Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Clip Manifeste viol

31 Octobre 2011, 22:19pm

Publié par hugo

Clip Manifeste viol

http://www.dailymotion.com/video/xlkoe2_clip-manifeste-viol_news?start=1&mid=5137

 

"La contraception doit rester une démarche personnelle"

27 Octobre 2011, 18:36pm

Publié par hugo

"La contraception doit rester une démarche personnelle"

Par Yves Montuelle, publié le 26/04/2011 à 16:51, mis à jour à 19:50

Jean-Paul Huchon, le président (PS) de la région Ile-de-France, a présenté ce mardi matin le dispositif "pass santé contraception" qui permettra d'accéder gratuitement à une contraception pendant quelques mois. Une initiative attendue par les lycéens franciliens et les internautes de LEXPRESS.fr.

Le "pass contraception" n'est pas encore disponible au lycée Condorcet à Paris. Pourtant, devant l'établissement, les élèves se sentent déjà concernés. L'administration a besoin des autorisations définitives du rectorat avant de pouvoir proposer gratuitement aux élèves de seconde ces bons pour une consultation médicale, une prise de sang, une analyse médicale ou encore la délivrance d'un contraceptif. 

Pour ces jeunes, devant le lycée, la contraception représente une dépense financière que leur budget, minime, ne leur permet pas. "Ces pass vont permettre de responsabiliser les élèves", témoigne Magali. Elève en première au lycée Condorcet, elle réclame la mise en application de cette mesure le plus rapidement possible. "Les élèves ne pourront plus dire qu'ils ne savaient pas ou qu'ils n'y avaient pas accès", précise-t-elle. 

La région Ile-de-France présentait ce mardi son "pass santé contraception", qui permettra à 159 000 lycéens et lycéennes de seconde, apprentis et élèves en formation sanitaire et social, d'accéder gratuitement et de façon anonyme à une contraception pendant quelques mois.

La région Ile-de-France présentait ce mardi son "pass santé contraception", qui permettra à 159 000 lycéens et lycéennes de seconde, apprentis et élèves en formation sanitaire et social, d'accéder gratuitement et de façon anonyme à une contraception pendant quelques mois.

afp.com/Olivier Laban-Mattei

Aude, également en première, pense que cette initiative va aider certains jeunes qui n'osent pas parler de sexualité avec leur entourage. Néanmoins, elle craint que les lycéens se sentent obliger d'aller consulter l'infirmière de l'établissement. "Il faut que les élèves restent libre d'en parler ou non. Le premier accès à la contraception doit rester une démarche personnelle, cette mesure ne permettra pas aux jeunes d'assumer la contraception", craint la jeune femme de 17 ans. 

"Il est tout à fait normal qu'un ou une jeune d'une classe de seconde ait un droit d'accès aux moyens de contraception sans avoir à en référer à ses parents", juge l'internaute CMATEO2. Marenostrum lui emboîte le pas: "Certaines jeunes filles issues de familles où la religion est très restrictive quant aux rapports sexuels, pourront ainsi avoir librement accès à la contraception". 

Paraxitel va plus loin. Selon lui, il devient urgent d'élargir l'accès à la contraception vers les jeunes. "Les jeunes commencent vers 14 ans leur vie sexuelle, dans des fêtes, sans contraception. Il est urgent de leur donner accès aux contraceptifs gratuitement. Cela les responsabilise et évite les grossesses trop tôt pour les jeunes filles". 

Le rôle central de l'infirmière

Les garçons se sentent également concernés par la mesure. Pour l'internaute Hippolyte, le rôle de l'infirmière sera central dans la distribution des pass contraception. "Il faut accompagner les élèves et leur expliquer les différents moyens de contraception pour que cela soit efficace", estime l'élève de seconde. la pédagogie est également indispensable pour Marta. L'internaute craint un effet pervers de ces "pass": la relégation au second plan de l'usage du préservatif et de "la protection contre les maladies". La lycéenne Magali n'est pas de cet avis et redoute la présence de l'infirmière dans ce dispositif. "Elle reste un membre de l'administration et cela pourrait gêner certains jeunes." 

Plutôt que de placer l'infirmière au coeur du processus de la contraception, l'élève propose un système de distribution automatisé de la pilule, comme c'est déjà le cas pour les préservatifs. Il n'y aurait alors plus d'intermédiaire entre les moyens de contraception et les jeunes.  

Une alternative "contre productive", selon Pierre et Angélique, un couple de seconde. "Pour acheter des préservatifs, on se rend à l'intérieur des pharmacies plutôt qu'aux distributeurs situés à l'extérieur", constate le couple selon qui cette démarche est plus discrète. Pour Aude, ce n'est pas la solution non plus. "La pilule reste un traitement médical, qu'il ne faut pas prendre à la légère!"     

Programme du Conseil national de la Résistance(CNR)

26 Octobre 2011, 22:10pm

Publié par hugo

Programme du Conseil national de la Résistance

LeProgramme du Conseil national de la Résistancesouvent abrégé enProgramme du CNRest un texte adopté à l'unanimité par leConseil national de la Résistancefrançais le15 mars1944.

Ce texte de moins d'une dizaine de feuillets1comprend deux parties, un « plan d'action immédiate » qui concerne l'action de laRésistance intérieure françaiseà mener dans l'immédiat dans la perspective de laLibérationet les « mesures à appliquer dés la Libération du territoire », sorte de programme de gouvernement qui comprend à la fois des mesures ayant trait à l'épuration et des mesures à beaucoup plus long terme comme le rétablissement du suffrage universel, les nationalisations ou la sécurité sociale.

La postérité a plus retenu la seconde partie, car la majorité des propositions de caractère programmatique fut effectivement adoptée entre la Libération de 1944 et le début de 1946. Par rapport à d'autres programmes de gouvernement une des spécificité du programme du CNR est d'avoir été adopté par tout l'éventail politique représenté au sein de la Résistance française2.

 

Résumé du Programme du CNR[modifier]

La première partie « plan d'action immédiate » commence par un certain nombre de constat et affirme ensuite la nécessité de la lutte armée et la reconnaissance dede Gaulleet de l'autorité duComité français de la Libération nationale:

« par l'intensification de la lutte menée par les forces armées, par les organisations constituées par les masses, que pourra être réalisée l'union véritable de toutes les forces patriotiques pour la réalisation de la Libération nationale inséparable, comme l'a dit le Général de Gaulle, de l'insurrection nationale qui... sera dirigée par le C.N.R. sous l'autorité du C.F.L.N. »

Une partie importante du texte est ensuite consacrée à la création desComités départementaux de libération(CDL). Le rôle de ces comités se distingue de celui desForces françaises de l'intérieur(FFI) dont les attributions sont également définies.

