Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Articles avec #respects et anti racisme

Réfugiées, palestiniennes, elles se lancent avec un food truck au Liban,femmes,

22 Août 2017, 01:19am

Publié par hugo

 Réfugiées, palestiniennes, elles se lancent avec un food truck au Liban
 
Mariam Shaar avec ses "collègues" réfugiées palestiniennes du camp de Bourj el Barajneh qui se sont lancées dans la gestion d'un food-truck au Liban
(c) Soufra
A Beyrouth, des réfugiées palestiniennes du camp de Bourj el Barajneh viennent d’ouvrir leur premier « camion restaurant », qui circulera dans tout le Liban. Une activité génératrice de revenus pour ces femmes et l’occasion de « véhiculer » les recettes palestiniennes. Rencontre avec Mariam Shaar, à l’origine de ce projet.
21 aoû 2017
Mise à jour 21.08.2017 à 09:37 par
Elise Saint-Jullian
dans
Accueil
Terriennes
Entreprenariat au féminin
Femmes au travail
Août 2016. Le soleil brille fort sur Beyrouth et sur ses camps de réfugiés aux alentours : le tristement célèbre camp de Chatila (théâtre d'un massacre de centaines de personnes en 1982, ndlr), et celui de Bourj el Barajneh. C’est en 1948, lors de la création d’Israël, que les premiers Palestiniens arrivent dans ce camp. Situé dans un quartier sud de la capitale libanaise près de l’aéroport Rafic Hariri, il est aujourd’hui le plus peuplé du pays avec plus de 18 000 habitants, gonflé par l’afflux des réfugiés syriens.
Devenu au fil des décennies une véritable petite ville, c’est après avoir arpenté de nombreuses ruelles que l’on accède au local de l’UNWRA (office des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine), où se trouve le bureau de Mariam Shaar. Cette femme d’une quarantaine d’années, mène depuis neuf ans différents projets au sein du Women’s Programme Association (WPA), qui vient en aide aux femmes et aux enfants dans une dizaine de centres des camps de réfugiés du pays.
Education, formations professionnelles, micro-crédits, sont les principaux programmes à destination des femmes. Elles sont également sensibilisées aux violences conjugales, et peuvent trouver refuge et aide dans ces centres.
 
Des organisations humanitaires tentent d'aider les Palestiniens du Camp de Bourj el Barajneh, l'un des plus peuplés par les Palestiniens partis, chassés, lors de la guerre de 1948
© Elise Saint-JullianEntre 2009 et 2010, Médecins sans Frontières y a également proposé des consultations par des psychologues et psychiatres. 60% des personnes suivies étaient des femmes palestiniennes. Dans un quartier où le chômage et les conflits sévissent, les signes de dépression, d’anxiété et de psychoses ont été le plus souvent diagnostiqués. Mariam Shaar, qui a vécu toute son enfance dans le camp a décidé d’améliorer le sort des femmes. Et c’est aussi par la cuisine qu’elle a choisi de les mener vers l'autonomie.
La cuisine pour bousculer les traditions
En 2013 Mariam Shaar crée l’entreprise « Soufra », qui signifie en arabe « table à manger ». L’idée est alors de vendre des plats palestiniens à l’intérieur du camp et à Beyrouth, confectionnés par les femmes de Bourj el Barajneh.
« Selon la tradition, ce sont les hommes qui subviennent aux besoins de la famille. Mais la situation économique est si difficile ici, que les femmes aident aussi désormais », explique la jeune entrepreneure. En effet, au Liban, de nombreux métiers sont interdits par la loi aux réfugiés palestiniens. Une liste référence les 70 métiers qu’ils n’ont pas le droit d’exercer (ingénieur, médecin, avocat, etc…).
Notre but n’est pas seulement de gagner de l’argent. Ce projet a une vraie vocation sociale. Il aide les femmes à avoir confiance en elles
Mariam Shaar - Women’s Program Association​
 
