Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Abus tarifaires : Les obsèques de plus en onéreuses en France !,economie,

31 Octobre 2014, 04:54am

Publié par hugo



Abus tarifaires : Les obsèques de plus en onéreuses en France !


Publiée le 30 octobre 2014 à la 3 h 12 min (modifiée le 30 octobre 2014 à la 6 h 14 min) par Jerome Treglia dans la catégorie Actualité économique
Sur le même sujet:


Le pouvoir d’achat des Français a chuté de 4% en 5…


Une nouvelle hausse des tarifs de l’électricité de…


Mutuelles étudiantes : Les dysfonctionnements des…


Une hausse des tarifs de l’électricité de 2,5 % et…


UFC-Que Choisir a rendue publique ce mercredi une étude sur le marché des Pompes Funèbres. Il en ressort que le prix total des obsèques atteint 3.350 euros en moyenne avec une hausse de plus de 8% par rapport à 2011.


Abus tarifaires, manque d’information… Les pompes funèbres dans le viseur de l’UFC


L’association de consommateurs constate que « Le prix total des obsèques, hors caveau et concession, s’établit à 3.350 euros en moyenne contre 3.098 en 2011, soit une augmentation de 8,18%, plus du double de l’inflation sur la période »


Selon l’UFC-Que Choisir, les tarifs pratiqués peuvent également considérablement varier d’un opérateur à l’autre, de 1.347 euros à plus de 6.649 euros. Pour l’association, « ce grand écart tarifaire est dû non seulement à un florilège de prestations +non obligatoires+ mais aussi à des opérations aux prix disproportionnés« . Ainsi la prise en charge des démarches administratives peut varier de 40 à 482 euros, et celle pour les soins de conservation oscille entre 53 et 534 euros.


La crémation n’est pas une solution plus économique


Par ailleurs, l’UFC constate que la crémation « contrairement à une idée reçue (…) ne constitue pas une solution plus économique que l’inhumation« . Les devis moyens pour l’incinération se montent à 3.609 euros, soit 8% plus chers que ceux de l’inhumation.


Les obsèques en France de plus en plus chères
Les obsèques en France de plus en plus chères
Manque de transparence sur les tarifs et prestations


Dans son étude, l’UFC note également que malgré l’entrée en vigueur en 2010 d’un arrêté fixant un modèle de devis obligatoire, beaucoup de consommateurs restent mal informés par les entreprises de pompes funèbres quant au coût des prestations.


« Dans 26% des cas, nos enquêteurs sont repartis sans le moindre devis (…) Quant à la teneur des devis récoltés, seuls 20% respectent les modèles de devis obligatoires et 38% s’en rapprochent sans être conformes pour autant« , indique l’association.


« Le secteur a encore des progrès a faire en matière de transparence des prix », reconnaît Philippe Martineau, dont le réseau de commerçants milite pour « le droit à la transparence des coûts« .


En 2012, des entreprises se sont lancées dans les obsèques low-cost, accessibles seulement via internet, avec un cercueil standard et des prestations minimales.

http://www.lesnewseco.fr/abus-tarifaires-les-obseques-en-france-coutent-en-cher-03694.html

Baisse des adhésions chez les socialistes ? Le PS s'explique,politique,

31 Octobre 2014, 04:47am

Publié par hugo

Baisse des adhésions chez les socialistes ? Le PS s'explique
CRÉÉ : 30-10-2014 17:56
PARTI SOCIALISTE - Un document dévoilé ce jeudi dans la presse fait état d'un retard de 60% des recettes de cotisation par rapport à l'objectif du PS. Jean-François Debat, secrétaire national du parti à la trésorerie, fait pour metronews le point sur le sujet.


1
10
1


Parti socialisteAu Parti socialiste, dirigé par Jean-Christophe Cambadélis, l'ombre d'une désaffection des militants plane. Photo : AFP
Jean-François Debat est secrétaire national du PS à la trésorerie.
Jean-François Debat est secrétaire national du PS à la trésorerie. Photo : jeanfrancoisdebat.fr
Europe 1 fait état ce jeudi d'une baisse de 60% des recettes de cotisation par rapport à ce qui était prévu à la moitié de l'année. Confirmez-vous ce chiffre ?
Il faut déjà préciser de quoi l'on parle. Effectivement, le point d'étape sur nos finances au 31 juillet a montré que nous n'avions atteint que 35% de notre objectif. Mais il s'agit d'un objectif annuel, basé sur le total des recettes de l'année dernière ! En tirer des conclusions sur le fait que nous n'en atteindrions que 50% à la fin de l'année n'a pas de sens. Les cotisations des adhérents au PS ne suivent en effet pas un cycle linéaire : certains sont prélevés tous les mois mais d'autres ne paient qu'une fois par an, et le contexte joue dans ce processus... Le raisonnement d'Europe 1 est donc faux.


EN SAVOIR + >> Au PS, les militants se feraient la malle


Reconnaissez-vous néanmoins une mauvaise dynamique ?
Les cotisations sont en effet rentrées moins vite au premier semestre 2014 que l'an dernier. A la même époque en 2013, nous avions déjà atteint, de mémoire, autour de 50% de l'objectif. Mais il faut relativiser. D'abord parce que l'objectif de 2,3 millions d'euros est calé sur le chiffre atteint l'an dernier, qui était une année assez haute. Ensuite, parce que la dynamique militante n'est pas mauvaise, au contraire. Il y a eu par exemple 20% de participants en plus cette année à notre université d'été de La Rochelle. Et les états généraux du parti ont déjà reçu plus de 4000 contributions. Il y a une volonté des militants de s'impliquer qui, je pense, va s'accélérer.


Comment expliquez-vous ce ralentissement au premier semestre 2014 ?
D'abord, il n'y a pas eu de votes internes, qui sont l'occasion pour beaucoup de militants de renouveler leur adhésion. Ensuite, nous avons vécu des mois compliqués électoralement, avec notamment une sévère défaite aux municipales et les mauvais résultats des européennes. Enfin, le Parti socialiste apparaît divisé : nous avons même des parlementaires (les "frondeurs", ndlr) qui refusent de voter le budget de notre gouvernement ! Quand on cherche à ressouder les militants, reconnaissez qu'il y a mieux... Si nous devions avoir une baisse des adhésions cette année, je le regretterais mais je n'en serais guère surpris, ce serait assez explicable.