Dans la seconde partie, « Mesures à appliquer dés la Libération du territoire », il est d'abord prévu de«  veiller au châtiment des traîtres et l'éviction, dans le domaine de l’administration et de la vie professionnelle, de tous ceux qui auront pactisé avec l’ennemi ou qui se seront associés activement à la politique des gouvernements de collaboration »et d'instaurer la confiscation des biens traîtres et des trafiquants demarché noir.

Viennent ensuite

  • des mesures politiques comme le rétablissement de ladémocratie, dusuffrage universelet de laliberté de la presse,
  • des mesures économiques caractérisées par« 'l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie' »et qui consiste donc à ce qu'on appellera généralement lesnationalisationset qui est exprimé dans le texte comme« le retour à la nation des grands moyens de production monopolisée, fruits du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurances et des grandes banques »
  • des mesures sociales et notamment un rajustement important des salaires le rétablissement d'un syndicalisme indépendant et des délégués d'atelier et« un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État »

Histoire de l'élaboration du programme du CNR[modifier]

La première partie du programme du CNR a peu d'antécédents dans l'Histoire de Francepuisqu'elle concerne l'organisation d'une insurrection armée dans un pays sous domination étrangère, ce qui correspond à une situation historique que la France contemporaine n'avait jamais connu. Quant à la seconde partie, « réformes à appliquer dés la libération du territoire », elle s'inscrit dans la tradition des programmes communs de gouvernement3. Le premier programme commun de gouvernement est celui de la « Réunion de la Montagne » paru enavril 1849. Dans son préambule, le programme soulignait le rôle du programme dans les rouages de la démocratie. D'une façon générale, les droites, « empiriques et conservatrices »4sont peu enclines à « programmer ».De Gaullelui-même exprime ses doutes sur l'utilité des programmes politiques lorsqu'il sera élu président duGouvernement provisoire de la République française3. Si la tradition de gauche se montre plus ouverte à l'usage de programmes de gouvernement, les seuls précédents historiques antérieurs à 1940 sont ceux de 1849 et de 19365.

1935-1936: Le Programme de gouvernement du Comité national de rassemblement populaire[modifier]

À partir de 1934 et de la convergence qui s'établit au sein de la gauche, d'abord dans une perspective anti-fasciste, et ensuite au sein duComité National du Rassemblement Populairequi rassemble les forces de gauche qui soutiennent leFront Populaire, l'établissement d'un programme commun n'apparait pas comme une évidence6L'inscription desnationalisationsque l'on appelle alors souvent « socialisations » au sein d'un programme de gouvernement est une demande des socialistes de laSFIOvis-à-vis de laquelle lescommunistes françaisse montrent très réticents, comme le justifieraMaurice Thorezdans un article deL'Humanitéen janvier 1935« ... La moindre action vaut mieux que douze programmes (...) ce que Marx a voulu nous faire entendre, ce que Lénine et les bolcheviks ont su comprendre (...) c'est qu'il importe surtout d'agir »7. Au moment de l'adoption d'un programme commun duComité National du Rassemblement Populairecréé le 17 juin 1935 pour préparer une victoire électorale aux élections législatives de 1936, les communistes reçoivent l'appui des radicaux pour une approche minimaliste des nationalisations. Le compromis obtenu ne prévoit en effet que « la nationalisation des industries de guerre » et le terme de « nationalisation » n'est pas prononcé pour le cas de laBanque de Francepourtant en voie d'être également « nationalisée »8.Léon Blumpersistera jusqu'en 1942, dans ses prisons du Puy-de-Dôme, dans l'idée de proposer un programme de gouvernement, comme en témoignent aussi bien les lettres qu'il écrit à ses amis socialistes ou auGénéral de Gaulle.

Janvier 1943: Le programme du Comité d'Action Socialiste[modifier]

Des évènements qui marquent le début de laSeconde Guerre mondiale, comme lePacte germano-soviétique, ladissolution du Parti communiste, la « drôle de guerre », créent un clivage entre les socialistes et les communistes qui ne prend fin qu'à la fin de 1942, avec des contacts directs entre leComité d'action socialiste(CAS) et le Parti communiste, tous deux clandestins9. En fait, les communistes privilégient l'union nationale et l'alliance avec la résistance gaulliste plutôt que la formation d'un Front Populaire clandestin, si bien que le C.A.S. publie tout seul en janvier 1943 « Notre Programme », premier programme politique pour l'après-guerre émanant d'un parti clandestin, qui prévoit cinq séries de mesures parmi lesquelles on peut noter le vote des femmes, « l'élimination totale des trusts de la vie nationale », « l'élimination progressive de la concurrence et du profit » , « la nationalisation du crédit et des banques, des compagnies d'assurances, des industries clées et du commerce extérieur », le maintien et l'amélioration des lois sociales acquises par les travailleurs avant 193910. Quelques mois plus tard, les socialistes, définitivement ralliés à de Gaulle, proposent auConseil national de la Résistanceconstitué le 27 mai 1943 un « Programme commun » propose à laRésistance française qui abandonne l'abolition de la concurrence, mais introduit la participation à la gestion des ouvriers et des techniciens. Il ne semble pas que ce programme ait été discuté par les membres du CNR, car il est doublé par un programme émanant duComité français de la Libération nationale(CFLN) et présenté au CNR parÉmile Laffonle 15 juillet 194311.

Juillet 1943: Le projet Laffon du CFLN[modifier]

Leprojet Laffonressemble beaucoup au programme socialiste, peut-être parce que des socialistes de Londres commeAndré PhilipouGeorges Borisont participé à la rédaction des deux projets. On ignore d'ailleurs si l'ensemble des membres du CFLN ont eu connaissance du projet. Le projet Laffon comprend une Charte économique et sociale qui prône ledirigisme, c'est-à-dire, selon les auteurs du texte, « L'orientation et le contrôle de la production par l'État en faveur de la collectivité », ce qui exige « l'élimination préalable des féodalités économiques ». Dans ce texte, le terme « socialisation » (des grandes banques distributves du Crédit) est utilisé à la place de « nationalisation». La charte du projet Laffon limite aux aspects techniques la participation des salariés à la gestion de l'entreprise, mais prévoit une participation des travailleurs aux bénéfices, soit à titre individuel, soit pour les œuvres sociales. En matière internationale, on trouve dans le projet Laffon l'idée que « des abandons de souveraineté nationale » devront intervenir « au profit d'une Communauté d'États supérieure » appelée également « Ligue Universelle ». Cette idée était également présente dans le programme socialiste12.

