Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Parent et allocataire de l’AAH : « Je n’ai pas pu faire avec mes enfants ce dont j’avais envie. »,handicap,economie,

21 Avril 2017, 04:22am

Publié par hugo

Accueil » Emploi » Ressources » Parent et allocataire de l’AAH : « Je n’ai pas pu faire avec mes enfants ce dont j’avais envie. »
Parent et allocataire de l’AAH : « Je n’ai pas pu faire avec mes enfants ce dont j’avais envie. »
Badia Allard : « Le manque d'argent, c'est l'isolement total. Et quand vous avez une différence, c'est encore pire. On ne peut pas exister avec 800 €. » © Franck Seuret
Parent et allocataire de l’AAH : « Je n’ai pas pu faire avec mes enfants ce dont j’avais envie. »
Publié le 20 avril 2017  
    
 
PRÉSIDENTIELLE 2017. Bénéficiaire de l’allocation adulte handicapé (AAH), Badia Allard a élevé trois enfants. Un vrai défi financier car le montant de ce minimum social ne varie pas en fonction du nombre d’enfants pour les personnes n’ayant d’autres ressources que l’AAH.

« C’est une blessure qui restera à jamais. » Une vingtaine d’années après, Badia Allard se souvient encore avec émotion du moment où ses enfants ont appris à faire du vélo. Comme elle se déplace en fauteuil électrique, elle ne pouvait pas courir à leurs côtés en tenant leur bicyclette, comme le font tous les parents lors des premiers tours de roues.

Elle a donc “embauché” une jeune fille pour les aider. « J’ai payé une fois mais pas deux parce que je n’avais pas les moyens. Alors, mes enfants ont dû se débrouiller tout seuls. Ce jour-là, j’en ai pleuré. »

« Il y a des moments où je n’ai pas mangé. »
Avec l’allocation adulte handicapé (AAH) pour seule ressource et trois gamins à élever, Badia Allard a souvent dû se serrer la ceinture. « Ils sont grands maintenant. Mais il y a des moments où je n’ai pas mangé pour qu’ils continuent à faire leurs études. Et parce que je n’avais pas l’argent, je n’ai pas pu faire avec mes enfants ce dont j’avais envie : aller au cinéma, aller au théâtre… »

 

Une AAH à 810 €/mois, avec ou sans enfants
Le montant de l’AAH est déjà largement inférieur au seuil de pauvreté pour une personne seule (1 008 € selon les derniers données de l’Insee). Il l’est donc encore plus dans le cas d’une famille monoparentale. Pour un père ou une mère élevant seul(e) un enfant de moins de 14 ans, par exemple, le seuil est fixé à 1 310 € par mois. Quant aux allocations familiales (109 € dans cet exemple), elles ne changent pas vraiment la donne.

Pour un père ou une mère de famille célibataire sans autres revenus que l’AAH, les fins de mois s’avèrent plus que difficiles. Le montant de l’AAH ne varie pas en fonction du nombre de bouches à nourrir, si l’allocataire ne dispose pas d’autres ressources que cette allocation. Avec ou sans enfants à charge, il devra se débrouiller avec 810 € par mois.

Plafond de ressources majoré de 404 € par enfant à charge
En revanche, si l’allocataire ou son conjoint perçoivent d’autres revenus, alors le nombre d’enfants influe sur le montant perçu. Le plafond de ressources ouvrant droit à l’AAH est en effet majoré de 404,23 € par mois et par enfant âgé de moins de 20 ans.

Si le conjoint gagne 2 200 € par mois, par exemple, l’AAH d’une personne handicapée s’élèvera à 37,78 € si le couple n’a aucun enfant à charge, à 442,01 € s’il en a un et 810,89 € s’il en a deux. Faire Face consacrera à l’AAH pour les parents un article complet dans son numéro de juillet-août.

« Je ne peux pas accompagner mes enfants. »
Aujourd’hui, les enfants de Badia Allard sont autonomes. Si sa situation est donc moins difficile, elle reste toutefois très précaire. « Je ne peux pas voyager, je ne peux pas partir en vacances, je ne peux pas accompagner mes enfants. Le manque d’argent, c’est l’isolement total. Il y en a qui disent que l’argent ne fait pas le bonheur. Je suis d’accord. Mais si j’avais l’argent, ma vie serait autrement. » Franck Seuret

Sur l’AAH, regardez également le témoignage vidéo de David Lapendry. Dans l’incapacité de travailler en raison de son handicap, il refuse d’être condamné à vivre sous le seuil de pauvreté. 

http://www.faire-face.fr/2017/04/20/presidentielle-2017-parent-aah/

Commenter cet article