Mariam Shaar, l'âme des projets pour autonomiser les Palestiniennes réfugiées au Liban
© Elise Saint-Jullian
Depuis sa création, Soufra connaît un succès croissant. Une quinzaine de Palestiniennes y travaillent régulièrement. Environ trois fois par semaine, les femmes préparent des plats dans des cuisines professionnelles aménagées dans le camp, pour 200 ou 300 personnes. Un travail qui leur rapporte entre 10 et 40 dollars par jour. C’est avec le soutien du restaurant « Souk el Tayeb » à Beyrouth qu’elles ont réussi à se faire connaître. Tous les samedis, au marché du même nom, elles vendent leurs produits. Mais leurs plats sont également livrés à l’université américaine de la capitale libanaise, à des écoles palestiniennes et d’autres associations.
« Nous proposons des recettes palestiniennes mais aussi libanaises. Quand les gens veulent des ‘fatayer fellahi’ (petits chaussons aux oignons, thym et sumac, ndlr), c’est à nous qu’ils les commandent ! », indique avec fierté Mariam Shaar. « Mais notre but n’est pas seulement de gagner de l’argent. Ce projet a une vraie vocation sociale. Il aide les femmes à avoir confiance en elles. Elles cuisinent toujours dans la bonne humeur», ajoute t-elle.
D’autres ONG se sont intéressées à ce projet pour le développer dans des camps, comme celui de Chatila (autre lieu de massacres en 1982) et de Tripoli au nord du Liban. De plus en plus de femmes demandent ainsi à travailler et à sortir de chez elles. Plusieurs ont déjà pris leur envol : l’une est employée du restaurant Souk el Tayeb, une autre est devenue professeure…
 
Une affluence de plus en plus croissante, à travers le Liban, au camion-restaurant de Soufra
© Soufra
La fierté d'un food-truck tenu par des femmes réfugiées, une première au Liban
Grâce à cette première réussite, Mariam Shaar a décidé d’aller plus loin encore, en proposant aux femmes de créer leur propre food-truck, qui sillonnerait tout le Liban. Pour cela, en novembre 2015, avec l’aide d’Alfanar, une organisation non gouvernementale internationale consacrée au développement de la société civile dans les pays arabes, elle monte une campagne de "crowdfunding", financement participatif. En 30 jours, 47 990 £ sont récoltées (environ 46 265 euros) pour l’achat du camion, l’équipement et les frais d’essence, nécessaires pour démarrer l’aventure.
Malgré les fonds réunis, les problèmes avec les lois libanaises commencent, mettant des bâtons dans les roues du food-truck. La loi interdit en effet à l’ONG d’acquérir son food-truck à l’intérieur du camp. Entourée d’avocats, le problème est résolu par la location d’un bureau en dehors de Bourj Al Barajneh, pour permettre l’acquisition du camion. Mais d’autres obstacles ont également retardé l’aboutissement du projet : « Le concept du food-truck est assez récent au Liban. Nous n’avions pas beaucoup d’exemples de réussite pour faire valoir notre idée. Il a fallu que nous montions d’abord un business plan solide », raconte Mariam Shaar.
 
Les femmes réunies par Soufra sont fières de leur petite entreprise
© Soufra Après plus d’un an d’attente, le food-truck s’est enfin garé à Beyrouth, le 12 avril 2017. Plus précisément au « Beirut digital district », un nouveau quartier de startups innovantes, à l’image de ce projet. Une centaine de personnes sont venues ce jour là, pour goûter aux traditionnels plats et sandwichs à base de houmous (purée de pois chiches), zaatar (mélange d'épices) et autres douceurs de la région. « Nous étions très fières, en tant que femmes et réfugiées, d’avoir obtenu notre licence pour le food-truck. C’est vraiment une première au Liban et dans la société palestinienne ! » se félicite Mariam Shaar, dont l’entreprise emploie 20 femmes du camps.
Ces dernières rêvent désormais de voyager à travers le Liban, à bord de leur camion-restaurant, en passant par Tripoli et la plaine de la Bekaa. Jamais à court d’idées, Mariam Shaar pense aussi à publier un livre avec toutes leurs recettes, transmises de générations en générations.
 
Une peinture murale célèbre le dood-truck de Soufra dans le camp de Bourj el Barajneh
© Elise Saint-Jullian

http://information.tv5monde.com/terriennes/refugiees-palestiniennes-elles-se-lancent-avec-un-food-truck-au-liban-186263

