypothèse que le sexe joue un rôle crucial dans l'attachement du couple et dans l'amélioration de la satisfaction des relations entre les partenaires sur le long terme.

Pour tester leur postulat, les chercheurs ont examiné les données de deux études longitudinales indépendantes, l'une avec 96 couples de jeunes mariés et l'autre avec 118 couples de jeunes mariés. Tous les participants ont tenu un journal quotidien pendant les 14 jours de l'étude, dans lequel ils ont été invités à reporter de façon indépendante s'ils avaient eu des relations sexuelles avec leur partenaire ce jour-là. Quelle que soit la réponse, ils ont également été priés d'évaluer dans quelle mesure ils étaient satisfaits de leur vie sexuelle ce jour-là et comment ils étaient comblés par leur partenaire, leur relation de couple et leur mariage ce jour-là.

LES RELATIONS SEXUELLES, LE CIMENT DU COUPLE ?

En moyenne, les participants ont déclaré avoir des relations sexuelles 4 fois sur les 14 jours de l'étude.

Les chercheurs ont observé qu'avoir une relation sexuelle apportait de la satisfaction le jour même et jusqu'à 2 jours plus tard. Fait important, cette association ne diffère pas selon le sexe ou l'âge des participants et les deux études apportent les mêmes conclusions.

Les scientifiques ont aussi remarqué que la satisfaction conjugale était liée à une sexualité épanouie.

«Notre recherche montre que la satisfaction sexuelle demeure élevée 48 heures après un rapport sexuel », explique Andrea Meltzer de la Florida State University et auteur principal de l'étude qui insiste : «Notre étude est importante car elle rejoint d'autres recherches suggérant que les relations sexuelles sont essentielles pour maintenir les couples liés ».

A lire aussi:

Sexe : on revisite le missionnaire pour plus de plaisir

Sexo : découvrez tous les orgasmes que le corps féminin peut offrir

Couple : 5 conseils pour l'aider à avoir une bonne érection

https://www.topsante.com/couple-et-sexualite/amour-et-couple/vie-de-couple/couple-les-relations-sexuelles-pour-rester-lies-616650

Pourquoi il est important de s'aimer pour mieux aimer l'autre ?,amours,couples,sante

31 Mars 2017, 21:30pm

Publié par hugo

Pourquoi il est important de s'aimer pour mieux aimer l'autre ?

Article par Dalinda BEN DJEMAA , le 18/09/2012 à 12h01 , modifié le 07/01/2015 à 16h59 0 commentaire
Jeune femme souriante
ZOOM
"L'amour n'est pas seulement un sentiment, il est un art aussi" nous confiait Honoré de Balzac. On pourrait alors imaginer qu'en amour, l'une des principales règles de l'art serait de s'aimer soi-même pour pouvoir aimer l'autre. Facile à dire mais pas facile à faire... Et pourtant c'est possible ! Interview et réponses avec Isabelle Fortin, psychanalyste.

"L'amour n'est pas seulement un sentiment, il est un art aussi" nous confiait Honoré de Balzac. On pourrait alors imaginer qu'en amour, l'une des principales règles de l'art serait de s'aimer soi-même pour pouvoir aimer l'autre. Facile à dire mais pas facile à faire... Et pourtant c'est possible ! Comment faire de sa précieuse relation à deux une œuvre d'art ? Pourquoi est-ce si important d'avoir de l'amour pour soi ? Comment s'aimer pour pouvoir aimer l'autre ? Interview et réponses avec Isabelle Fortin, psychanalyste, qui travaille sur le lien entre création artistique et psychanalyse. Elle anime par ailleurs des groupes de paroles et pratique l'accompagnement.
 
Plurielles.fr : Si je ne m'aime pas, est-ce que je risque d'être en permanence dans le besoin d'être aimé ?

 

Isabelle Fortin, psychanalyste : Avant de vous répondre, je voudrais vous dire ce que j'entends par "s'aimer" : prendre soin de sa vie, porter sur soi un regard bienveillant fait de lucidité et de douceur, s'accueillir avec sa part d'ombre et de lumière...
Nous ressentons tous plus ou moins consciemment la nécessité d'être aimé pour vivre. Une personne qui ne s'aime pas a certainement manqué d'amour à un moment fondateur de sa vie. Le fait par exemple de n'avoir pas été suffisamment aimé ni reconnu dans son enfance peut engendrer un besoin d'amour exacerbé et une perpétuelle insatisfaction. On peut rechercher ce regard qui nous a fait défaut et qui ne nous a pas permis de construire une image positive de nous-même. Paradoxalement, on peut parfois donner aux autres - et donc à soi-même - ce qu'on aurait aimé recevoir. Je peux aussi rechercher inconsciemment dans mes rapports amoureux une personne à l'image de mes parents qui ne m'ont pas aimé ou mal aimé - répéter mon histoire et ne pas m'autoriser à me laisser aimer.
 
