Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Articles avec #articles et livres

Tout comme Benoist Apparu, Alain Juppé aimerait baisser les quotas de logements accessibles aux handicapés,handicape,

26 Juin 2016, 19:57pm

Publié par hugo

Tout comme Benoist Apparu, Alain Juppé aimerait baisser les quotas de logements accessibles aux handicapés
Publié à 09h57, le 25 juin 2014 , Modifié à 10h23, le 25 juin 2014


424 partages
PrécédentSuivant
Tout comme Benoist Apparu, Alain Juppé aimerait baisser les quotas de logements accessibles aux handicapés
Maxppp
Image Thibaut Pezerat
Thibaut Pezerat
thibaut.pezerat@europe1.fr


"UN EXEMPLE QUI PEUT CHOQUER" - Entre deux questions sur Nicolas Sarkozy ou l'affaire Bygmalion, Alain Juppé trouve aussi le temps de s'exprimer sur des questions de fond. En l'occurrence, celle-ci: comment mettre en oeuvre le "choc de simplification" promis par François Hollande ? L'ancien Premier ministre a sa petite idée sur le sujet, en matière de logement.








Afin de baisser les coûts de construction, Alain Juppé souhaite en effet réduire l'obligation de construire 100% de logements accessibles . Une proposition formulée ce 25 juin sur BFM TV :




Je vais prendre un petit exemple qui peut choquer, mais j'espère qu'il sera bien compris. Quand vous faites un programme de construction de logements aujourd'hui, 100% des logements doivent être accessibles aux handicapés. Ce qui fait que dans un T2 ou un T3 la pièce principale, c'est la salle de bain.


Si on avait, je ne sais pas moi, la moitié, ou 25% des logements accessibles aux handicapés, est-ce que ça ne suffirait pas ? Il y a tout un travail de simplification des normes à faire.


Et, de mémoire de Lab, c'est à son proche Benoist Apparu qu'Alain Juppé est allé piquer l'idée. L'ancien secrétaire d'Etat au Logement, sous Nicolas Sarkozy, avait fait peu ou prou la même proposition en août 2013 :




Si j’avais une mesure aujourd’hui : déréglementer, dénormer le logement. Je vous donne un exemple très concret : la norme handicap doit nous coûter autour de 10 à 15% en coûts de construction supplémentaires.


Si vous voulez faire baisser les prix de production, notamment en Ile-de-France, il faut vraiment, radicalement baisser un certain nombre de normes.


Une proposition qui avait provoqué la colère de la ministre chargée des Personnes handicapées Marie-Arlette Carlotti, dénonçant "une remise en cause de la solidarité nationale".


424 partages

http://lelab.europe1.fr/Tout-comme-Benoist-Apparu-Alain-Juppe-aimerait-baisser-les-quotas-de-logements-accessibles-aux-handicapes-15213#&utm_source=ExtensionFactory.com&utm_medium=extension&utm_content=newtab&utm_campaign=extension

Les pensions d’invalidité dégèlent à peine,handicap,aah,

1 Avril 2016, 02:54am

Publié par hugo

Accueil » Emploi » Ressources » Les pensions d’invalidité dégèlent à peine
Les pensions d’invalidité dégèlent à peine
Les pensions d'invalidité n'augmenteront que de 0,1% en 2016 après avoir été gelées en 2015.
Les pensions d’invalidité dégèlent à peine
Publié le 25 mars 2016

inShare
Le 1er avril, les pensions d’invalidité augmenteront de 0,1 %. Un tout petit coup de pouce après une année 2015 gelée, pour cause d’économies.


Même punition pour les pensionnés d’invalidité que pour les allocataires de l’AAH. Le montant de leurs pensions n’augmentera que de 0,1 %, le 1er avril 2016. Tout comme celui de l’allocation adulte handicapé. Depuis l’adoption des lois de finances et de financement de la Sécurité sociale pour 2016, ces prestations sont revalorisées sur la base d’un coefficient égal à l’évolution moyenne annuelle des prix sur les douze derniers mois. Or, en 2015, l’inflation a été nulle.