PROPOS RECUEILLIS PAR THOMAS VAMPOUILLE
E-mail
Partagez l'article


PLUS D’INFOS SUR PARTI SOCIALISTE
800.000 euros de cotisations en moins : au Parti socialiste, les militants se font la malleHénin-Beaumont : Benoît Hamon reconnaît l'habileté du maire FN Steeve BrioisL'ancien secrétaire d'Etat Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence
VIDÉOS À VOIR SUR LE WEB

Un handicapé privé de film,handicape,article sur le handicap,

31 Octobre 2014, 03:57am

Publié par hugo

Région
Un handicapé privé de film
Publié le 28/10/2014 á 22H23 Partager Réagir
Share on facebookShare on twitterShare on google_plusone_share
Société. Un cinéphile handicapé n’a pas pu, samedi, voir le film qu’il désirait à l’UGC. Il dénonce le mauvais accueil du personnel.
Un handicapé privé de film
De nombreux endroits sont encore inaccessibles aux fauteuils
Meurtri. Florian Bailleul, 31 ans, n’a toujours pas digéré la mésaventure qui lui est arrivée samedi dernier. « Je voulais voir le film Le Juge, vers 17 h, au cinéma UGC de Saint-Sever », raconte l’homme qui circule en fauteuil roulant. « Dès que j’ai demandé ma place à la caissière, elle m’a dit « non ». » Florian dit qu’il s’est alors étonné. « Elle m’a dit que je représentais un danger et qu’elle ne me vendrait pas de place ».


Le Juge est projeté ce jour-là dans une salle du rez-de-chaussée du cinéma de la rive gauche. Une salle dont l’accès est rendu impossible à une personne en fauteuil par une quinzaine de marches. Florian demande alors à parler à un responsable de l’établissement. L’employé invoque des questions de sécurité. « Il voulait surtout clore la discussion », estime Florian. « Il a fini par me dire de contacter la direction générale d’UGC pour me plaindre du manque d’accessibilité. »


« Je me suis
senti rejeté »


Florian regrette surtout « que le personnel n’ait cherché aucune solution. On aurait pu me proposer d’aller voir un autre film, à l’étage, qui est accessible par ascenseur. Si il y avait vraiment eu discussion, on aurait aussi pu m’aider à monter les marches, sachant que je peux un peu marcher avec de l’aide. Je me suis senti rejeté parce que j’étais différent. Cela a été violent pour moi ».


Chargée de la communication du groupe UGC, à Paris, Charlotte Mouranet reconnaît que les salles du rez-de-chaussée du cinéma ne sont pas encore accessibles. « Florian Bailleul a, semble-t-il, demandé à être porté pour accéder à la salle. Nos employés ont des consignes strictes : pour des raisons de sécurité, il leur est interdit de laisser des personnes en fauteuil pénétrer dans les salles du bas ».


Charlotte Mouranet explique que, pour éviter les discriminations, « les films projetés tournent dans les différentes salles. La semaine suivante, Florian Bailleul aurait pu voir son film dans une salle de l’étage ». Elle ajoute que l’employé le lui a proposé. Florian affirme le contraire.


La direction de l’UGC précise avoir « passé du temps au téléphone avec Florian lundi après-midi, notamment pour l’inviter à venir voir Le Juge la semaine prochaine, dans une salle accessible ». Charlotte Mouranet assure que l’incident de samedi dernier « est un cas isolé. L’UGC se préoccupe du handicap et toutes les nouvelles salles sont équipées pour accueillir toutes les personnes souffrant de handicap ».


À l’UGC de Rouen, aujourd’hui, neuf salles sont accessibles, cinq autres ne le sont pas.


PATRICIA BUFFET


p.buffet@presse-normande.com


Et ailleurs ?


Dans les autres salles rouennaises, deux cas de figure : le Pathé Docks 76 et le Gaumont Grand-Quevilly qui sont « entièrement accessibles aux personnes à mobilité réduite », indique Mario Tommasini, le directeur des deux établissements. À l’Omnia, rue de la République, aucune salle n’est accessible. « C’est un vieux bâtiment », ne peut que regretter le directeur Hervé Aguillard. La ville, propriétaire, précise que des études sont en cours et qu’une première tranche de travaux est programmée pour 2016 « à l’avant de la salle ».
http://www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/1754720/region/un-handicape-prive-de-film#.VFL6bPmG-Sq

Les règles des femmes : où en sont les mythes et les tabous ?

31 Octobre 2014, 03:43am

Publié par hugo

Les règles des femmes : où en sont les mythes et les tabous ?


Par Camille Labatut
Publié le 21 octobre 2014
« I touch the Pickle », la pub qui envoie bouler les préjugés sur les règles
© DR/ Capture d'écran YouTube
25
Partages Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Elles ont les hormones qui explosent, sont impures et qui plus est, incapables de faire correctement une mayonnaise… Aussi absurdes soient-ils, les mythes affectant les femmes durant leurs règles ont la peau dure. Une récente publicité, réalisée par le géant de l'hygiène Procter et Gamble, a ainsi fait sensation en Inde en tournant en dérision un vieil adage populaire où s'entremêlaient des histoires de pots de cornichons et de serviettes hygiéniques…

Une jeune Indienne se dirige droit vers un pot déposé sur la table de la cuisine. L'air rieur, l'adolescente défie le regard de sa grand-mère, installée confortablement dans le salon , balance un « I touch the Pickle » (« Je touche le cornichon » en français, Ndr) puis s'en va, moulée dans un jogging blanc faire son footing matinal.
Accompagné par un « Touch the pickle » fredonné en cœur par une bande de mamies, ce spot publicitaire a de quoi surprendre : quelle est cette mystérieuse histoire de condiments ? Pourquoi un tel slogan dans une publicité qui vante les mérites d'une serviette hygiénique ?
L'idée, pourtant, fait mouche : abattre les tabous en se moquant d'une vieille croyance absurde autour des règles. Ainsi, certains en Inde aiment à penser qu'une femme ayant ses règles rendrait impropre à la consommation n'importe quel pot de cornichons à peine effleuré. Une sorte de super-pouvoir maléfique, finalement.




