Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Les six promesses d’Emmanuel Macron aux personnes handicapées,,politiques,handicap,

13 Mai 2017, 22:01pm

Publié par hugo

Accueil » Emploi » Ressources » Les six promesses d’Emmanuel Macron aux personnes handicapées
Les six promesses d’Emmanuel Macron aux personnes handicapées
Lors du débat télévisé de l'entre-deux tours, le 3 mai dernier, Emmanuel Macron s'est engagé à ce qu'aucune personne handicapée ne se retrouve sans solution. « Ce sera l'une des priorités de mon quinquennat. »
Les six promesses d’Emmanuel Macron aux personnes handicapées
Publié le 11 mai 2017  
     
Le candidat Emmanuel Macron a pris différents engagements sur la politique du handicap sur son site de campagne, dans des meetings ou lors du débat télévisé du second tour. Faire-face.fr a retenu six grandes promesses. Une feuille de route pour le futur président.

1 – « Nous porterons l’allocation adulte handicapé au-delà de 900 € par mois. »
Emmanuel Macron n’a pas précisé le calendrier de cette revalorisation. Mais il est probable qu’il adopte la même stratégie que Nicolas Sarkozy. Lors de la campagne pour les élections de 2007, le candidat de l’UMP s’était engagé à doper l’AAH de 25 %. Une promesse tenue en étirant cette augmentation sur la durée de son quinquennat.

Le coup de pouce promis par Emmanuel Macron – + 11 % minimum – restera modéré s’il est étalé sur cinq années. Sous la présidence Hollande, qui n’avait fait aucune annonce chiffrée sur le sujet, le montant de l’AAH a augmenté de 6,67 %.

2 – « Je ne veux plus de personnes en situation de handicap sans solution. »
Emmanuel Macron a fait un choix symbolique fort, lors du débat télévisé de l’entre-deux tours, le 3 mai. Il a choisi de consacrer sa carte blanche à la situation des personnes handicapées. Il s’est notamment engagé à ce qu’aucune ne se retrouve sans accompagnement ou sans place en établissement.

« Ce sera l’une des priorités de mon quinquennat parce qu’aujourd’hui, il y a des dizaines de milliers de personnes en situation de handicap qui sont sans solution », a-t-il martelé.

 

Pour résoudre ce problème, le gouvernement Valls a commencé à déployer, en 2015, une réponse accompagnée pour tous. Ce dispositif est censé permettre aux MDPH de proposer une solution immédiatement opérationnelle à chaque personne handicapée ayant besoin d’un accompagnement. Il doit être étendu à l’ensemble du territoire d’ici 2018.

Mais sa montée en puissance doit s’accompagner de la création de places en établissements et services. Le rythme actuel – 4 000 par an – est insuffisant pour combler rapidement le déficit, comme l’expliquait récemment faire-face.fr. « Je créerai les postes et les structures pour que les enfants, en particulier les jeunes autistes, n’aient plus à aller à l’étranger », a-t-il garanti.

3 – « Nous faciliterons la scolarisation des enfants handicapés. »
Emmanuel Macron s’est engagé à « donner accès à un(e) auxiliaire de vie scolaire (AVS) à tous les enfants en situation de handicap qui en ont besoin pour avoir une scolarité comme les autres ». Il promet donc de créer autant de postes d’AVS que nécessaires.

De plus, il veut « pérenniser ces emplois, les stabiliser ». Ce qui passe par « la mise au statut et la rémunération digne de ces professions », a-t-il annoncé, lors d’un meeting.


Le gouvernement Valls a créé en 2014 un nouveau statut d’accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH). Les auxiliaires de vie scolaire accèdent à ce CDI de droit public, rémunéré 1 440 € brut pour un temps plein, après six années de CDD.

Emmanuel Macron va-t-il se contenter de poursuivre ce plan. Ou l’accélérer ? Voire titulariser comme fonctionnaires (« la mise au statut » ?) les quelque 50 000 emplois d’AVS et d’AESH équivalent temps plein déjà opérationnels. Cela serait étonnant puisqu’il a par ailleurs annoncé qu’il supprimerait 120 000 postes de fonctionnaires.

4 –  « Nous améliorerons l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap. »
Près de 500 000 demandeurs d’emploi handicapés pointent aujourd’hui à Pôle emploi. Pour réduire leur nombre, Emmanuel Macron veut principalement agir sur deux volets : la formation et la lutte contre les discriminations.

« Nous introduirons une labellisation spécifique pour les formations qui leur sont destinées, tenant compte des débouchés professionnels. » Et « nous prévoirons un abondement public pour le compte personnel d’activité (CPA) des personnes handicapées », promet-il. L’État pourrait donc créditer leur CPA, le successeur du compte personnel de formation, d’heures supplémentaires de formation. Une priorité car 26 % des demandeurs d’emploi handicapés ont un niveau inférieur au CAP.

Pour lutter contre la discrimination, le nouveau président veut « développer des opérations de contrôles aléatoires et imprévus à grande échelle ». « Nous désignerons les entreprises fautives », poursuit-il.

5 – « Nous organiserons l’accessibilité autour de la personne. »
Les agendas d’accessibilité programmée, mis en place par le gouvernement Valls, engagent les gestionnaires de services de transport collectif et d’établissements recevant du public à mener à bien des travaux de mise aux normes d’ici 2018 à 2024, selon les cas. Emmanuel Macron veut « accompagner les collectivités locales ». Financièrement ? Il ne le précise pas. « Nous amplifierons les actions incitatives en faveur de l’accessibilité des cabinets médicaux », promet-il également.

Quant aux bailleurs sociaux, ils « devront proposer des solutions de relogement aux personnes handicapées et vieillissantes dont le logement social n’est plus adapté. Ou bien faire des travaux dans ces logements ».

6 – « Nous aiderons les aidants. »
Emmanuel Macron a pris plusieurs engagements en faveur des aidants. Certains très vagues : « Permettre aux aidants de mieux se former ou d’être accompagnés. » Tout juste précise-t-il qu’un chèque bilan santé/social leur sera proposé « au moment de la découverte du handicap et à période régulière ». D’autres – un peu – plus concrets : « Prendre en compte la situation des personnes aidantes dans le calcul de l’âge de départ à la retraite. » Franck Seuret

D’autres engagements mais rien sur la compensation
Pour connaître l’ensemble des engagements d’Emmanuel Macron, rendez-vous sur la page de son site de campagne consacré au handicap. Le candidat y annonce, entre autres, qu’il va instaurer « une sensibilisation systématique » au handicap dans les écoles, lancer « un plan d’évaluation des techniques et méthodes de prise en charge » des handicaps (rééducation, etc.) ou bien encore « définir de façon systématique des indicateurs d’inclusion pour chacune des politiques publiques menées ».

Un grand thème n’est pas du tout évoqué : la compensation du handicap et notamment les insuffisances de la prestation de compensation du handicap (PCH).

http://www.faire-face.fr/2017/05/11/promesses-macron-handicap/#comment-68361

Commenter cet article