André Mercierreprésentant le parti communiste au CNR s'est opposé à ce projet de Ligue Universelle, mais il s'oppose également aux développements économiques du projet Laffon auquel il reproche, en gros, selon les termes de l'historienne Claire Andrieu, « son manque de marxisme ». Les représentants des droites au sein du CNR telsJoseph Laniel(Alliance démocratique)ou le professeurLouis Marin(URD) s'opposent au projet Laffon pour des raisons inverses. Le premier est favorable à un retour à un libéralisme total dans le cadre national, et le second aurait parlé de « projet naziste, fasciste et vichyssois ». Le projet reçoit un accueil favorable des autres organisations représentées au CNR, mais leFront Nationalfait pencher la balance au profit du rejet du texte en revendiquant une position unanimiste: il ne faut pas que l'adoption de ce texte puisse écarter de laRésistanceun seul de ses membres13. Le communistePierre Villon, représentant le Front National au sein du CNR jouera par la suite un rôle essentiel dans l'adoption du texte final, en mars 1944.

Septembre 1943: le programme de la CGT[modifier]

Les représentants des syndicats,CGTetCFTCs'étaient déclarés favorables au projet Laffon. Après la scission, de fait, de 1939, les deux tendances, confédérée et communiste (que l'on appelle unitaire, en souvenir de laCGTU), s'étaient rapprochées puis réunifiées à la suite desAccords du Perreux. En fait, leProgramme d'action d'après-guerrequeLouis Saillantpropose au CNR au nom de la CGT en septembre 1943 contient à la fois des parties qui ont reçu l'accord des deux tendances, comme le rétablissement de la légalité républicaine mais aussi des parties ou chacune des deux tendances a déposé des motions distinctes. Ainsi le principe duClosed shop, c'est-à-dire du monopole de l'embauche par le syndicat n'est-il proposé que par les unitaires communistes alors que les ex-conférés souhaitent conserver la primauté de l'État dans les offices de placement et les autorisations de licenciement, les syndicats n'exerçant qu'un rôle de contrôle. Un autre désaccord concerne l'avenir desComités d'organisation, ces sortes de syndicats professionnels disposant de prérogatives publiques14, mis en place parVichyet qui sont l'expression à la fois ducorporatismeet dudirigismede laRévolution nationale. Les confédérés proposent de réformer ces comités et en chassant « les trusts » et en renforçant le rôle de l'État et la représentation des syndicats alors que les unitaires demandent la suppression pure et simples de ces comités qui ne peuvent que renforcer « les trusts »15.

Novembre 1943: le rapport du Comité national des Études[modifier]

Si le document de la CGT renferment nécessairement des contradictions du fait de l'expression divergentes des deux tendances, un autre document publié également à l'automne 1943 renferme suffisamment de contradictions pour le rendre totalement inexploitable. Il s'agit duRapport sur la politique économique d'après-guerreélaboré par leComité National des Etudes, créé sous le nom deComité des experts, en juin 1942, à l'initiative deJean Moulinet deFrançois de Menthon. Le volumineux rapport de 1943, souvent appeléRapport Courtinsera l'œuvre de neuf membres du Comité parmi lesquelsRené Courtin,Pierre-Henri TeitgenetEmmanuel Monick. Selon Claire Andrieu, le rapport Courtin est écartelé entre ses convictions libérales et sa volonté de satisfaire l' « opinion publique » jugée unanimement acquise aux nationalisations. Dans les « Remarques » du PCF qui descendent en flamme le rapport, il apparaît que le PCF s'intéresse aux nationalisations en les présente comme un moyen de « libérer la France de la domination antinationale et antisociale des hommes des trusts ». Cette acceptation apparente des nationalisations sans abolition préalable du régime capitaliste est une nouveauté de la part du PCF qui se ralliera définitivement à cette idée au début de 194516.

Décembre 1943-janvier 1944: la discussion du projet du Front National[modifier]

De novembre 1943 à août 1944, il n'y eut aucune réunion plénière du CNR. Le bureau du CNR va donc être amené à jouer un rôle essentiel dans l'élaboration du texte adopté le 15 mars 1944. Les cinq membres du bureau du CNR sontGeorges Bidault, président, qui représente leparti radicalet l'Alliance démocratique,Louis Saillantqui représente d'abord laCGT, mais aussi leparti socialiste,Libération-Nordet laCFTC,Pascal Copeau, membre deLibération-Sud, qui représente aussi lesMouvements unis de la Résistance(MUR),Maxime Blocq-Mascart, membre de l'Organisation civile et militaire(OCM), qui représente aussiCeux de la RésistanceetCeux de la Libération, et enfin,Pierre Villon, secrétaire duFront Nationalqui représente aussi lePCFet laFédération républicaine. Finalement, avec un homme de droite (Blocq-Mascart), deux socialisants (Saillant et Copeau) et un communiste (Villon), selon Claire Andrieu, le bureau est représentatif de l'ensemble du CNR17. Au sein du bureau, Villon a joué un rôle moteur qu'il a évoqué dans ses mémoires:

« Au cours de l'été 1943, Émile Laffon ... propose au CNR une charte, une sorte de manifeste pour l'après-guerre. Nous ne pouvions nous cantonner dans une attitude négative, j'opte pour la rédaction d'un contre-projet... mais avant de déposer le contre-projet, j'ai eu une entrevue – la seule que j'ai eu durant toute cette période – avec Jacques Duclos et Benoît Frachon »18

C'est à la ferme de Beaudreville, àGometz-la-Ville, dans le Hurepoix que Villon a rencontré avecAndré Mercierles deux dirigeants du PCF clandestin,Jacques DuclosetBenoit Frachon. C'est la seule fois où les deux dirigeants ont eu un contact direct avec un responsable du parti non membre du secrétariat au sein de leur dispositif clandestin19.