En Suisse, un "hôtel de la haine" au cœur d’un scandale antisémite,racisme,

16 Août 2017, 15:22pm

Publié par hugo


 
En Suisse, un "hôtel de la haine" au cœur d’un scandale antisémite
par Anais Moine aujourd'hui à 14:04
86 partages
Dans les Alpes suisses un hôtel a suscité l’indignation après avoir placardé des affiches destinées exclusivement à ses clients juifs. Une discrimination qu’Israël ne souhaite pas laisser passer.
L’Aparthaus Paradies, un hôtel situé dans le village d’Arosa, affichait sur ses murs des placards à l’encontre de sa clientèle de confession juive. Indignés, certains clients ont rapidement photographié ces "consignes" avant de les partager sur les réseaux sociaux.
"À nos clients juifs, femmes, hommes et enfants, vous êtes priés de prendre une douche avant et après la baignade. Si vous ne respectez pas cette règle, nous serons forcés de vous exclure de la piscine. Nous vous remercions de votre compréhension" pouvez-t-on ainsi lire en anglais près de l’accès à la piscine du complexe hôtelier. Selon The Times of Israël, tout serait parti de plaintes concernant deux jeunes filles juives qui se seraient baignées sans préalablement avoir pris de douche.
La directrice de l’établissement se défend de tout acte antisémite. Cette dernière a par ailleurs assuré au journal suisse Blick que les affiches avaient été retirées suite au tollé provoqué sur les réseaux sociaux. Ses placards, elle les explique par sa crédulité : "Actuellement, nous avons de très nombreux clients juifs et je remarque que certains ne prennent pas de douche avant d'aller nager". "Étant donné que d'autres clients m'ont demandé de faire quelque chose, j'ai écrit un peu naïvement cette affiche" déclare celle qui a reconnu qu’elle aurait "mieux fait de s’adresser à tous les clients" et pas spécifiquement aux juifs.
Pourtant, l’accès à la piscine n’était malheureusement pas le seul emplacement de l’établissement où se trouvaient des recommandations adressées exclusivement aux clients juifs. Ainsi, sur le congélateur de l’hôtel pouvait-on lire, toujours en langue anglaise, "À nos clients juifs : vous pouvez avoir accès au congélateur seulement pendant ces créneaux horaires: 10h00-11h00 et 16h30-17h30. J'espère que vous comprenez que notre équipe n'aime pas être dérangée sans arrêt". Bien que ces derniers soient, comme tous les autres pensionnaires, autorisés à entreposer de la nourriture dans le frigidaire, l’affiche ciblait une fois encore uniquement les personnes de confession juive.
En Suisse, où l’affaire fait grand bruit, le ministère des Affaires étrangères a indiqué hier, mardi 15 août, que le pays "condamne le racisme, l’antisémitisme et toute discrimination". Israël réclame quant à elle des excuses officielles et condamne cet "acte antisémite de la pire espèce". Le Centre Simon Wiesenthal, ONG spécialisée dans la lutte contre la racisme, l’antisémitisme et la prévention des actes haineux, a quant à lui demandé à Simonetta Sommaruga, ministre de la Justice suisse, la fermeture de "l’hôtel de la haine".
Malheureusement, la communauté juive n’est pas la seule à subir ce genre de discriminations pourtant intolérables. En juillet dernier, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) rapportait le cas d’un propriétaire d’une résidence privée de La Ciotat dans les Bouches-Du-Rhône. Ce dernier avait alors contraint une de ses clientes à payer la désinfection de sa piscine car elle avait porté un burkini.
A lire aussi : WTF ?! Les femmes remplacées par des ballons dans des publicités saoudiennes (Photos)
Pour suivre l'actu, abonnez-vous à la newsletter buzz
par Anais Moine 86 partages

http://www.aufeminin.com/news-societe/hotel-suisse-discrimination-clients-juifs-s2344931.html
http://www.aufeminin.com/news-societe/hotel-suisse-discrimination-clients-juifs-s2344931.html

Avec ce couple de mamans homosexuelles, Disney met la tolérance à l'honneur,femmes,societe,hosexuelle,RESPECT