 
Si je ne m'aime pas, quels sont les comportements non épanouissants que je risque d'apporter à l'autre ?
Pour séduire, il faut être séduisante, savoir mettre en valeur ses atouts comme une fleur qui ne cache pas son parfum. Si j'ai une image négative de moi, je risque bien sûr de projeter ces images sur mon conjoint, de ne pas lui faire confiance, d'être jalouse, possessive, de tisser une relation de persécuté-persécuteur et de ne pas me rendre aimable ou de détruire l'amour qu'il veut me donner...
Je peux aussi - par peur de le perdre - m'enfermer et vouloir enfermer l'autre dans une relation fusionnelle où chacun est réduit à un objet. Quand je dis : "Je t'aime !", cela peut vouloir dire : "Aime-moi !"...
 
En mettant trop l'accent sur mes défauts, je risque de détruire mes qualités. C'est la magnifique parabole du blé et de l'ivraie. En jetant un regard grossissant et en se focalisant sur ses points faibles, on risque de perdre confiance en soi, de passer à côté de ses points forts, de les affaiblir alors qu'ils auraient pu nous aider à grandir jusqu'au jour de la moisson - quand l'ivraie se sépare naturellement du blé. Et ce fonctionnement peut être malheureusement reproduit avec son conjoint. Je ne vois plus que ses défauts et le critique sans cesse.
 
Et si je m'aime mais l'autre ne s'aime pas, comment puis-je l'aider ?
Vous pouvez l'aider en portant un regard positif sur lui. En l'accueillant tel qu'il est sans le comparer aux autres. Si vous êtes attentionnée, à l'écoute, il lui sera plus facile de libérer son "je",  son potentiel, sa créativité... Petit à petit, il intègrera ce nouveau regard plus valorisant. S'il se sent aimé, il prendra conscience qu'il est aimable. Regardez une fleur qui se fane parce qu'elle a manqué d'eau. Si vous l'arrosez à temps, elle retrouve sa beauté. Et si vous-même avez appris à vous aimer en mettant des mots sur votre histoire et vos blessures, vous lui montrez alors un chemin.
 
Quels bénéfices pour le couple si les deux partenaires s'aiment eux-mêmes?
Cela permet d'établir une relation de confiance, de s'enrichir mutuellement, de se réaliser en s'ouvrant vers l'extérieur comme l'arbre qui s'enracine dans la terre pour s'élever vers le ciel.
Cela évite de s'abîmer dans une relation recroquevillée sur elle-même, empreinte de rivalité, de jalousie, de comportements destructeurs.
 
Comment puis-je reconnaître si je m'aime suffisamment pour pouvoir aimer l'autre ?
Si je suis une bonne mère et un bon père pour moi, si je prends soin de ma vie, de l'enfant qui vit toujours en moi, je me donne plus de chances de bien aimer. Apprendre à s'aimer, à aimer, c'est un voyage au long cours. 
 
Quels sont les signes qui nous laissent penser que notre partenaire ne s'aime pas ?
Une attitude destructrice, le manque de confiance, la méfiance, la jalousie, le caractère envieux, la difficulté à aimer l'autre en tant qu'autre...
 
Et si je me rends compte que je ne m'aime pas assez, puis-je quand même tenter une relation ?
Bien sûr. Vous pouvez apprendre à vous aimer, c'est-à-dire à aimer. La rencontre amoureuse va petit à petit modifier le regard que vous portez sur vous et vous magnifier. L'être humain porte en lui une grande capacité de rebond pour inventer sa vie et ne plus rester emprisonné dans son histoire. 
 