À la suite de cet entretien avec Duclos et Frachon, Villon rédige unProjet de Charte de la Résistance proposée par le F.N.dont l'essentiel consiste en un appel à l'action immédiate contre l'occupant et qui se termine par un ensemble succinct de mesures, à la fois libérales et sociales, souhaitées pour la période suivant la Libération. Claire Andrieu note que ces réformes ne sont "pas plus révolutionnaires que le programme du Front populaire"17. Le bureau du CNR se réunit une à deux fois par semaine entre décembre 1943 et janvier 1944. En plus des cinq membres,Jacques Bingen, délégué du CFLN assiste auw séances. La majeure partie du temps de réunion est consacré à l'examen du projet du F.N. et à la désignations des Administrateurs provisoires, futurs Secrétaires Généraux provisoires des ministères. En janvier 1944, le bureau du CNR adopte à l'unanimité uneCharte de la Résistance, proche du projet du F.N., où les réformes de l'après-libération sont modifiées dans un sens légèrement plus "socialisant"20. .

15 mars 1944, l'adoption du Programme d'action de la Résistance[modifier]

CetteCharte de la Résistanceest envoyée à tous les membres du CNR pour examen. Un certain nombre de critiques sont exprimées et Le bureau du CNR confie la reprise du texte au comité directeur des M.U.R. dont les trois membres sontPascal Copeau,Claude BourdetetAntoine Avinin21. Les trois membres des M.U.R. font appel aux représentants de trois autres mouvements de résistance,France au Combat,Défense de la FranceetRésistance, formant ainsi le comité directeur d'une nouvelle structure, leMouvement de libération nationale. Ce comité de 6 peronnes envoie un projet remanié, adopté par le bureau du CNR le 28 février 1944 sous le nom deProgramme d'action de la Résistance22.

Il reste à faire approuver ce texte par tous les membres du CNR. Si les partis de droite se laisssent convaincre assez vite, les socialistes sont beaucoup plus longs à convaincre. Depuis décembre 1943, les débats les plus vifs ne portent pas sur les mesures à mettre en œuvre après la Libération, mais sur le programme d'action immédiate. Les socialistes soupçonnent les communistes de vouloir développer l'action immédiate pour se mettre en mesure de conquérir le pouvoir politique. Les communistes ne sont pas les seuls à promouvoir le développement de l'action immédiate, ils trouvent à leurs côtés des hommes de droite commePierre de Bénouville,Jacques RenouvinouHenri Frenay. Lorsque les socialistes proposent un "comité d'entente" aux communistes, ces derniers refusent au nom de l'union de la résistance, et rejettent toute référence à laLutte des classes« pour ne pas donner un motif de division entre français ». Le tournant sera pris par un long article intitulela peur du peuple et la trahison de la patriepublié dans l'Humanité le 15 mars 1944 où l'auteur,Jacques Duclos, relance le thème de la résistance comme combat du peuple et de son parti, le parti communiste23.

Après une ultime modification du texte dans la première quinzaine de mars par Copeau, Bourdet etDaniel Mayerl'appel à l'action immédiate est très légèrement atténué et l'aspect social réformateur est accentué. Le texte final est adopté par le bureau du CNR le 15 mars 1944. Contrairement à l'affirmation de l'introduction du texte, il n'y a pas eu d'assemblée plénière, mais un examen attentif des différences moutures du texte fait apparaître que leProgramme d'action de la Résistancea bénéficié de la participation de toutes les tendances représentées au sein du CNR24.

La mise en œuvre du programme du CNR[modifier]

Il est difficile de dire si l'ensemble des mesures prévues dans le « plan d'action immédiate » furent mises en œuvre, car l'adoption du programme en mars 1944 n'a pas mis un terme aux discussions sur l'unité de la Résistance. Si lesComité départementaux de libération(CDL) prévus par le programme furent effectivement légalement mis en place par leCFLNd'Alger par l'ordonnance du21 avril1944, lesMilices patriotiquesprévues dans les attributions des CDL et mises en place par les communistes à partir de juin 1944 sont très vite l'objet de dissenssions entre les organisations qui se réclament du programme25,26. LaLibération de Parisen août 1944 rendra largement caduque le « plan d'action immédiate ». Dès lors, c'est la deuxième partie que l'on désigne généralement sous le nom de « programme du CNR » et qui devient le guide des réformes mises en œuvre par legouvernement provisoire, et à partir du 21 octobre 1945, par les gouvernements bénéficiant du soutien d'assemblées législatives élues27.

Un programme peu diffusé de mars à août 1944[modifier]

Jusqu'à la Libération de la majeure partie de la France en août 1944, le programme du CNR n'a connu qu'un impact relativement faible. Après son adoption à Paris, en mars 1944, le programme fut rapidement connu à Alger, mais en dépit d'un vote unanime des délégués de l'assemblée consultative d'Algerdemandant au gouvernement provisoire « d'établir les conditions préalables au retour à la nation des grands moyens de production réclamés par le conseil national de la Résistance », le programme du CNR n'a pas reçu l'approbation officielle du CFLN. Au moment de laLibération de Paris, sur proposition deDaniel Mayer, le CNR avait prévu de remettre solennellement le programme au général de Gaulle et de l'inviter à proclamer la République, mais personne ne remis le Programme à de Gaulle qui ne proclama pas la République puisqu'il défendait l'idée qu'elle n'avait jamais cessé d'exister28.

  • Le 27 juillet 1944, une des mesures figurant dans le programme du CNR est accomplie avant la Libération de Paris: le GPRF d'Alger rétablit la liberté syndicale et abolit laCharte du travail29.

D'une façon générale, la diffusion du programme de la Résistance est faible et inégale. Un petit nombre de publications clandestines donnèrent un large écho auProgramme de la Résistance. SeulLibérationle publie in extenso, alors queCombatetFranc-Tireurne le publient que partiellement. Mais un grand nombre de publications n'en firent même pas mention dans la clandestinité,L'Humanité,Témoignage chrétien,Défense de la France, pour n'en citer que quelques-unes30.

Les ordonnances du Gouvernement provisoire (août 1944- octobre 1945)[modifier]

À partir de septembre 1944, l'application de son programme devient la principale raison d'être du CNR qui perdure jusqu'en 1947.Louis Saillantsuccède à Georges Bidault nommé ministres des affaires étrangères. Le 7 octobre 1944, le CNR organise un vaste rassemblement auVel d'Hivet fait acclamer par une foule immense les grandes lignes de son programme31.