12 Août 2017, 02:25am

Publié par hugo

 Avec ce couple de mamans homosexuelles, Disney met la tolérance à l'honneur
par Anais Moine le 8 août 2017
3 114 partages 
La chaîne familiale Disney Channel a une fois encore œuvré en faveur de la tolérance. Un nouvel épisode du très populaire Docteur La Peluche met ainsi en scène un couple interracial et lesbien. Une action qui peut sembler anodine mais qui participe à l'ouverture d’esprit de centaines de milliers d’enfants.
Docteur La Peluche est une des séries d’animation préférée des tout petits. A sa création en 2012, le public a grandement salué le choix de la production de mettre à l'honneur une jeune héroïne afro-américaine dont la mère est médecin. En effet, il est rare que Disney "se mouille" en choisissant des personnages principaux noirs. De plus, la figure de la mère médecin qui inspire sa fille a été particulièrement bien accueillie.
Dans son dernier épisode, Docteur La Peluche s'attaque à un nouveau combat en mettant en scène un couple homosexuel. Loin d’expliquer aux enfants l’histoire de ces deux mamans, les réalisateurs ont plutôt décidé d’en faire totalement abstraction. Ne pas justifier aux jeunes téléspectateurs la différence est en effet une excellente manière de leur faire comprendre que rien n’est anormal dans cette situation et que ce couple de parents est en réalité comme tous les autres.
L’épisode intitulé "Le Plan d’urgence" est également l’occasion pour de nombreux enfants de voir une famille "comme la leur" dans leur dessin animé favori. Chris Nee, productrice exécutive de la série d’animation a déclaré à GLAAD avoir "toujours vu Docteur La Peluche comme un show qui expliquait ce que c’était d’accepter tout à chacun comme un membre à part entière de notre propre communauté." Chris, qui a d’ailleurs écrit le script de l’épisode en question, s’est également confiée sur ses motivations, "En tant que membre d’une famille formée par deux mamans, je suis fière d’avoir un épisode qui reflète le monde de mon fils et qui montre à tous ce qu’est l’amour dans Docteur La Peluche".
Si précédemment Disney avait déjà fait intervenir des couples homosexuels dans ses séries comme en 2014 dans Bonne chance Charlie !, c’est la première fois que le géant américain met en lumière un couple homoparental dans un dessin animé réservé aux plus petits.
Une avancée prometteuse qui laisse entrevoir un avenir plein de tolérance !
Voir aussi : Ces princesses Disney qu'on adore

http://www.aufeminin.com/news-societe/disney-channel-tolerance-enfance-s2339210.html

L’homophobie, une (triste) actualité mondiale,homophobie,racisme

27 Juin 2017, 04:07am

Publié par hugo

L’homophobie, une (triste) actualité mondiale

par Mounir Belhidaoui
© DR
⦁ 120
⦁ 9
⦁ 
⦁ Le saviez-vous ? Il y a des pays où l’homosexualité est considérée comme une « maladie » à « guérir ». D’autres traquent les homosexuels pour les juger arbitrairement de plusieurs années de prison. C’est notre infographie de la semaine.
Depuis quelques jours, on voit sur le réseau social Facebook un petit bouton arc-en-ciel, en plus des multiples émojis censés illustrer nos humeurs du moment. Pourquoi ce symbole multicolore ? Pour accompagner le Pride month, bien sûr ! Le mois de juin, c’est désormais une tradition, est celui des « fiertés LGBT+ » du monde entier, et aussi la période propice à bon nombre de gays prides partout autour du globe.
Fiertés et blessures
Ainsi, celle organisée par la ville de Tours a réuni pas moins de 2 000 personnes. Celle de Paris, très attendue, aura lieu le 24 juin prochain et devrait rassembler un demi-million d’âmes, dans une ambiance festive et musicale. Une organisation minutieuse de cet événement a par ailleurs été réfléchie par quelques 200 bénévoles.
Cette actualité colorée rejoint une autre, plus sombre. L’association SOS Homophobie a publié, au mois de mai, son étude sur la haine anti-LGBT. Il apparaît que le chantier contre les crimes homophobes reste encore titanesque. En 2016, l’organisme a reçu des appels qui, d’année en année, n’ont eu de cesse d’augmenter. En outre, l’International Lesbian and Gay Association déplore qu’il existe encore, au 21ème siècle, des états où être gay est interdit.
A l’occasion de cette « Pride month » qui se tient partout dans le monde, la rédaction a choisi de consacrer son infographie de la semaine à l’homophobie.
 : Mounir Belhidaoui pour Respect mag
Sources : International Lesbian and Gay Association, SOS homophobie, Organisation Mondiale de la Santé, Inter-LGBT
 
http://www.respectmag.com/28878-lhomophobie-triste-actualite-mondiale
 

VIDEO. Le pape, le dalaï-lama et le grand mufti appellent à l'amitié entre toutes les religions,respect,religions,