La publicité Procter et Gamble et cette curieuse histoire de cornichons


Des assiettes « spéciales règles » en vogue en Inde
S'il est probable que ces antiques croyances restent vivaces dans les campagnes indiennes, qu'en est-il, dès lors, au sein des grandes villes du pays ? La situation n'en est pas moins troublante. Car, si 59% des citadines indiennes – selon un sondage mené par l'institut Ipops – avouent toujours respecter cet étrange folklore en prenant garde à ne jamais approcher lesdits cornichons bien planqués au frigo, d'autres décampent carrément du lit conjugal et ne mangent que dans des assiettes « spéciales règles ».
Evidemment, les Indiennes ne sont pas les seules à subir les fantasmes d'un autre siècle concernant leurs ménorrhées.Un peu plus à l'Est, à Bali, les femmes ne sont, par exemple, pas les bienvenues dans les temples bouddhistes. Elles n'ont pas le droit non plus d'entrer dans une cuisine et doivent porter les mêmes vêtements pendant toute la durée de leurs règles.
Pas loin encore, du côté de Sumba (une île indonésienne), une légende dit qu'un homme malade peut se soigner en refilant son mal à une femme durant ses règles. Le raisonnement, ici, est des plus simplistes : la femme pourrait aisément ingérer l'infection puisqu'elle le purgera au cours de son cycle.
De l’autre côté de planète, les femmes ne sont pas non plus épargnées. En Jamaïque, les pires insultes installées dans la culture populaire se réfèrent aux menstruations. Blood clot (Caillou de sang, Ndr) en est le parfait exemple. Transformé au fil des années par le terme patois Bomboclat, il exprime une mauvaise surprise ou ponctue les phrases à l’instar de notre « putain » national.Dans certains coins des Etats-Unis, on accuserait même les femmes indisposées de faire cailler le lait et de dérégler les pendules !


En Europe, elles abîment le jambon et font tourner la mayo !
Il suffit ensuite de traverser l’Atlantique pour avoir confirmation que, décidément, les mythes n’ont pas de frontière. Dans l'Hexagone, par exemple, même si les règles ne sont plus aussi taboues qu’elles ne l’étaient – c’est ce qu’a révélé un sondage commandée en 2013 par les marques Always et Tampax – n’oublions pas, tout de même, que le temps où l’on croyait encore qu’une femme ayant ses règles faisait tourner la mayonnaise, n'est pas très loin. En Angleterre à la fin du 19e, le célèbre « Bristish Medical Journal » avait publié un ensemble de lettres de médecins qui assuraient qu'une femme, au milieu de son cycle, abîmait le jambon qu'elle touchait.


Et côté idées reçues bien sexistes, les Européennes ne sont pas ménagées. Preuve en est avec la récente sortie d’une application mobile italienne qui a hérissé le poil des médias et de la gent féminine. Puisque, c'est bien connu, une femme en période de règles est abominable, ingérable, infâme et irritable, le géant pharmaceutique Sanofi a conçu une application afin de voler au secours de ces hommes en détresse. Comment ? En leur prodiguant de précieux conseils pour survivre au syndrome prémenstruel et pour assurer la paix au sein du ménage.


Dans la vidéo promotionnelle, on découvre alors Eve maltraiter Adam, Hélène de Troie l’insatisfaite mais encore Marie-Antoine, dont les sauts d’humeur ont carrément engendré, la révolution française ! « On a rarement vu un tel mélange de sexisme, de misogynie et de marketing. » décriait alors le journal, Agoravox. Pas mieux…




La publicité qui vante, tranquille, les mérites d'une application sexiste


Les hormones coupables de nos sauts d'humeur, un autre mythe ?
Et d'ailleurs, pour en finir une bonne fois pour toutes avec ces lubies : qu'en est-il du vieux bon adage qui dit que les hormones pré menstruelles expliqueraient l’irritabilité des femmes ? Il serait faux, selon une étude canadienne menée par des universitaires de Toronto.

Gif "breaking bad"


Pour en venir à ces salutaires conclusions, les chercheurs ont mesuré le taux d’hormones dans les urines de 14 femmes toutes âgés de 18 à 40 ans, ces dernières devaient, en outre, transmettre au quotidien leur humeur, bonne ou mauvaise. Résultats… « Notre découverte majeure est que, à quelques exceptions près, aucun niveau d’hormones ni aucune phase de cycle menstruel ne peuvent jouer un rôle déterminant dans les humeurs quotidiennes de ce groupe de femmes », a martelé Gillian Einstein, professeur de psychologie.
Le stress et la santé seraient ainsi des facteurs bien plus déterminants dans les changements d'humeur. Or, avec toutes les conneries que l'on entend sur nos règles et ce, dans tous les recoins du monde, il n'est pas dit que notre karma s'améliore… Avis aux intéressés.
les articles Société Voir aussi : femmes societe

À VOIR AUSSI
Recommandé par
LIRE AUSSI SUR TERRAFEMINA

http://www.terrafemina.com/societe/societe/articles/49882-lesnregles-des-femmesn-ou-en-sont-les-mythes-et-les-tabous-.html

PHOTOS. Victoria's Secret : la campagne "The Perfect Body" fait polémique,femmes,feminisme,

31 Octobre 2014, 03:36am

Publié par hugo

PHOTOS. Victoria's Secret : la campagne "The Perfect Body" fait polémique
Le HuffPost | Par Alexis Ferenczi
E-mail
Publication: 30/10/2014 16h12 CET Mis à jour: 30/10/2014 16h15 CET
Partager
149
Tweeter
39

E-Mail
0
Commenter
0
inShare
0
MODE - Victoria's Secret essuie les foudres des internautes. En cause? Une campagne publicitaire pour une nouvelle ligne de soutiens-gorges baptisée "Body". La célèbre marque de lingerie accompagnait le lancement de cette collection par un slogan "The Perfect Body" -le corps parfait- qui a fait réagir sur Twitter.