Pour en savoir plus : http://www.psychanalyste-paris14.fr/ 

http://www.plurielles.fr/amours/couples/pourquoi-il-est-important-de-s-aimer-pour-mieux-aimer-l-autre-7529325-402.html

Dans un lycée de Valence, les filles priées de revoir la longueur de leur jupe,femmes,filles,sexisme,

31 Mars 2017, 17:39pm

Publié par hugo

Dans un lycée de Valence, les filles priées de revoir la longueur de leur jupe
103Partages    Partager sur Facebook
 Dans un lycée de Valence, les filles priées de revoir la longueur de leur jupe
Dans un lycée de Valence, les filles priées de revoir la longueur de leur jupe
Charlotte Arce 
Par Charlotte Arce
Publié le Jeudi 30 Mars 2017
 Suivre
Au lycée Émile-Loubet, à Valence, les filles qui veulent suivre les cours sont priées de faire valider la longueur de leur jupe par la proviseure de l'établissement et son adjointe. Plusieurs élèves dénoncent aujourd'hui ce sexisme d'un autre âge et appellent à manifester.
A LIRE AUSSI
En Arizona, les jupes des filles "responsables" des mauvaises notes des garçons
News essentielles
En Arizona, les jupes des filles "responsables" des...
 Tâches ménagères : les filles y passent 160 millions d'heures de plus que les garçons
News essentielles
Tâches ménagères : les filles y passent 160 millions...
 Sous les jupes des filles : pourquoi la pub Calvin Klein ne passe pas
News essentielles
Sous les jupes des filles : pourquoi la pub Calvin Klein...
Ni jupe au-dessus du genou, ni jean troué, ni rouge à lèvres foncé : pour espérer entrer dans leur établissement et y suivre les cours, les élèves du lycée Émile-Loubet, à Valence dans la Drôme, doivent chaque matin en arrivant faire valider leur tenue par la proviseure et son adjointe.
Postées aux portes du lycée, ces dernières inspectent la tenue des élèves du lycée. Celles dont la tenue est jugée "indécente" sont priées de retourner chez elles se changer. Celles qui s'y refusent se voient expulsées de l'établissement pour une durée indéterminée.

Libération rapporte ainsi le cas d'une élève exclue du lycée pour une journée parce qu'elle était venue en cours avec un jan troué. Revenant quelques jours plus tard avec le même pantalon, elle a cette fois-ci écopé d'une exclusion à durée indéterminée. Pour pouvoir retourner en cours, elle devra faire examiner chaque matin sa tenue par la proviseure du lycée.
Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
 Suivre
 babayaga @jumcileta
bjr twitter voici la tenue pr laquelle j'ai été qualifié de fille indécente cmatin devant mon lycée par la proviseure et son adjointe :-)))
12:27 - 23 Mar 2017
  12 598 12 598 Retweets   8 544 8 544 j'aime
Sexiste et stigmatisant, ce passage en revue des filles de l'établissement pour qu'il soit conforme au code vestimentaire édicté par sa direction a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux après que des élèves ont raconté leur humiliation sur Twitter.

Membre du collectif Réseau d'opération solidaire et d'action (Rosa) à Valence, Norden Gail a contacté les jeunes filles concernées par ces remarques sexistes. Interviewée par Konbini, elle explique que les lycéennes sont chaque jour soumises à des humiliations dignes d'un autre âge, tout ça devant leurs camarades.

"Au premier rayon de soleil, la cour a été placardée d'affiches rappelant la 'tenue décente' à porter (que pour les filles et leur jupe/short). Chaque matin, la direction attend les élèves au portail pour surveiller leur tenue. On arrête les filles en jupe dont on MESURE la longueur. Technique de mesure XIXe siècle : la jeune fille doit mettre ses mains le long du corps. Si ses mains dépassent, la jupe elle est trop courte. Le maquillage est surveillé et doit, s'il est toléré, être discret. Sont interdits les rouges à lèvres 'trop colorés'."
Un cas flagrant de slut-shaming
Ce que déplore surtout Norden Gail (de son vrai nom Nordy Grangier), c'est que les filles doivent absolument faire valider leur tenue pour assister aux cours. Comme si l'accès à l'éducation n'était garanti que si l'on se pliait aux normes vestimentaires imposées par l'établissement. Elles sont aussi les seules visées par ce code vestimentaire, qui impose explicitement aux élèves de "porter une tenue propre et décente", en évitant "les pantalons fendus et/ou troués ainsi que les shorts et jupes trop courts."
Selon Libération, le contrôle effectué par la directrice du lycée et par son adjointe serait non seulement sexiste – il ne cible que les filles – mais aussi discriminatoire. "Ce n'était jamais arrivé avant, il n'y avait aucun problème. Et là c'est un peu à la tête de la personne. À moi par exemple, on ne m'a jamais rien dit, alors que je porte des jupes et des shorts", affirme Léa, une élève de terminale ES au lycée Émile-Loubet, à Libération. "Si tu corresponds aux critères de beauté qui sont souvent établis, on ne te reprochera pas d'avoir une jupe trop courte, renchérit Louis, aussi élève du lycée. Aucun garçon n'a eu de reproches sur sa tenue, alors qu'ils portent des jeans troués. C'est du sexisme pur !"
Du "délire" selon la proviseure
Face à l'ampleur prise par la polémique, la directrice du lycée Émile-Loubet Pascale Frantschi s'est expliquée dans le Dauphiné Libéré. "C'est du délire !, s'est-elle défendue. On n'a que ça à faire de mesurer les jupes ! Nous avons demandé aux élèves, sans distinction de filles ou de garçons, d'éviter de venir avec des jeans troués, car certains petits troués étaient devenus des gouffres, et c'est tout ! Quant au maquillage, nous n'avons jamais rien dit, nous avons des filles et des garçons avec des cheveux verts, roses ou bleus... Et personne n'a été exclu, contrairement à ce qui se raconte !"