16 Juin 2017, 13:45pm

Publié par hugo

VIDEO. Le pape, le dalaï-lama et le grand mufti appellent à l'amitié entre toutes les religions
De nombreux chefs religieux ont participé à un vidéo YouTube dans laquelle ils délivrent à leurs disciples un message de tolérance à l'égard des confessions qui ne sont pas les leurs.
Make Friends / YOUTUBE
 
franceinfoFrance Télévisions
Mis à jour le 14/06/2017 | 19:09
publié le 14/06/2017 | 19:09
4796 partages
PartagerTwitterPartagerEnvoyer
LA NEWSLETTER ACTUNous la préparons pour vous chaque matin  
Une dizaine de chefs religieux ont lancé un appel conjoint dans une YouTube pour encourager leurs disciples partout dans le monde à promouvoir l'amitié. Du grand mufti d'Egypte au pape François, en passant par le dalaï-lama, ils ont tous participé à l'appel initié par l'institut interreligieux Elijah de Jérusalem, mercredi 14 juin.
"Ne vous concentrez pas sur les différences entre les groupes religieux", déclare ainsi Shawki Ibrahim Abdel-Karim Allam, le grand mufti d'Egypte, tandis que le guru indien Sri Sri Ravi Shanka appelle à "honorer la religion des autres comme tu honores la tienne".
Pour le leader sikh britannique Bhai Sahib Bhai Mohinder Singh, "peu importe le versant que l'on prend pour gravir la montagne, nous devons nous aider les uns les autres". Enfin, selon le rabbin Jonathan Sacks, "une des choses merveilleuses quand on passe du temps avec des personnes différentes, c'est de découvrir tout ce que nous avons en commun".
 
http://www.francetvinfo.fr/societe/religion/video-le-pape-le-dalai-lama-et-le-grand-mufti-appellent-a-l-amitie-entre-toutes-les-religions_2235911.html

La poignante lettre ouverte de Selena Gomez pour la cause LGBT,respect,homosexuelle,

3 Juin 2017, 19:36pm

Publié par hugo

La poignante lettre ouverte de Selena Gomez pour la cause LGBT

par Natacha Couvillers aujourd'hui à 13:46
114 partages
 
 
 

Le mois de juin aux Etats-Unis est réservé à la lutte pour les droits LGBT. Le site Billboard a demandé à Selena Gomez, parmi d'autres célébrités, d’écrire une lettre ouverte dans ce sens, et ça fait réfléchir !

A l’occasion du mois de juin qui est consacré à la lutte pour les droits LGBT aux Etats-Unis, le site Billboard a demandé à plusieurs célébrités d’adresser une lettre ouverte à la communauté LGBT. La chanteuse Selena Gomez a donc apporté sa pierre à l’édifice en écrivant une lettre poignante empreinte de tolérance et de respect de l'autre.

“Je suis très reconnaissante de la manière dont ma mère m’a élevée, j’ai grandi dans un environnement propice à l’ouverture d’esprit sans jamais juger.” La jeune femme de 24 ans raconte que dès l’enfance elle a toujours été entourée de membres de la communauté LGBT, les amis de sa mère, avec qui elle brunchait sans pour autant se rendre compte de leur identité sexuelle. A ses yeux, ils étaient "des personnes aimantes" surtout définis par "leur gentillesse et leur humour".

La chanteuse et actrice raconte que pour ses 16 ans, sa mère avait fait venir “une des plus belle drag queen” qu’elle n’avait jamais vue et qui lui avait chanté sa chanson préférée.
Selena Gomez a donc toujours été proche de cette communauté, qui continue de souffrir et dont le combat n'est pas terminé. Et ceci, l’actrice en est bien consciente et le regrette dans sa lettre : Il y a encore beaucoup de travail à faire et j’attends avec impatience le jour où une personne ne sera jamais jugée, discriminée ou crainte pour sa sexualité.”

 

Cette lettre ouverte confirme l’engagement de l’actrice pour les causes qui concerne la jeunesse et la communauté LGBT . C’est aussi elle qui a soutenu la série 13 Reasons Why, en tant que productrice, une série Netflix qui dénonce le harcèlement scolaire qui peut détruire la vie de jeunes adolescents.

Voir aussi : Les stars humanitaires

http://www.aufeminin.com/news-societe/selena-gomez-lgbt-lettre-ouverte-soutien-droits-lgbt-s2268088.html

Le mot laissé au mémorial de l'Holocauste résume la différence entre Trump et Obama,politiques,respect,

24 Mai 2017, 18:52pm

Publié par hugo

Le mot laissé au mémorial de l'Holocauste résume la différence entre Trump et Obama
Le président américain s'est plié à la tradition. Mais à sa façon.
 23/05/2017 17:40 CEST | Actualisé 23/05/2017 17:49 CEST

Anthony Berthelier Journaliste, Le Huffington Post
INTERNATIONAL - Une comparaison peu flatteuse pour le président américain. Donald Trump a rendu hommage mardi 23 mai, au mémorial israélien de Yad Vashem à Jérusalem, aux six millions de Juifs tués par les nazis, parlant d'un acte indicible.