Les images incriminées qui apparaissent dans les boutiques britanniques et sur le site américain sont visibles ci-dessous:


victoria secret


Les internautes reprochent l'utilisation du slogan sur des photos de mannequins à la silhouette pour le moins longiligne. Associer la phrase "le corps parfait" avec une image qui correspond à certaines attentes de la société en matière de perfection physique relève selon eux de "l'irresponsabilité" et représente "un danger".


Une pétition a même été lancée sur le site Change.org par trois étudiantes de l'université de Leeds et réunit presque 9000 signatures. Elles réclament notamment des excuses de Victoria's Secret et une nouvelle formulation encourageant d'autres internautes à utiliser le mot clé #iamperfect sur Twitter pour dénoncer cette publicité.




Qui permet à Victoria's Secret de dire ce qu'est un corps parfait?"




"Nous aimerions que Victoria's Secret s'excuse et endosse la responsabilité du dangereux message envoyé par la campagne The Perfect Body aux femmes à propos de leur corps. Nous aimerions que Victoria's Secret change les mots de ses publicités pour les soutiens-gorges "Body" et les remplace par d'autres qui ne plébiscitent pas des standards de beautés inatteignables et malsains", poursuit la pétition.




Frances Black, une des étudiantes à l'origine de cette initiative, se confie au Telegraph: "Je pense que c'est un message qui fait vraiment beaucoup de mal aux jeunes femmes. Je trouve ça blessant pour les femmes et leur ego. J'aimerais qu'ils s'excusent pour ce choix de campagne."




"Arrêtez de faire culpabiliser sur le corps. Pas étonnant que les jeunes filles aient des problèmes avec le leur et des troubles de l'alimentation."




"Wow! Comment ça se fait que personne chez Victoria's Secret ne soit intervenu pour dire: 'ce n'est peut être pas le meilleur message'."


Pour d'autres internautes, la campagne est plus subtile. Le mot "Body" est justement entre guillemet pour jouer sur le double sens "soutien gorge parfait" et "corps parfait".




"Hey tout le monde, "Body" est une ligne de soutiens-gorges qu'ils vendent. Ils ne veulent pas dire que ces femmes sont parfaites."


Lire aussi:
» Le casting du Victoria's Secret Fashion Show est terrifiant
» Miranda Kerr aurait été virée des "Anges" de Victoria's Secret
» Le défilé de la marque de lingerie américaine a mis à l'honneur Taylor Swit
» Une pétition encourage la marque à choisir son premier mannequin transsexuel
» Les "Anges" de Victoria's Secret ont défilé à New York
» Kate Upton furieuse contre Victoria's Secret à cause d'un cliché


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.
Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
ÉGALEMENT SUR LE HUFFPOST:


Close
Le défilé des Anges 1 sur 41  


Justin Bieber a participé au show Rihanna sur scène
Suiv
Previous
Next
 partager
 tweeter


PLUS: Beauté The Perfect Body Victoria's Secret #Iamperfect Twitter Hashtag Réseaux Sociaux Victoria's Secret the Perfect Body Victoria Secret Victoria's Secret Polémique Pétition Fashion Mode Style
Suggérer une correction
AILLEURS SUR LES SITES DU GROUPE LE MONDE

Le féminisme expliqué à mes fils en 25 leçons,femmes,feminisme,

31 Octobre 2014, 03:04am

Publié par hugo

Christine Organ Devenez fan
Auteur, écrivain, avocate
E-mail
Le féminisme expliqué à mes fils en 25 leçons
Publication: 23/10/2014 07h26 CEST Mis à jour: 23/10/2014 19h01 CEST TEENAGERS
Partager
1160
Tweeter
80

E-Mail
12
Commenter
86
inShare
0
Il y a une vingtaine d'années, mon père m'a dit: "Si tu veux quelque chose dans la vie, tu dois te débrouiller pour être en position de l'obtenir, et ne compter que sur toi-même."


Nous étions côte à côte, en train de finir la vaisselle -il essuyait, je rangeais- et sa remarque faisait sans doute suite à un caprice d'adolescente pour obtenir un nouveau sac à main, des chaussures, ou une paire de jeans Guess. Je ne sais pas s'il l'a fait exprès, mais ça a été mon initiation au féminisme: être indépendante, responsable de la manière dont sa vie se déroule, et prendre son destin en main. Et, ce qui était tout aussi important, il me réaffirmait sa confiance parce qu'il estimait que j'étais compétente et autonome, que je méritais d'être respectée et d'avoir les mêmes chances que n'importe qui.


Lire aussi:
Jeux vidéo: une créatrice reçoit des menaces de mort et fuit son domicile
Lancement de Leadership pour elles, une application pour les femmes
Les différences hommes-femmes en 9 illustrations pour dénoncer le sexisme
En tant que parents, nous n'arrêtons pas d'apprendre des choses à nos enfants: ce qu'il faut ou ne faut pas faire, ce qui est important et ce qui l'est moins, l'image que l'on a de soi et du monde qui nous entoure. Parce que ces leçons finissent toujours par avoir un effet, aussi minime soit-il et même si on ne s'en rend pas compte, je crois qu'il est important de ne jamais perdre de vue nos propres idéaux, nos valeurs et nos objectifs, afin de montrer l'exemple.


Même si, vue de l'extérieur, notre famille semble tout droit sortie d'une sitcom des années 1950 (mon mari travaille pendant que je m'occupe du foyer et des enfants), je suis sans aucun doute féministe dans la mesure où je crois à l'égalité des sexes. J'ai deux garçons (et pas de filles), mais je considère qu'il est tout aussi important de leur apprendre ce qu'est le féminisme et, plus important encore, comment le féminisme et l'égalité des sexes s'appliquent dans la vie.