Au moment de la Libération, les socialistes de laSFIOreprésentent, avec les syndicalistes de laCGTréunifiée, les partisans les plus convaincus du programme du CNR. Les socialistes considèrent les nationalisations pas seulement comme des mesures socialistes, mais aussi des mesures patriotiques32. LePCFsemble hésiter entre la promotion de son propre programme et celle du programme du CNR, mais il affirme plus clairement son adhésion au programme du CNR après le retour en France deMaurice Thorezet l'acceptation de la dissolution desMilices patriotiquesen novembre 1944. En janvier 1945, Thorez se prononce pour « le retour à la nation des grands moyens de production monopolisés », c'est-à-dire pour les nationalisations, mais cette revendication est moins pressante que celle concernant l'épuration33. Troisième tendance bien représentée dans la Résistance, lesdémocrates chrétiensfondent un parti, leMouvement républicain populaire(MRP) en novembre 1944. Jusqu'au printemps 1945, ils sont animés d'une « foi révolutionnaire » , selon les mots de Claire Andrieu qui fait remarquer qu'avec le quotidien socialisteLe Populaire, le journal d'inspiration démocrate chrétienneL'Aubeappelle à la « Révolution » de façon récurrente alors qu'à la même époque les journaux communistes ne l'évoquent pas. Le MRP, selon ses objectifs annoncés le 5 septembre veut « en finir avec le régime capitaliste et la dictature de l'argent » mais marque sa réserve vis-à-vis des nationalisations en invoquant la « libéralisation de l'économie »34. En décembre 1944Emmanuel d'Astier de la Vigeriedépose à l'Assemblée consultative provisoireun ordre du jour réclamant d'urgence la nationalisation des grandes entreprises du pays, ordre du jour qui recueille l'unanimité des délégués prenant part au vote. En juillet 1945, Jacques Duclos fait adopter un ordre du jour qui réclame d'urgence les nationalisations et l'épuration économique. Il n'y a guère que Joseph Denais, membre de laFédération républicainequi tente de s'y opposer en déposant une proposition tendant à maintenir l'État dans le contrôle et la coordination en excluant toute étatisation ou socialisation35.

Legouvernement provisoirelui-même n'a jamais reconnu le programme du CNR.de Gaullelui-même se garde bien de se référer au CNR lorsque le 12 septembre 1944, au palais de Chaillot, il annonce les « principes» qui vont guider son action36:

«  ...tout en assurant à tous le maximum de liberté, et tout en favorisant en toute matière l'esprit d'entreprise, elle (la France) veut faire en sorte que l'intérêt particulier soit toujours contraint de céder à l'intérêt général, que les grandes sources de la richesse commune soient exploitées et dirigées ... pour l'avantage de tous, que les coalitions d'intérêt ... soient abolies une fois pour tous, et qu'enfin chacun de ses fils, chacune de ses filles puisse vivre, travailler, èlever ses enfants dans la sécurité et la dignité...  »


Entre décembre 1944 et octobre 1945, le gouvernement provisoire est amené à prendre une série d'ordonnances allant dans le sens des mesures préconisées par le programme du CNR37.

Les réformes économiques et sociales en 1946[modifier]

Des élections générales du 21 octobre 1945, sortent vainqueurs avec 75 % des suffrages, les trois partis qui mettent en avant l'application du programme du CNR : le PCF, le SFIO et le MRP.

Un bref retour en arrière est nécessaire pour faire état d'un rapprochement qui s'est amorcé entre temps le PCF et la SFIO et qui s'est traduit par la publication d'unmanifeste du comité d'entente socialiste-communisteoù le champ des nationalisations est revu à la hausse par rapport à un texte communiste déposé à l'Assemblée trois jours plus tôt. La liste des nationalisations comprend les Houillères, mines de fer et de bauxite, la production de ciment, les transports terrestres et aériens, la grosse industrie. Ce rapprochement entre les deux principaux partis de gauche atteint ses limites lorsque le 12 juin le PCF soumet à la SFIO unecharte d'unité de la classe ouvrièremais soumet sa réunification avec la SFIO à l'acceptation du « matérialisme dialectique de Marx et Engels enrichi par Lénine et Staline »39. La réunification n'aura pas lieu mais les tentatives d'unification de la gauche seront relayées fin août 1945 par la CGT qui constitue autour d'elle une délégation des gauches à laquelle le MRP n'est pas invité40et qui accouche le 6 novembre 1945 d'un programme qui se veut une mise au point du programme du CNR41. Ce programme de 1945 n'est guère plus détaillé que le programme du CNR pour ce qui concerne laSécurité sociale, mais précise les conditions des nationalisations envisagées par le manifeste : transfert du capital à l'État et transfert de la direction à des conseils bipartites composés de travailleurs et de représentants de l'intérêt général41.

De nettes divergences apparaissent dans le programme du MRP, publié le 8 novembre, c'est-à-dire deux jours après celui de la gauche. Le programme du MRP prévoit la nationalisation de laBanque de France, mais pas celle des autres banques. Par contre, le périmètre des entreprises n'est pas moins vaste que celui des gauches, mais les modalités de gestion de l'État sont diverses, depuis la régie d'État jusqu'à la coopérative de production. Les gauches, tout comme le MRP, souhaitent revoir l'ordonnance du 22 février sur les comités d'entreprise pour introduire la participation des ouvriers à la gestion41.

De Gaulle, élu président d'un gouvernement tripartite, à l'unanimité, le 13 novembre 1946, se déclare d'abord assez réservé vis-à-vis des programmes, mais accomplit finalement, conformément à des promesses queRené Plevenavait faites à l'Assemblée consultative en juillet 194542, un programme de nationalisations intermédiaire entre le programme des gauches et celui du MRP43 :

  • 2 décembre 1945, nationalisation de la Banque de France et de quatre grandesbanques de dépôt.
  • 18 janvier 1946, dépôt à l'Assemblée de projets de loi sur la nationalisation de l'électricité et du gaz.

En désaccord avec l'Assemblée constituante sur la conception de l'État et le rôle des partis, de Gaulle démissionne le 20 janvier 1946. Dans la question de la nationalisation des banques, il avait dû mettre tout son poids dans la balance pour que les deux plus grandes banques d'affaires (Banque de Paris et des Pays-BasetBanque de l'Union Parisienne) ne soient pas nationalisées. De Gaulle a également veillé, avec le soutien du MRP et de la SFIO à ce que les anciens actionnaires soient indemnisés correctement42. La confisaction deRenaultest une exception.