En attendant une éventuelle enquête par le rectorat de Grenoble, dont dépend le lycée Émile-Loubet, un rassemblement de soutien aux lycéennes interdites d'entrée est prévu mardi 4 avril devant l'établissement. Chacun.e est appelée à s'y rendre vêtu.e de "jeans troués, shorts, et jupes courtes, jusqu'à l'abandon de ce type de mesures".
SOCIÉTÉ EDUCATION SEXISME NEWS ESSENTIELLES ADOLESCENT
 
À voir
AUSSI

http://www.terrafemina.com/article/dans-un-lycee-de-valence-les-filles-priees-de-revoir-la-longueur-de-leur-jupe_a329324/1

En Gironde, un "menu raviolis" imposé aux écoliers dont les parents n'ont pas payé la cantine,enfants,salaire,economie,societe,

31 Mars 2017, 17:35pm

Publié par hugo

En Gironde, un "menu raviolis" imposé aux écoliers dont les parents n'ont pas payé la cantine
252Partages    Partager sur Facebook
 Des raviolis en boite en guise de déjeuner dans une école de Gironde
Des raviolis en boite en guise de déjeuner dans une école de Gironde
Dorothée Louessard 
Par Dorothée Louessard
Publié le Jeudi 30 Mars 2017
 Suivre
À La Teste-de-Buch, en Gironde, quand les parents ont du retard dans le règlement de la cantine, leurs enfants ne mangent que des raviolis. Une initiative de la mairie de la commune qui scandalise parents et élus locaux.
A LIRE AUSSI
La Californie adopte le Fair Pay Act, loi ultra-progressiste en matière d'égalité salariale
News essentielles
La Californie adopte le Fair Pay Act, loi...
 Les 10 cadeaux de Noël dont vos parents se passeraient bien
Mag
Les 10 cadeaux de Noël dont vos parents se passeraient bien
 Enfants : ces cadeaux du Père Noël dont les parents se seraient bien passés
Mag
Enfants : ces cadeaux du Père Noël dont les parents se...
La municipalité de La Teste-de-Buch, commune du Bassin d'Arcachon, a mis en place des repas de substitution dans ses cantines lorsque les parents des écoliers ont du retard dans le règlement de la cantine. Un menu essentiellement composé de raviolis en boîte leur est alors imposé et dans certains cas, pendant plusieurs jours d'affilée. Une mesure radicale qui a eu don de révolter les associations de parents d'élèves et même certains élus.
Une méthode jugée "discutable" et "discriminante" par les parents, comme le rapporte Ladepechedubassin. "Je suis bien consciente qu'il y avait eu des retards de paiement car nous avions connu certaines difficultés durant quelques mois", confie une maman dont l'enfant de son conjoint s'est vu servir des raviolis pendant trois semaines. "Il existe d'autres solutions plutôt que d'impliquer les enfants dans des problèmes d'adultes".
Révélée il y a quelques jours, l'affaire de ces "menus raviolis" a fait grand bruit, notamment via les réseaux sociaux. La mairie a ainsi tenu à réagir à son tour en publiant un communiqué sur sa page Facebook. La municipalité y explique notamment que les parents ont reçu plusieurs relances et que "les repas ont été servis à l'enfant dans des conditions d'urgence pour ne pas le laisser sans déjeuner, après les incessants appels et relances à la médiation."