"Les mots ne pourront jamais décrire les profondeurs insondables de ce mal ni l'étendue de la douleur et de la dévastation. Ce sont les heures les plus sombres de l'Histoire", a déclaré le président américain après la cérémonie commémorative. Une allocution brève, marquée par une tonalité très solennelle et des mots lourds de sens.

Tellement incroyable, je n'oublierai jamais!"
Donald Trump au mémorial de l'Holocauste
Tout le contraire des quelques phrases qu'il a inscrites de sa main dans le livre d'or de Yad Vashem. Comme ses prédécesseurs et les illustres visiteurs du mémorial,le président américain s'est plié à la tradition... mais à la "mode Trump".

"C'est un grand honneur d'être ici avec tous mes amis. Tellement incroyable je n'oublierai jamais!", a-t-il écrit sur sa page blanche, comme s'il venait de sortir d'un parc d'attraction.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
 Suivre
 The Spectator Index @spectatorindex
IMAGE: Trump's and Obama's notes at Yad Vashem, Israel's official Holocaust memorial
14:39 - 23 May 2017
  857 857 Retweets   789 789 j'aime
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
En juillet 2008, Barack Obama avait également visité ce lieu historique. Et la teneur de son message était toute autre.

"Je suis reconnaissant à Yad Vashem et à tous les responsables de cette institution remarquable. À un moment de grand péril et de promesses, de guerre et de lutte, nous sommes bénis d'avoir un rappel si puissant du potentiel de l'homme pour faire le mal, mais aussi notre capacité à nous relever de la tragédie et à refaire notre monde. Laissez nos enfants venir ici et apprendre cette histoire, afin qu'ils puissent ajouter leur voix pour proclamer 'jamais plus'", avait-il notamment écrit sur le livre d'or.

Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter
 Suivre
 Israel Headline News @IsraelHeadlines
The huge contrast between Obama’s and Trump’s visits to Israel’s Holocaust memorial http://israelheadlinenews.com/the-huge-contrast-between-obamas-and-trumps-visits-to-israels-holocaust-memorial/ …
16:54 - 23 May 2017
  109 109 Retweets   51 51 j'aime
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Un contraste saisissant entre les deux responsables politiques, que les internautes n'ont pas manqué de souligner. Et de déplorer.

Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter
 Suivre
 Gabriel Farhi ✔ @ravgab
Donc pour Donald Trump, Yad Vashem (Memorial de l'Holocauste à Jérusalem) est "so amazing". No comment.
16:11 - 23 May 2017
  158 158 Retweets   92 92 j'aime
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
 Suivre
 pierre haski ✔ @pierrehaski
Le contraste entre le message creux de Trump au mémorial de l'Holocauste Yad Vashem avec celui qu'avait laissé Obama est saisissant. https://twitter.com/brianklaas/status/867001555735769088 …
17:05 - 23 May 2017 · Paris, France
  100 100 Retweets   62 62 j'aime
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
 Suivre
 Jérôme Vilain @F3Vilain
A gauche, le mot de Trump après avoir visité le mémorial de l'holocauste. A droite, celui d'Obama. Sensation que le 1er sort de chez Disney. https://twitter.com/ianbremmer/status/866994040205709315 …
15:29 - 23 May 2017
  11 11 Retweets   10 10 j'aime
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter
 Suivre
 Alexandra Jabbour @alexjabbour
Note de Trump après sa visite au Memorial Yad Vashem. Note inepte qui pourrait aussi convenir pour commenter un sejour à Disneyland #Sad!
17:10 - 23 May 2017
  24 24 Retweets   17 17 j'aime
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Lire aussi :

• Trump risque de froisser les Corses avec cette carte

• Cet ancien tweet de Trump sur l'Arabie Saoudite lui revient en pleine figure

• Pourquoi Trump a choisi l'Arabie saoudite pour son premier déplacement

• Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

• Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

• Retrouvez-nous sur notre page Facebook

 

PLUS: États-Unis  Barack Obama  Donald Trump  International
Envoyer une correction

http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/23/le-mot-laisse-au-memorial-de-lholocauste-resume-la-difference-e_a_22105593/

VOILA  MON AVIS SUR  TRUMP !!!!!!!!!!!!!!!!!!
VOILA  MON AVIS SUR  TRUMP !!!!!!!!!!!!!!!!!!