Après le départ de de Gaulle, le nouveau président du ConseilFélix Gouinannonce que la défense du franc est à l'ordre du jour. Parmi la liste d'économies à réaliser figure une réduction massive des frais généraux des établissements nationalisés. L'adoption de la loi sur la nationalisation de l'électricité et du gaz est laborieuse, le MRP et la SFIO souhaitant un système plus décentralisé que celui proposé par le ministre communisteMarcel Paul. Les députés MRP votent finalement la loi après avoir déposé 77 amendements qui ne furent généralement pas adoptés44. Les nationalisations des compagnies d'assurances sont également une source de dissension entre les communistes qui demandent la nationalisation totale du secteur alors que les socialistes ne demandent que la nationalisation de 48 compagnies, représentant 65 % du secteur44. Une série de mesures est adoptée par l'Assemblée constituante dans la semaine du 23 au 26 avril avant qu'elle ne se sépare pour le référendum du 5 mai44.

  • 21 février 1946, rétablissement de la loi des quarante heures.
  • 28 mars 1946, vote de la loi sur la nationalisation de l'électricité et du gaz.
  • 24 avril 1946, nationalisation des grandes compagnies d'assurances.
  • 25 avril, extension du nombre et des attributions des comités d'entreprises.
  • 26 avril 1946, généralisation de laSécurité socialeincluant laRetraite des vieux.

Le référendum constitutionnel est un échec pour les partis de gauche et par conséquent un succès pour le MRP qui prônait le non. L'Assemblée est dissoute et le MRP devenant le premier parti de France, l'un de ses membres,Georges Bidault, devient Premier ministre. Au cours des campagnes électorales, les trois grands partis ont continué d'affirmer leur fidélité au programme du CNR. En fait, il n'y a plus de consensus pour aller plus loin dans les nationalisations. Le PCF est seul à proposer la nationalisation des ressources thermales et de lasidérurgie. La loi sur le statut de lafonction publique, présentée parMaurice Thorezest la seule que l'on puisse qualifier de réforme de structure45.

Avec 28 % des suffrages, le PCF sort renforcé des élections législatives du 10 novembre 1946 et tente d'apparaître comme un parti de gouvernement. Ainsi, Maurice Thorez déclare dans une interview au quotidien anglaisThe Timesqu'il existe « pour la marche du socialisme d'autres chemins que celui suivi par les communistes russes », mais après son échec à accéder à la présidence du gouvernement, Thorez est désavoué par le comité central de son parti qui déclare le 27 novembre « Les nationalisations ne sont pas des mesures socialistes ... La première condition de l'introduction du socialisme dans un pays, c'est l'institution d'un État socialiste. » Le PCF est donc revenu à ses positions de 194346. Le MRP qui continue de s'affirmer fidèle au programme du CNR met de plus en plus l'accent sur le retour de la liberté économique. La SFIO est donc pratiquement seule à œuvrer pour la poursuite des nationalisations. Le projet concernant les principales compagnies de navigation maritimes est sérieusement édulcoré par le MRP et les radicaux. Le début de laguerre froideet le renvoi des ministres communistes le 5 mai 1947 signifie la fin d'une tranche de la vie politique française à laquelle se rattache le programme du CNR46.

Généalogie des réformes économiques et sociales de la Libération[modifier]

Si les différents législateurs de la période 1944-1947 ont explicitement associé leur œuvre législative au programme du CNR, ces mesures économiques et sociales peuvent également être placées dans une perspective plus large. Différents auteurs ont ainsi traité la question de la rupture ou de la continuité avec la période précédente, celle duRégime de Vichy.

En matière de droit social, il apparait que le rétablissement des libertés syndicales apparait bien comme une rupture par rapport à laCharte du travailde Vichy, ou, plus exactement, c'est la Charte du travail qui est une parenthèse dans l'évolution dudroit du travail français47.

En matière de protection sociale et de planification, c'est en revanche la continuité qui prédomine48, l'ensemble des mesures sociales suivent les lignes de force de la protection sociale, qui vont de laTroisième Républiqueà laQuatrième Républiqueen passant par leRégime de Vichyet laLibération49. Pour Richard Kuisel, sous certains aspects, Vichy et la Résistance s'opposent ensemble à laTroisième république:

« Malgré des différences évidentes, les réformes proposées par Vichy et par la Résistance avaient beaucoup de points en commun. les unes comme les autres visaient à une renaissance nationale, à une réconciliation sociale, à une restauration morale, à une économie planifiée plus juste, à un État plus dynamique »50

Robert Paxtonrappelle également la continuité du personnel de la haute administration qui met les réformes en œuvre« certes, la IVe République reviendra, dans ce cas comme dans bien d’autres, aux pratiques de la IIIe - certains des plans quinquennaux seront soumis à l’examen du Parlement – mais les fonctionnaires gardent dans l’économie nationale un rôle qui rappelle beaucoup plus Vichy que l’avant-guerre »51.

Dans le système de retraite, le principe derépartitionn'était pas expressément prévue dans le programme du CNR mais avait été déjà mise en œuvre par leRégime de Vichy52.Pierre Laroqueque l'on considère come le « père de la sécurité sociale » avait été au tout début de l'occupation membre du cabinet du ministre du travailRené Belin. Ce cabinet avait publié en septembre 1940 un rapport qui prévoyait de substituer aux différentes caisses d'affinité une caisse départementale unique chargée de la gestion des congés payés, des allocations familiales et du volet maladie des assurances sociales. Il était également prévu qu'une Caisse de solidarité nationale recevrait la responsabilité de l'ensemble de la branche vieillesse53. Si Laroque connaissait bien le système de protection sociale mis en place par Belin, comme il avait rejoint Londres à partir de jun 1943, il était également informé des différentsrapports Beveridged'où découlent plus ou moins les principes de l'État-providencedans le monde anglo-saxon. D'après Belin lui-même, Laroque aurait plus emprunté aux rapports Beveridge qu'au projet de septembre 1940 auquel Laroque fut mêlé54.

 

Le programme du CNR dans la Mémoire[modifier]

Une longue nuit[modifier]

Après avoir revêtu une valeur emblèmatique dans laquelle se reconnaissaient les acteurs de la Libération au cours de la période 1944-1947, le programme du CNR disparait de la scène publique pendant près d'un demi-siècle, à partir de 1947 où avec l'arrivée de laguerre froideet la fondation duRPF, l'éclatement de l'union née de la Résistance est consommé55.