Comme l'a très bien dit Emma Watson voilà quelques semaines dans son discours aux Nations unies, les problèmes de discrimination ont aussi un impact sur les hommes, et mon mari et moi devons faire tout notre possible afin de lutter contre la pléthore de stéréotypes, de préjugés et d'inégalités auxquels les enfants sont confrontés dès leur plus jeune âge. A nous d'ancrer profondément les leçons du féminisme et de l'égalité des sexes (sans oublier, d'ailleurs, les inégalités qui subsistent dans d'autres domaines) dans notre identité familiale, afin qu'elles finissent par porter leurs fruits, sur le terrain de jeu, au sport et, bien entendu, dans la cuisine quand vient le moment de débarrasser la table.


Il y a quelques semaines, je suis tombée sur l'incroyable liste féministe que Maureen Shaw a adressée aux filles. Même si beaucoup d'éléments sont universels, en tant que maman de deux garçons, je souhaitais trouver une liste qui contienne des choses auxquelles je suis plus spécifiquement confrontée (ou auxquelles je pense être confrontée un jour). Comme je n'en ai pas trouvé, j'ai fait ce qu'aurait fait n'importe quelle femme indépendante à ma place : j'ai créé ma propre liste !


Le féminisme expliqué à mes fils en 25 leçons


1. L'idée principale du féminisme, ce n'est pas la féminité mais l'égalité.


2. On peut être féministe même si on est un garçon. Ou, si on est une fille, même si on aime le sport, les hamburgers et les films d'action. Porter des bijoux, du maquillage, le nom de famille de mon mari et être manucurée ne m'empêche pas d'être féministe.


3. Les garçons ont le droit de pleurer. Mais, comme toutes les manifestations d'émotion, il faut s'efforcer de ne pas le faire à tort et à travers, et dans le respect des autres.


4. Ayez des amies filles.


5. Les filles ont le droit d'aimer les petites voitures, les superhéros et La Guerre des étoiles, tout comme les garçons ont le droit d'aimer les princesses, jouer à la dinette et à Mon Petit Poney.


6. Les phrases « comme un homme » et « comme une femmelette » ne veulent rien dire. N'y prêtez aucune attention.


7. Soyez forts ET sensibles. Les deux adjectifs ne sont pas incompatibles.


8. Votre pénis ne vous donne pas des superpouvoirs. Il fait simplement partie de votre anatomie et fait de vous des êtres humains, avec tout ce que cela comporte de joies et de devoirs.


9. Tenez la porte aux femmes. Et aux hommes, tant que vous y êtes. Pas pour perpétuer une tradition sexiste, mais parce que c'est un signe de politesse, et d'une bonne éducation. Tant que vous y êtes, rangez votre chaise après le repas et baissez la lunette des toilettes quand vous avez fini.


10. Une fille peut-être jolie, séduisante, mignonne et sexy, mais la vraie BEAUTE est intérieure.


11. Invitez-la au restaurant et offrez-lui des fleurs. Pas parce que ça augmentera vos chances de coucher avec elle ou de devenir son petit copain, mais parce que ça lui fera plaisir.


12. Ne couchez pas ensemble avant d'être prêts tous les deux. Pas parce que vos copains le font déjà, ni parce que vos hormones vous mettent les sens dessus-dessous, mais parce que vous êtes prêts - physiquement et affectivement - à assumer les sensations et les conséquences d'une relation sexuelle.


13. Quand elle dit non, c'est non. Si elle ne dit rien, c'est encore non. Même chose pour « peut-être ». C'est « oui » ou rien.


14. Entourez-vous de gens qui font ressortir ce qu'il y a de meilleur en vous. Méfiez-vous de ceux qui veulent que vous changiez pour eux.


15. A travail égal, salaire égal. C'est aussi simple que ça.


16. Votre sexe ne définit pas la personne que vous êtes, pas plus que votre travail, votre voiture ou votre compte en banque. Soyez gentils et courageux, ayez le sens de l'amitié, travaillez bien et traitez tout le monde avec respect. Ce sont ces qualités qui vous définiront.


17. Si vous vous mariez un jour, votre partenaire choisira peut-être de conserver son nom de famille. Ce choix n'a aucun rapport avec l'amour qu'elle (ou il) vous porte.


18. L'argent n'est pas le seul moyen de s'occuper de sa famille.


19. Si vous décidez un jour d'avoir des enfants, le seul critère à prendre en compte est ce qui sera le mieux pour votre famille. Pensez aux facteurs financiers, professionnels, affectifs, psychologiques, etc., qui varient au fur et à mesure que le temps passe. Si vous contribuez tous les deux financièrement à la marche du foyer, et que vous avez tous les deux un travail, partagez aussi les tâches ménagères et le temps que vous passez à vous occuper des enfants. Et si vous décidez que l'un de vous deux restera à la maison pour s'occuper des enfants, n'ayez pas peur d'assumer cette responsabilité. Etre une mère ou un père au foyer n'est pas facile, mais c'est extrêmement enrichissant, même si ça ne rapporte pas un sou.


20. Contrairement à ce que véhiculent la plupart des pubs et l'immense majorité des sitcoms, les hommes sont capables de faire le lit, la lessive et les autres tâches ménagères, de changer les couches et de s'occuper des enfants.


21. N'ayez pas peur de lui faire des excuses. Ce n'est pas un signe de faiblesse mais de courage et de force.


22. Les avantages dont vous bénéficiez - vos revenus, les études que vous avez suivies, la couleur de votre peau, votre culture, etc. - ne sont jamais acquis. Ne cessez jamais de lutter au côté de ceux qui n'ont pas eu la même chance que vous.


23. Faites preuve de sensibilité, d'empathie et de compassion.


24. Les hommes et les femmes sont différents, tout comme il existe des différences entre les individus. Tant mieux. Efforcez-vous de ne pas faire de généralités et n'ayez pas peur de la différence. Au contraire, faites-en l'éloge.


25. Souvenez-vous de ces leçons, pas parce qu'une personne ou une communauté ont besoin d'être protégées ou de bénéficier de traitement de faveur, mais tout simplement parce qu'elles vous amèneront à vous montrer justes, équitables et respectueux. Elles peuvent, du moins je l'espère, changer le monde. A leur petite échelle.