Le communiqué conclut qu'il ne s'agit pas, selon lui, de "stigmatisation pour l'enfant mais d'une alerte probante pour les parents." Mais ce que la mairie semble oublier, c'est que ces "retards" ne sont souvent pas dus à une négligence des parents mais à des difficultés financières...
SOCIÉTÉ KIDS & CO PARENTS NEWS ESSENTIELLES SCOLARITE

http://www.terrafemina.com/article/en-gironde-un-menu-raviolis-impose-aux-ecoliers-dont-les-parents-n-ont-pas-paye-la-cantine_a329309/1

En Israël, la Schtroumpfette "trop sexy" dégagée de l'affiche du film,femmes,filles,sexisme,

31 Mars 2017, 17:30pm

Publié par hugo

En Israël, la Schtroumpfette "trop sexy" dégagée de l'affiche du film
0Partage    Partager sur Facebook
 Les Schtroumpfs : en Israël, la Schtroumpfette "trop sexy" dégagée de l'affiche du film
Les Schtroumpfs : en Israël, la Schtroumpfette "trop sexy" dégagée de l'affiche du film
Charlotte Arce 
Par Charlotte Arce
Publié le Vendredi 31 Mars 2017
 Suivre
À Bnei Brak, une ville ultra-orthodoxe israëlienne, la Schtroumpfette a été jugée trop provocante et trop sexy pour apparaître sur les affiches du film pour enfants "Les Schtroumpfs et le village perdu".
A LIRE AUSSI
50 Shades of Grey : écoutez la nouvelle chanson sexy du film, "Earned It"
cinéma
50 Shades of Grey : écoutez la nouvelle chanson sexy du...
 Faut-il saluer le "papa le plus sexy du monde" ?
parents
Faut-il saluer le "papa le plus sexy du monde" ?
 En Israël, Ikea fait disparaître les femmes de son catalogue
News essentielles
En Israël, Ikea fait disparaître les femmes de son...
Même les Schtroumpfs et la Schtroumpfette ne sont pas épargnés par la censure de la communauté haredim d'Israël. Après avoir flouté les silhouettes de femmes politiques des photos de presse et rayé toute présence féminine des catalogues d'Ikea, c'est cette fois-ci au dessin animé pour enfants Les Schtroumpfs et le village perdu qui subit la censure de cette communauté ultra-orthodoxe, pas franchement réputée pour sa propension à respecter l'égalité femmes-hommes.

Les Nouvelles News rapportent en effet qu'à Bnei Brak, petite ville de 18 000 âmes proche de Tel Aviv, les affiches de film d'animation ont été adaptées aux sensibilités religieuses des habitants. Résultat : exit la Schtroumpfette, ses cheveux blonds et sa robe sage. Sur l'affiche placardée sur les panneaux publicitaires de Bnei Brak, seuls les trois petits bonshommes apparaissent.
 Suivre
 Haaretz.com ✔ @haaretzcom
We're not sure whether to laugh or cry #SmurfsMovie http://www.haaretz.com/israel-news/1.779813 …
18:48 - 27 Mar 2017
Photo published for Smurfette latest victim of Israel's ultra-Orthodox modesty wars
Smurfette latest victim of Israel's ultra-Orthodox modesty wars
The original poster promoting 'Smurfs: The Lost Village' was censored in order not to offend residents, according to the company distributing the movie.
haaretz.com
  7 7 Retweets   7 7 j'aime
Nouveau cas d'autocensure
Comme lors de la polémique des catalogues Ikea, délestés de ses silhouettes féminines par le géant de l'ameublement lui-même, la suppression de la Schtroumpfette est ici le fait de la société de distribution Forum Film. Cette dernière a pris la décision de ne pas accrocher d'affiches où la Schtroumpfette apparaît afin de ne "pas nuire à la sensibilité des résidents". La communauté haredim d'Israël interdit en effet aux hommes de contempler des images de femmes. Mais c'est bien la première fois qu'un personnage féminin ne présentant même pas les caractéristiques physiques d'un humain d'un souffre d'une telle censure. "Faut-il en rire ou en pleurer ?", s'interroge le quotidien Haaretz.

D'autres affiches de films ont elles aussi été adaptées aux croyances des haredim de Bnei Brak. Ainsi, la Fée Clochette avait-elle été effacée de l'affiche du film Peter Pan, tout comme Jennifer Lawrence de celle de Hunger Games alors qu'elle endosse le rôle principal, rappelle Times of Israel.
SOCIÉTÉ MONDE SEXISME ISRAEL NEWS ESSENTIELLES

http://www.terrafemina.com/article/en-israel-la-schtroumpfette-trop-sexy-degagee-de-l-affiche-du-film_a329394/1