Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

La réponse blessante de cette maîtresse à la mère d'un enfant autiste,handicap,education

23 Septembre 2017, 01:21am

Publié par hugo

 
C'EST LA VIE
La réponse blessante de cette maîtresse à la mère d'un enfant autiste
"Votre fils est à un âge où il doit absolument apprendre à gérer ses vêtements".
22/09/2017 18:02 CEST | Actualisé il y a 7 heures
⦁ 
Yves Souben
⦁ HANDICAP - Il a l'âge d'être en CM1, mais suit des cours de CE2, accompagné par une assistante de vie scolaire. Le fils de Sophie* est atteint de ⦁ troubles du spectre autistique.
Deux jours par semaine, pendant douze heures, au total, il reçoit des soins en hôpital de jour. Pendant les deux autres jours et demi de sa semaine, il va dans une école publique, près de Toulouse, comme le raconte France 3 Occitanie.
Sur Twitter, la mère témoigne. Son fils avait oublié deux manteaux dans son école. Elle avait fait passer un mot à l'assistante de vie scolaire pour qu'elle l'aide à les retrouver. Mais c'est la maîtresse de l'enfant qui lui répond.
 
 
"[Votre fils] est à un âge où il doit absolument apprendre à gérer ses vêtements. Je viens de le lui expliquer. A la récréation, il cherchera donc dans toute l'école les deux vêtements perdus. Je compte aussi sur vous pour lui tenir le même discours. Nous pouvons en parler lors de notre prochaine entrevue."
Sur le réseau social où elle a partagé le billet de l'institutrice, Sophie ne décolère pas. "C'est une faute professionnelle", juge-t-elle.
Et d'enchaîner: "Mon fils est à un âge où l'on est en CM1, pas en CE2, et où l'on travaille seul, pas avec une AVS. Mon fils est à un âge où l'on va à l'école tous les jours, et pas seulement deux jours et demis, parce que le reste du temps c'est hôpital. Mon fils est à un âge où l'on a été invité plus de deux fois dans sa vie à un anniversaire. Mon fils est à un âge où l'on fait du foot et de la guitare, et pas douze heures de soins par semaine."
Elle explique au HuffPost: "On dérange, notre enfant dérange". Ainsi, elle a pu entendre, à propos de son fils aîné hyperactif, dyslexique et à haut potentiel: "j'espérais qu'il ne serait pas dans ma classe... pas de bol". "Mes fils sont intelligents, ils n'ont pas 'l'air' handicapé", poursuit-elle. "Alors c'est difficile de prendre en compte leurs difficultés. Mais on ne peut pas ignorer sa différence."
La mère de famille a proposé un rendez-vous à la maîtresse concernée, pour évoquer les difficultés et les points forts de son fils. "Je souhaite que l'AVS et le directeur soient présents, s'ils ne m'entendent pas, un soignant de l'hôpital de jour se déplacera à l'école pour expliquer."
Sur Twitter, le témoignage a été partagé plus de 600 fois. "Je travaille dans une école, il y a un petit dans ce cas-là, et il subit des moqueries de la part des ATSEM", indique une internaute, tandis qu'une ancienne assistante de vie scolaire raconte que certains enfants qui bénéficient de sa présence sont pris "pour des privilégiés".
Ce n'est que depuis la loi du 11 février 2005 que les troubles du spectre de l'autisme sont reconnus comme un handicap, et que les personnes atteintes bénéficient d'un droit à la scolarisation. C'est cette loi que Sophie compte rappeler, y compris si besoin auprès de l'inspecteur de l'Éducation Nationale chargé de l'inclusion et des handicapés. Même si elle précise: "je préfère que ça se passe bien, naturellement".
*Le prénom a été modifié
Lire aussi :


 http://www.huffingtonpost.fr/2017/09/22/la-reponse-blessante-de-cette-maitresse-a-la-mere-dun-enfant-autiste_a_23219490/
 

Commenter cet article