VOILA MON AVIS SUR TRUMP !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Cette famille musulmane invite des inconnus à dîner pour vaincre l’islamophobie,racisme,respect,

20 Mai 2017, 03:40am

Publié par hugo

Cette famille musulmane invite des inconnus à dîner pour vaincre l’islamophobie
par Anais Moine
le 18 mai 2017
5 759 partages  
Yusra Rafeeqi, une adolescente américaine, a décidé à sa petite échelle de combattre l’islamophobie en invitant des inconnus à diner chez sa famille musulmane.

Yusra Rafeeqi, 15 ans, n’était même pas née quand son pays a été frappé par l’une des plus grandes attaques terroristes mondiale le 11 septembre 2001. Si déjà à l’époque de nombreux Américains ont commencé à exprimer leur méfiance envers les Musulmans et leur religion, l’islamophobie a atteint une ampleur sans précédent depuis quelques années aux Etats-Unis.

Après les attentats du 13 novembre 2015 qui ont touchés la capitale française, les Américains, très solidaires du peuple français, ont très rapidement montré leur soutien à la France. Le Président Obama avait alors été le premier à tenir un discours, avant même que François Hollande n’ait eu le temps de s’exprimer sur le sujet. Malheureusement, les mois qui ont suivi, de nombreuses agressions ont été commises à l’encontre de Musulmans sur le sol américain.

Profitant du climat de peur ambiant, Donald Trump, alors candidat à l’élection présidentielle, décide de faire de l’Islam un des grands sujets de sa campagne. Il avait alors prôné l’interdiction pour tout Musulman d’entrer sur le sol américain du fait de leur prétendue dangerosité.

Le combat de Yusra
A tout juste 15 ans, Yusra Rafeeqi constate déjà les méfaits de la politique de Trump envers sa communauté. Elle a expliqué au HuffPost que sa maman, qui porte le foulard et l’abaya (robe qui se porte par dessus les vêtements), est souvent regardée fixement dans la rue avant que les gens ne s’en éloignent par peur. Elle ajoute qu’un jour, alors qu’elle marchait tranquillement avec sa famille, une voiture s’est approchée d’eux et ses occupants ont crié "Heil Hitler".

Loin de se laisser atteindre par ce genre d’événements, l’adolescente fait preuve d'une lucidité remarquable pour son âge. Elle confie au Mercury News que "les gens ne détestent pas les Musulmans (…) mais ils ne les comprennent pas". Or, à 15 ans, Yusra ne dispose d’aucune tribune où faire entendre sa voix… excepté les réseaux sociaux.

 Cette famille musulmane invite des inconnus à dîner pour vaincre l’islamophobie © capture Facebook
Elle créée alors une page Facebook intitulée "Dînez avec une famille musulmane". Ses parents, qui ont immigré du Pakistan il y a 30 ans, ont décidé de l’aider dans son combat. Son père l’accompagne tous les jeudis dans la rue avec des pancartes "Venez dîner avec une famille musulmane".

 Cette famille musulmane invite des inconnus à dîner pour vaincre l’islamophobie © capture Facebook
« La nourriture a un pouvoir extraordinaire »
Le 5 mai dernier, la famille Rafeeqi a reçu pour la première fois des hôtes qu’elle ne connaissait pas. Alex Radelich et Dalton Lemert, 23 ans, ont avoué "qu’à la fin, ils étaient juste une bande d’amis qui riaient tous ensemble" et que "la nourriture avait l’extraordinaire pouvoir de faire ça".

Ravie de l’expérience, la famille décide de la renouveler dès la semaine suivante. Ils reçoivent cette fois-ci deux couples et une femme qui "étaient très ouverts d’esprit et plein de soutien". Autour de la table, les hôtes de la famille Rafeeqi traitent de sujets aussi variés que la foi, l’identité et la gentillesse avant de dévier vers des choses plus légères comme on le fait entre amis. Pour accompagner leurs discussions, la maman de Yusra prépare des mets pakistanais comme le poulet tikka masala, une de ses spécialités.