Ce blog, publié à l'origine sur Le Huffington Post Etats-Unis, a été traduit de l'américain par Bamiyan Shiff.
Retrouvez les articles du HuffPost C'est la vie sur notre page Facebook.
Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Close
Féminisme: des suffragettes aux Femen 1 sur 10  
DR
1791: Olympe de Gouge et la Déclaration des droits des femmesLes suffragettes: Les femmes dans la Libération1949: Simone de Beauvoir et le Années 70: les femmes et le travail1971: le MLF pour la liberté sexuelle1974: Simone Veil et l'interruption volontaire de grossesse (IVG)2003: le féminisme des 2012: le
Suiv
Previous
Next
 partager
 tweeter


1791: Olympe de Gouge et la Déclaration des droits des femmes
Olympe de Gouges, femme de lettres et révolutionnaire, rédige une "Déclaration de la Femme et de la Citoyenne" et fonde le club des "Tricoteuses" qui rassemble les femmes qui assistent
aux débats parlementaires.
Suivre Christine Organ sur Twitter: www.twitter.com/christineorgan
PLUS: Féminisme Égalité hommes femmes Égalité des sexes Femmes Hommes Relation Parents Enfants
AILLEURS SUR LES SITES DU GROUPE LE MONDE
Neuf membres des forces de sécurité tués par des « éléments terroristes » au Niger
Le Monde
Neuf membres des forces de sécurité tués par des « éléments…
“Je suis révolté par l’injustice depuis l’enfance et ça ne s’est pas arrangé”, Marc Trévidic

http://www.huffingtonpost.fr/christine-organ/le-feminisme-explique-a-mes-fils-en-25-lecons_b_6026124.html

Où sont les hommes blancs dans la vidéo sur le harcèlement de rue à New York ?,femmes,violences,etat unis,

31 Octobre 2014, 02:59am

Publié par hugo

Où sont les hommes blancs dans la vidéo sur le harcèlement de rue à New York ?


Par Ariane Hermelin
Publié le 30 octobre 2014
Une nouvelle vidéo illustre le harcèlement de rue à New York
© DR/Hollaback!
0
Partages Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Une journaliste américaine critique la vidéo sur le harcèlement subi par une femme dans les rues de New York qui a fait la une des médias, mercredi 29 octobre. Son argument : elle montre très peu d’hommes blancs.


Vous n’avez pas pu manquer cette vidéo, qui a fait le tour du web hier. On y voit une femme qui déambule dans les rues de New York et se fait constamment apostropher par les hommes qui croisent son chemin. « Comment ça va aujourd’hui ? » « Quelqu’un te trouve jolie, tu pourrais dire merci ! », « Hey baby ». Au total, plus d’une centaine de remarques ou de sifflets sur son physique en seulement dix heures de promenade, révélée dans un montage de quelques minutes réalisé par l’association Hollaback!, qui lutte contre le harcèlement de rue depuis des années, en collaboration avec l’agence Rob Bliss Creative.








Cette vidéo qui révèle ce que subissent les femmes au quotidien dans l’espace public, à la manière du film désormais célèbre d’une jeune étudiante belge diffusé en 2012, est cependant à l’origine d’une petite polémique. Hanna Rosin, sur Slate, tout en reconnaissant que cette séquence illustre à merveille le comportements des hommes vis-à-vis d’une passante dans la rue, déplore en effet la faible présence d’hommes blancs à l’écran. Et, de fait, la plupart des passants qui abordent la jeune femme dans la vidéo de Hollaback! sont des Noirs et des Latinos.








Et le comportement des hommes dans les bureaux ?
Sur Reddit, Rob Bliss, de l’agence qui a produit cette vidéo, a précisé que, bien que de nombreux hommes blancs aient été effectivement filmés, ceux-ci ont dû être coupés au montage parce qu’on n’entendait pas bien leurs apostrophes, soit parce que la caméra n’était pas sur eux, soit parce qu’une sirène de voiture de police en étouffait le son. « C’est peut-être vrai, mais si on se retrouve à couper au montage tous les hommes blancs qui sifflent, et bien il faudrait peut-être songer à faire d’autres prises », réplique Hanna Rosin sur Slate.


Et la journaliste de faire remarquer que si le but de cette vidéo est de montrer aux hommes les réalités du quotidien d’une femme, elle manque sa cible. « Les hommes qui visionneront cette vidéo assis dans leur bureau ou dans un café vont au contraire se rassurer en se disant qu’ils n’ont pas le temps, eux, de passer la journée assis sur des près de bouches d’incendie et ne savent même pas prononcer correctement le mot “mami” (ndr : ma belle en espagnol). Ils pourraient très bien être coupables de choses pires que siffler une femme dans la rue. »


>> Harcèlement de rue : le Tumblr qui vous glace les sangs <<
les articles Société Voir aussi : hommes / femmes buzz sexisme

À VOIR AUSSI
Recommandé par
LIRE AUSSI SUR TERRAFEMINA

http://www.terrafemina.com/societe/societe/articles/50257-ou-sont-les-hommes-blancs-dans-la-video-sur-le-harcelement-de-rue-a-new-york-.html

Fertilité : l’aluminium réduit la qualité du sperme,sante,hommes,

31 Octobre 2014, 02:55am

Publié par hugo

Nombre de spermatozoïdes
Fertilité : l’aluminium réduit la qualité du sperme
par
Audrey Vaugrente
|
Publié le 30 Octobre 2014


L’exposition à l’aluminium est associée à une qualité réduite du sperme, ainsi qu’un nombre réduit de spermatozoïdes.
Fertilité : l’aluminium réduit la qualité du sperme
DURAND FLORENCE/SIPA
SUR LE MÊME THÈME
« Pourquoi les beaux hommes sont moins fertiles »
« Le téléphone portable dans la poche nuit à la fertilité masculine »
« Infertilité : les hommes touchés ont un risque augmenté de décès prématuré »
Voilà une étude qui devrait rassurer de nombreux messieurs. La fertilité masculine a fortement chuté depuis des décennies. Mais leurs capacités ne sont pas à remettre en cause : ce pourrait être l’exposition à l’aluminium, selon une étude parue dans la revue Reproductive Toxicology.