De 1972 à 1981, alors que leProgramme commundébattu entre les partis de gauche est mis à l'ordre du jour, le souvenir du programme du CNR n'est pas réactivé. Claire Andrieu explique cet oubli par le fait que la bipolarisation de la vie politique et la problèmatique de l'union de la gaucherendent inopportune la référence à une expérience d'union nationale55. À la suite de l'effondrement des régimes communistes de l'Europe de l'Est symbolisé par laChute du mur de Berlinet du succès apparent des conceptions libérales de l'économie que l'on a appelénéolibéralismeque la référence au programme du CNR, à fort contenudirigiste, a retrouvé une utilité55.

La résurgence de 1994 et Soixantième anniversaire (2004)[modifier]

En 1994, le président de la République préside une commémoration en hommage au CNR et à son programme, mais déjà, à partir de 1993, le quotidien communistel'Humanitéa redécouvert le texte pour en faire le symbole d'une économie basée sur un service public fort55.

C'est d'ailleurs un communiste,Jacques Nikonoffqui préside le mouvementATTACqui organise à l'occasion du soixantième anniversaire de l'adoption du programme du CNR, un appel lancé le 10 mars 2004 par d'anciens résistants, faisant un parallèle entre le néo-libéralisme et les puissances d'argent dénoncées dans l'appel originel. L'appel se termine par le slogan « Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ». Treize résistants, particulièrement illustres, ont signé le texte:
Lucie Aubrac,Raymond Aubrac,Henri Bartoli,Daniel Cordier,Philippe Dechartre,Georges Guingouin,Stéphane Hessel,Maurice Kriegel-Valrimont,Lise London,Georges Séguy,Germaine Tillion,Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey56.

En 2010, l'un des signataires de l'appel du soixantième anniversaire,Stéphane Hessel, alors âgé de 93 ans, publie un opuscule,Indignez-vous !, qui rencontre un grand succès. Dans le texte, Stéphane Hessel évoque largement le programme du CNR et affirme que « C'est tout le socle des conquêtes sociales de la Résistance qui est aujourd'hui remis en cause ». Le texte se termine à nouveau par le slogan de l'appel du soixantième anniversaire « Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ».

Controverses[modifier]

Dans un article de 2007 que Claire Andrieu qualifiera en 2011 de brillant et provocateur avant de démonter son argumentation57,Denis Kessler, ancien vice-président duMEDEFutilise lui aussi « le programme du CNR » pour désigner l'ensemble des réformes de 1945 « Il s'agit  aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! »58

Texte intégral du programme du CNR[modifier]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sommaire

  [masquer

STOP A LA MISÈRE

24 Octobre 2011, 01:31am

Publié par hugo


 

SI VOUS VOULEZ QUE LA MISERE DISPARAISSENT VOTEZ A GAUCHE CAR LE DOITE SOUTIENT ET SOUTIENDRA TOUJOUR BOLORE LAGARDERE BOUYGUES DASSULT ETC DONC TOUJOUR LES PLUS RICHES ET CELA SA SUFFIT 

IL FAUT QUE TOUS CE QUI RESEMBLE  A LA MISERE DISPARAISSENT UNE FOIS POURR TOUTE 

BANDE DE RIGOLO A L UMP

23 Octobre 2011, 22:43pm

Publié par hugo

IL SONT UNE BANDE DE RIGOLOS QUAND IL TAPE SUR LE PROGRAMME DU PS , car tout est fait sur des chiffres approximatif , la politique nest pas fait pour des ministres et de putes qui ne savent pas chiffres et qui chiffres approximativement le programme du ps. SI NON JAI UNE INFO INTERRSSANTE , linfo est que le programme de lump  coute plus chere que celui du ps , peut  etre le double du ps , donc voila . QUAND LE L UMP SAURA CHIFFRE UN PROGRAMME il nous le diront , car pour l instant rien n est clair chez eux a part que l ump represente sarko pour qu il perde en 2012 et donc droit dans le mur avec tout ce qu ila fait de pire ( edvire, christina , la nuit securitaire, ,)avec lump ,il ya un probleun =un lois , onn sait tres bien que le risque zero nexiste pas , donc volia , 

http://www.ps95.info/2011/10/convention-de-lump-sur-le-chiffrage-du-programme-du-ps-un-remake-du-juste-prix/

VOIR ARTICLE AVEC REFERENCE AU DESSUS 

ON SE DEMANDE COMMENT L UMP EST ARRIVE A CELA , ? 

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2011/10/19/l-ump-de-petites-erreurs-en-grosses-exagerations-sur-le-projet-du-ps_1590241_1471069.html

voir le deuxime article avec lautre reference http://www.ps95.info/2011/10/convention-de-lump-sur-le-chiffrage-du-programme-du-ps-un-remake-du-juste-prix/

 

L INTERNATIONALE REVUE MAIS TOUJOUR AUSSI FORT AU NIVEAU PAROLE

17 Octobre 2011, 01:22am

Publié par hugo

 

 

L'INTERNATIONALE

Pour écoutez "L'Internationale" dans toutes les langues

Cliquez  ICI

Debout les damnés de la terre
Debout les forçats de la faim
La raison tonne en son cratère
C’est l’éruption de la fin
Du passé, faisons table rase
Foule esclave debout debout
Le monde va changer de base
Nous ne sommes rien soyons tout

REFRAIN 
C’est la lutte finale
Groupons-nous et demain 
L’internationale 
Sera le genre humain

Il n’est pas de sauveurs suprêmes 
Ni Dieu ni César ni tribun
Producteurs sauvons-nous nous-mêmes! 
Décrétons le salut commun
Pour que le voleur rende gorge
Pour tirer l’esprit du cachot
Soufflons nous-mêmes notre forge
Battons le fer quand il est chaud

L'état comprime la loi triche 
L'impôt saigne le malheureux 
Nul devoir ne s'impose aux riches 
Le droit du pauvre est un mot creux 
C'est t'assez languir en tutelle 
L'égalité veut d'autres lois 
Pas de droits sans devoirs dit-elle
Egaux pas de devoirs sans droit

Les rois nous saoulaient de fumées
Paix entre nous guerre aux tyrans 
Appliquons la grève aux armées 
Crosse en l'air et rompons les rangs 
S'ils s'obstinent ces cannibales 
Á faire de nous des héros 
ils sauront bientôt que nos balles 
Seront nos propres généraux

Ouvriers paysans, nous sommes 
Le grand Parti des travailleurs
La terre n’appartient qu’aux hommes
L’oisif ira loger ailleurs
Combien de nos chairs se repaissent 
Mais si les corbeaux les vautours 
Un de ces matins disparaissent
Le soleil brillera toujours

Hideux dans leur apothéose
Les rois de la mine et du rail
Ont-ils jamais fait autre chose
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la banque
Ce qu'il a créé s'est fondu
En réclamant qu'on le lui rende
Le Peuple ne veut que son dû

video geniale

17 Octobre 2011, 01:20am

Publié par hugo

VIDEO GENIALE 

Des mots pour le séduire.. et le garder !