L’initiative de Yusra connait un véritable succès et plusieurs dîners sont déjà programmés pour les semaines à venir. Elle admet d’ailleurs vouloir planifier des repas le plus longtemps possible et espère que d’autres familles musulmanes en fassent autant si la sienne n’arrive pas à accueillir tout le monde. Très belle initiative !

http://www.aufeminin.com/news-societe/ado-musulmane-diner-inconnus-vaincre-islamophobie-donald-trump-peur-islam-s2250689.html

27 choses que toute personne qui aime une femme devrait savoir,femmes,respect,articles femmes hommes,

13 Mai 2017, 22:54pm

Publié par hugo

Le pouvoir de l'humanité
FEMMES 02/09/2017 04:42 HE ET | Mise à jour 09 février 2017
27 choses que toute personne qui aime une femme devrait savoir
💕 💕 💕 💕 💕 💕
Par Alanna Vagianos
 
PEKIC VIA GETTY IMAGES
2,2k
54
 
PUBLICITÉ

Apprendre à aimer une femme, qu'il s'agisse d'une personne importante, d'un frère ou d'un grand ami ou d'un parent, est une leçon importante que vous portez avec vous pour toujours. 

Avec la Saint-Valentin juste au coin de la rue, nous avons demandé à nos adeptes du Facebook  de nous dire une chose que tout homme qui aime une femme - romantique ou autrement - devrait savoir.

Selon les lecteurs HuffPost, voici 27 choses que chaque personne qui aime une femme devrait savoir. 

1. Rappelez-la chaque jour qu'elle est digne de toutes choses bonnes dans ce monde. 

2. Parfois, elle a besoin que vous prenez soin d'elle. Et parfois, elle ne le fait pas .

3. Comprenez qu'elle a combattu de nombreuses batailles ,  et elle est encore debout.

4. La meilleure chose que vous pouvez faire pour elle pendant les moments difficiles est de simplement garder son entreprise.  

5. Elle n'a pas besoin de votre protection, elle a besoin de votre soutien . 

6.  Ne lui dites pas  de «se calmer» ou de «la surmonter». Laissez-la sentir ses émotions sans honte.  

7. Toujours, toujours, toujours racine pour elle.

8.  Toute femme est unique . Honorez-la et célébrez-la exactement comme elle l'est. 

9. Reconnaître le sexisme auquel elle est confrontée et travailler avec elle pour la combattre . 

10. La  communication est tout . Sans cela, vous êtes tous deux perdus. 

11. Faites confiance à sa capacité à faire les meilleurs choix pour son corps .

12. Gardez votre mot. 

13. Ne vous retrouvez pas dans les rôles de genre . L'amour est l'amour est l'amour - nous sommes tous humains.  

14. L'  écoute va très loin. 

15. Elle est digne d'égalité , indépendamment de sa relation avec vous. 

16. Respectez-la. Respectez-la . Respectez-la. 

17. Les petites choses dans la vie sont importantes. Donnez leur priorité à elle . 

18. Rappelez-vous que l'aimer est un choix que vous faites tous les jours. 

19. Soyez toujours un ami fidèle . 

20. Ne jamais émettre son sens de l'aventure . 

21. Traitez-la comme la reine qu'elle est. 

22. La femme qu'elle est devenue n'est pas nécessairement la femme qu'elle était toujours.

23. Surtout, soyez gentil avec elle. Soyez toujours gentil. 

24. Laissez-la vous apprendre  ce qui la fait sentir aimée. 

25. Apprenez d'où elle vient. Honorer son héritage .

26. Savoir quand elle doit être seule et savoir quand elle doit être câlinée .  

27. À la fin de la journée, chaque femme est différente. Elle a ses propres besoins, envies et objectifs. Découvrez ce qu'ils sont et aidez-les à les atteindre.

En relation...
25 Cadeaux de la Saint-Valentin pour la personne la plus importante dans votre vie (vous)
38 Cartes parfaites pour la Saint-Valentin pour votre BFF
19 Sex Toys qui vont réchauffer votre saison des fêtes tout droit
X

AUSSI À L'HUFFPOST
Sex Toy Gift Guide 2016
Suggérer une correction
Alanna Vagianos  
Éditeur féminin, HuffPost
PLUS:

http://www.huffingtonpost.com/entry/27-things-every-person-who-loves-a-woman-should-know_us_589c8ebde4b0c1284f2af883?utm_hp_ref=love-and-sex