Des niveaux élevés d’aluminium
Menée aux CHU de Lyon (Rhône) et Saint-Etienne (Loire), ainsi qu’à l’université de Keele (Royaume-Uni), cette étude a passé en revue la qualité du sperme de 62 donneurs français. Les examens au microscope ont révélé une forte présence d’aluminium dans la semence de ces hommes. Le niveau était en moyenne de 339 parties par milliard (ppb). Ils plafonnaient à 500 ppb dans plusieurs échantillons.
L’exposition à l’aluminium est associée de manière inverse au nombre de spermatozoïdes. En effet, plus les niveaux relevés étaient hauts, moins on dénombrait de spermatozoïdes, soulignent les auteurs de cette étude.

L’environnement : une piste de plus en plus sérieuse
« Il y a eu un déclin significatif de la fertilité masculine, y compris du nombre de spermatozoïdes, dans les pays industrialisés au cours des dernières décennies, et des études précédentes l’ont attribué à des facteurs environnementaux comme les perturbateurs endocriniens », explique le Pr Christopher Exley, auteur britannique de l’étude.
« L’exposition humaine à l’aluminium a augmenté de manière significative sur la même période; le fait que nous ayons observé une contamination significative de la semence masculine par l’aluminium doit faire considérer cet élément comme un contributeur potentiel à ces changements de la fertilité reproductive. »

L’environnement est sans aucun doute à explorer. De nombreux perturbateurs endocriniens ont été mis en cause. Une étude parue dans Environment Health Perspectives suggère que l’exposition prénatale au phtalate DiNP réduit la distance anogénitale chez les jeunes hommes, ce qui perturbe la fertilité. D’autres travaux ont dressé un lien entre le port du téléphone portable dans la poche et la perte de fertilité masculine.








A NE PAS MANQUER
Un paraplégique remarche grâce à une greffe de cellules olfactives
Un paraplégique remarche grâce à une greffe de cellules olfactives
(Pourquoi Docteur)
Arthrose : 10 millions de victimes et toujours méconnue
Arthrose : 10 millions de victimes et toujours méconnue
(Pourquoi Docteur)
La maternité d’Orthez ferme faute d'obstétriciens
La maternité d’Orthez ferme faute d'obstétriciens
(Pourquoi Docteur)

http://www.pourquoidocteur.fr/Fertilite---l-aluminium-reduit-la-qualite-du-sperme-8481.html

À Paris, 8 femmes sur 10 pensent qu'elles ne recevraient aucune aide en cas d'agression dans le métro,femmes,violences,paris

31 Octobre 2014, 00:53am

Publié par hugo

À Paris, 8 femmes sur 10 pensent qu'elles ne recevraient aucune aide en cas d'agression dans le métro


Par Marie-Laure Makouke
Publié le 30 octobre 2014
Les Parisiennes pensent que personnes ne les aiderait en cas d'agression
© MARZARI EMANUELE/SIPA
0
Partages Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
85% : c’est, selon une étude dévoilée hier, la part des Parisiennes qui pensent qu’elles ne bénéficieraient d’aucune aide si elles se faisaient publiquement agressées dans les transports en commun. Une appréhension regrettable mais qui pourrait malheureusement s’avérer justifiée.


En avril dernier, le témoignage insoutenable d’une jeune femme 29 ans, sexuellement agressée dans le métro de Lille, avait défrayé la chronique. Et pour cause, dans une situation de détresse évidente, elle n’avait suscité que l’indifférence des autres usagers. « Les gens sont partis dans l'autre rame tout au fond. Ils m'ont laissée toute seule et ils me regardaient me faire agresser ! Personne ne m'a aidée. Je me suis défendue toute seule », avait raconté la victime aux médias. Et alors que le procureur de la République de Lille avait tenté de retrouver les témoins de cette agression afin de les poursuivre pour non-assistance à personne en danger, une étude dévoilée mercredi fait involontairement écho à cette affaire.


Menée par l’institut de sondages britannique Yougov et publiée par la Thomson Reuters, elle vise à évaluer et à comparer le sentiment d’insécurité des femmes dans les transports en commun de 16 métropoles mondiale. Si la ville du Nord-Pas-de-Calais n’a pas été prise en compte, Paris figure en revanche dans l’enquête aux côtés de New York, Londres, Pékin, Tokyo, Moscou, Bogota, Mexico et Delhi entre autres. Premier enseignement de ce sondage mené auprès de 6 300 femmes (soit 380 répondantes par ville) : les transports en commun d’Amérique du Sud (Bogota, Mexico et Lima) sont ceux dans lesquels les femmes se sentent le plus en danger. À l’inverse, elles seraient particulièrement sereines à New York, Tokyo ou encore Pékin.


Les Parisiennes font confiance aux autorités, et se méfient des usagers du métro
Quant à la capitale française, elle occupe la 11e place de ce classement. Concrètement, elle serait donc la sixième ville la plus sûre s’agissant de ses métros, bus, RER et trains de banlieue. Un résultat qui s’explique par les réponses des sondées à la question : « Avez-vous déjà fait l’objet d’attouchement ou été victime d’une quelconque agression physique dans les transports ? ». En effet, sur ce critère, Paris obtient la meilleure note devant New York et Londres. La métropole tricolore obtient également un bon score (4e derrière New York, Londres et Tokyo) à la question : « Avez-vous confiance dans les autorités pour enquêter si vous signalez un fait d’agression ou de harcèlement ? ».


Most dangerous transport system


Mais cette confiance apparente cache une regrettable réalité : les Parisiennes sont persuadées de ne pouvoir compter que sur elles-mêmes dans une situation de danger. Elles sont ainsi 85% à penser qu’elles ne bénéficieraient de l’assistance d’aucun voyageur si elles étaient victimes d’une agression. Une appréhension également très présente chez les Londoniennes (74%) mais beaucoup plus relative du point de vue des New-yorkaises.


À noter que la publication de cette étude intervient alors qu’un court métrage choc sur la non-assistance à personne en danger fait actuellement le tour des réseaux sociaux. Intitulé Je suis à l'heure et en compétition dans le cadre de la 5e édition du Nikon Film Festival, il met en scène une jeune femme sexuellement agressée dans un train, dans l’indifférence générale. Ou quand la fiction rejoint la triste réalité.