17 Octobre 2011, 01:16am

Publié par hugo

Accueil du Mag > Articles Savoir vivre > Des mots pour le séduire.. et le garder !

Des mots pour le séduire.. et le garder !


Votre objectif : gagner ou conserver le coeur d'un homme qui vous plait tout particulièrement ! Rien de bien compliqué finalement, vous y parviendrez sans doute en écoutant votre coeur qui est le meilleur conseiller du monde. Mais quelques petites astuces en plus ne peuvent pas faire de mal...

Pour le séduire...

Vous avez jeté votre dévolu sur lui et pour vous désormais l'objectif est de faire en sorte que l'attirance soit réciproque. Un compliment habile peut faire rapidement évoluer les choses.

Lui faire prendre conscience que vous l'avez remarqué

Cet homme est peut-être déjà sous votre charme mais n'a reçu de vous aucun signe lui permettant de comprendre qu'il vous captive. Il est possible que ce soit parce que votre attitude est très réservée. Il est possible aussi que monsieur soit particulièrement timide et n'interprète donc pas dans le bon sens vos tentatives de rapprochement. Dans les deux cas, il faut débloquer la situation en douceur. Une pointe d'admiration dans votre regard, un encouragement dès qu'il s'exprime sur des sujets qui le valorisent ("continue, c'est intéressant ce que tu dis..."), l'expression franche et sincère de votre admiration dès que l'occasion se présente ("je n'aurais pas dit ou fait mieux que toi, tu as réagi à la perfection, j'admire ta façon de gérer ce type de situation..." ou bien "si seulement tout le monde faisait/était comme toi...").

Pourquoi mon compliment va le toucher ?

Ce n'est pas uniquement votre charme qui le fera craquer, c'est aussi et surtout le scénario fantasmatique qu'il pourra élaborer à partir de votre attitude. Par exemple, en le complimentant sur son aspect physique, vous l'aidez à bâtir un scénario sensuel à votre propos. En le complimentant sur un trait de sa personnalité, vous lui proposez d'imaginer avec vous un scenario sentimental. Une fois que son imagination lui aura fait entrevoir tout le charme de la relation qu'il peut espérer avoir avec vous, le plus dur sera fait. N'oubliez pas également que beaucoup d'hommes (tout comme les femmes) ont un grand besoin d'être confortés dans leur estime d'eux-même. Faites-leur ce cadeau que de les aider à prendre conscience de leur valeur, et ils vous en sauront gré !
Résumons : le compliment que vous lui faites n'a pas pour but de le flatter mais de le faire rêver, de lui faire prendre conscience que la relation qu'il pourrait avoir avec vous serait particulièrement agréable parce qu'il serait compris, apprécié, valorisé. Qui peut rester insensible à une telle perspective ?

Pour le garder...

Cet homme-là a craqué pour vous depuis quelques temps déjà et votre relation est bien installée. Pourtant vous n'avez pas l'intention de vous endormir sur vos lauriers. Vous avez bien raison !

Ne donnez pas d'armes à celles qui lui tournent autour

Il lui arrive peut-être de douter de son pouvoir de séduction, et si vous négligez de le rassurer de ce côté-là, vous laissez malheureusement la voie libre à toutes celles qui sauront exploiter sa vulnérabilité. Ce serait dommage qu'il cède à la tentation simplement parce qu'il ne se sent pas apprécié à sa juste valeur. Alors donnez-lui le sentiment que vous le trouvez exceptionnel, cela fera une faille de moins que les tentatrices ne pourront pas exploiter ! Il est unique au monde pour vous, personne ne lui arrive à la cheville, il est absolument irremplaçable : si vous le pensez, pourquoi ne pas le lui dire ?

En faire trop ou pas assez ?

Bien sûr, on a toujours peur d'en faire trop et que ça ne paraisse pas sincère. Il faut savoir doser en tenant compte du caractère de la personne à qui on s'adresse. A un grand timide, on ne fera que des compliments très mesurés, de peur qu'il ait le sentiment qu'on se moque de lui (ce n'est pas le but !). A un homme très sûr de lui, on ne fera pas un compliment trop général (vous ne seriez pas la première à le lui faire !). Au contraire on fera porter le compliment sur un point de détail significatif pour lui. Votre intimité vous fournit également le plus beau sujet de compliment qui soit et en plus, ça vous permet d'éviter la concurrence. Sa maman passe son temps à le féliciter sur sa prestance, sur l'élégance de ses cravates ou sur sa réussite professionnelle ? Soit. Mais vous, vous êtes probablement la seule qui puisse le complimenter sur sa sensualité, l'odeur de sa peau ou la dextérité avec lequel il vous masse les doigts de pieds. Alors profitez-en !

Lui dire tout le bien qu'il vous fait

Le but de vos petites phrases qui le touchent là où ça lui fait du bien, c'est aussi de lui montrer que ses efforts à votre égard sont loins d'être perdus. Le remercier au quotidien pour tout ce qu'il fait, même si c'est habituel, et le remercier encore plus quand il fait un effort particulier, c'est lui prouver qu'il ne perd pas son temps à s'investir dans votre relation. En effet, ses sentiments pour vous sont peut-être assez profonds pour que l'harmonie au quotidien et les bons moments partagés suffisent à son bonheur. Mais ce n'est pas certain. Ce qu'il aime dans votre relation, ce n'est pas seulement le bien que vous lui faites, c'est aussi le bien qu'il vous fait. Encore faut-il qu'il perçoive cela dans votre attitude et vos propos. "Si je reste avec toi, c'est que je me sens bien, ça devrait être une preuve suffisante" n'est pas un argument recevable car ce n'est pas la logique qui régit les rapports de couple. Il a sûrement besoin de penser qu'il vous donne bien plus que de l'amour (il vous donne une forme d'équilibre, il vous amuse, il vous permet de découvrir de nouvelles activités, il vous apporte une sécurité et une stabilité, il sait vous conseiller, etc...). Le rassurer sur ce point, c'est le garder !

Partager
Votre nom
Votre e-mail
(n'apparaîtra pas sur le site)
Titre du commentaire
Votre message
Pour valider votre commentaire, vous devez écrire les deux mots dans le champs suivant