Nikon Film Festival, Je suis à l'heure, le film... par mensquare
les articles Société Voir aussi : femmes societe transports france

À VOIR AUSSI
Recommandé par
LIRE AUSSI SUR TERRAFEMINA

Sida : un médicament en prévention réduit les risques de 80%,sante,hiv,vih,sexes,

31 Octobre 2014, 00:50am

Publié par hugo

Essai clinique de l'ANRS
Sida : un médicament en prévention réduit les risques de 80%
par
Léa Drouelle
|
Publié le 30 Octobre 2014


Un traitement préventif contre le sida pris lors des rapports sexuels testé actuellement en France dans le cadre de l'essai clinique Ipergay vient de prouver son efficacité.
Sida : un médicament en prévention réduit les risques de 80%
Jeff Chiu/AP/SIPA
SUR LE MÊME THÈME
« Sida : AIDES choisit l’humour pour promouvoir le préservatif »
« Sida : une campagne pour toucher les 30000 séropositifs qui s'ignorent »
« Sida : les discriminations freinent la lutte contre le VIH »
« Un grand succès dans la lutte contre le VIH/Sida », a annoncé l’Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) dans un communiqué publié ce mercredi. Ce grand succès, c'est celui du Truvada, un antirétroviral pris en prévention contre le sida. Cette stratégie est testée actuellement dans le cadre d’Ipergay, un essai clinique mené par l’ANRS.



Une réduction de 80 % des risques d’infection
Lancé il y a deux ans et demi auprès de 400 homosexuels volontaires, Ipergay repose sur un concept novateur : la PrEP (prophylaxie pré-exposition). Cette méthode consiste à prendre un traitement contre une maladie en guise de prévention, c’est-à-dire avant la contamination. Si les précédents essais de Prep au Truvada, menés notamment en Angleterre et aux Etats-Unis se ont révélés peu fiables avec des taux d’efficacité relativement faibles, l’ANRS annonce un tout autre résultat. En effet, selon l’agence, Ipergay a démontré que l’on pouvait réduire les risques d’infection par le VIH de 80 %. Soit presque deux fois plus d’efficacité que l’essai IPREX mené en Grande Bretagne et dont la protection a été évaluée à 42 %.




Avant et après le rapport sexuel
A la différence de ces précédentes expériences, l’essai de l’ANRS présente l’originalité d’être administré uniquement avant et après le rapport sexuel. Autrement dit, « à la demande ». « Ce traitement s’adresse à des personnes séronégatives qui prennent des risques, par exemple en ayant des rapports sexuels avec des partenaires séropositifs ou des personnes qui ne se sont pas fait dépister par exemple », explique le Pr Jean-Michel Molina, coordinateur de l’essai IPERGAY. Pour déterminer si le traitement est efficace, l'essai nécessite de placer un groupe sous antirétroviral et un autre sous placebo (un morceau de sucre est administré à la place du comprimé de Truvada). L'étude est par ailleurs réalisée en double aveugle, c'est-à-dire que ni les médecins ni les participants ne savent s'ils prennent réellement le traitement ou le placebo.

Ecoutez le Pr Jean-Michel Molina, coordinateur de l’essai : « Ce traitement s’adresse à des personnes séronégatives qui prennent des risques d’exposition au virus»






Polémique au sein de la communauté homosexuelle
L’essai Ipergay ne fait cependant pas l’unanimité. Pour le Dr Olivier Taulera, ce traitement correspond à de l’ « anti prévention ». Ce médecin généraliste parisien considère en effet que la prise de Truvada éloigne les personnes des autres méthodes de prévention, notamment le port de préservatif. « Et je ne vous parle même pas des effets secondaires du Truvada, très lourds, en particulier pour les séronégatifs. Insuffisance rhénale, ostéoporose », ajoute ce dernier. Le Dr Taulera n’est pas le seul à être critique. La polémique s’étend même jusque dans la communauté homosexuelle. Une association antisida toulousaine se mobilise contre l’utilisation du Truvada. Elle se base notamment sur les résultats d’une étude précédente effectuée aux Etats-Unis disant que ces résultats ne seraient fiables qu’à 50 %.


Ecoutez le Pr Jean-Michel Molina, coordinateur de l’essai, « C’est un fantasme que d’imaginer que les gens vont délaisser les modes de prévention au profit du Truvada. »



Les hétéros également concernés
Se pose aussi la question des personnes dites « exposées aux risques d’infection ». En effet, l’étude ne portant que sur des homosexuels, le traitement préventif au Truvada peut-il également s’appliquer aux hétérosexuels ? « Les données obtenues dans le cadre d’Ipergay sont très probablement extrapolables », avance le Pr Molina. Ce dernier rappelle par ailleurs que les gays ne représentent que 40 % des personnes sur les 6000 Français infectés chaque année. « Cette recherche est une grande avancée dans la prévention contre le sida non seulement en France, mais aussi dans le reste du monde », conclut le Pr Molina.
« Ces premiers résultats ne laissent plus aucun doute : cette nouvelle stratégie de prévention est efficace au delà de nos espérances, estime de son côté Bruno Spire, le président de AIDES. Nous ne pouvons plus nous permettre d'attendre les résultats définitifs de l'essai (disponibles au printemps 2015) pour mettre ce nouvel outil à disposition de toutes les personnes exposées au risque. Et ce, quel que soit leur genre ou leur orientation sexuelle, », explique-t-il. D'ores et déjà l'ANRS recommande que tous les participants de l'essai Ipergay aient accès au Truvada en prévention.








A NE PAS MANQUER
Anorexie, boulimie : les chercheurs sur la piste d'une protéine
Anorexie, boulimie : les chercheurs sur la piste d'une protéine
(Pourquoi Docteur)
Un homme se fait retirer un criquet vivant de l'oreille
Un homme se fait retirer un criquet vivant de l'oreille
(Pourquoi Docteur)
Employés du bâtiment : 300 suicides en un an
Employés du bâtiment : 300 suicides en un an
(Pourquoi Docteur)

http://www.pourquoidocteur.fr/Sida---un-medicament-en-prevention-reduit-les-risques-de-contamination-8470.html