Les pensions d’invalidité n’ont augmenté que de 0,7 % en trois ans
La purge commence à être sévère. L’an passé, en effet, le gouvernement avait décidé de geler les pensions d’invalidité, par souci d’économies, quand l’AAH augmentait de 0,9 %. Et en 2014, le coup de pouce s’était limité à 0,6 %, contre 1,3% pour l’AAH. Les pensionnés sont pourtant loin d’être des privilégiés. Le montant moyen versé par la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés à ses quelque 400 000 invalides de catégorie 2, c’est-à-dire ceux ne pouvant plus exercer d’activité professionnelle, avoisine 730 €.


Le 1er avril 2016, cette revalorisation de 0,1 % s’appliquera aussi à l’allocation supplémentaire d’invalidité, à la majoration pour aide constante d’une tierce personne, aux rentes d’incapacité permanente, à la prestation complémentaire pour recours à tierce personne et au capital décès. Franck Seuret

http://www.faire-face.fr/2016/03/25/pensions-invalidite-degelent-a-peine/

Les intérêts du livret A bientôt déductibles de l'AAH ?,handicap,economie,

2 Octobre 2015, 12:16pm

Publié par hugo

Chercher
Lancer la recherche
Les intérêts du livret A bientôt déductibles de l'AAH ?


Résumé : Dans le cadre du projet de loi de finances 2016,le Gouvernement prévoit de prendre en compte les revenus des livrets d'épargne non imposables dans le calcul du montant de l'AAH.Colère des associations qui lui demandent de renoncer à cette mesure


Par Handicap.fr / Emmanuelle Dal'Secco, le 01-10-2015
Lire les réactions et réagissez !


Dans le cadre du projet de loi de finances 2016, le Gouvernement prévoit de prendre en compte les revenus des livrets non imposables (livret A, livret d'épargne populaire) dans le calcul du montant de l'Allocation aux adultes handicapés (AAH). L'AAH est un minimum social qui se monte, après une revalorisation au 1er septembre 2015, à 807,66 euros (article en lien ci-dessous). Son montant est bien inférieur au seuil de pauvreté de 977 euros.


Selon le Comité d'entente des associations représentatives de personnes handicapées, « Les revenus d'épargne issus de ces livrets représentent des sommes dérisoires à l'échelle des économies que l'Etat français doit réaliser. Mais, pour les personnes en situation de handicap, aux ressources déjà faibles, ces petits revenus sont essentiels pour vivre au quotidien ». Il s'insurge : « C'est un scandale, pour des économies de bout de chandelle. » Par le biais d'un communiqué publié le 1er octobre 2015, il demande au Gouvernement de renoncer à cette mesure et aux parlementaires de rejeter cet article qui, selon lui « vient renforcer l'exclusion des personnes concernées ».


Partager sur : Google Bookmarks LinkedIn Twitter Facebook
Lire les réactions et réagissez !


Handicap.fr vous suggère les liens suivants :
Sur Handicap.fr
AAH : 807,66 euros au 1er septembre 2015, 7 de plus


"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Article précédent Article suivant


Commentaires
Réagissez à cet article

http://informations.handicap.fr/art-deduction-aah-interets-853-8286.php

Adapter son travail et mieux aider,handicap,emploi,travail,

14 Septembre 2015, 13:17pm

Publié par hugo

Accueil » Emploi » Adapter son travail et mieux aider
Adapter son travail et mieux aider
Horaires aménagés, absences ponctuelles, télétravail, congés spécifiques. Des solutions pour que les quelque 2 à 4,15 millions d’aidants en emploi puissent mieux vivre le quotidien avec leur proche handicapé. © Pixabay
Adapter son travail et mieux aider
Publié le 14 septembre 2015

inShare
Sur les 8,3 millions d’aidants en France, la moitié est en emploi. Cette activité professionnelle, ils souhaitent la conserver autant pour des raisons financières que sociales. Mais, un quart d’entre eux, voire la moitié lorsqu’ils s’occupent d’un enfant, doivent l’aménager. Comment faire ?


Réorganiser ses horaires de travail
L’aménagement du temps de travail pour aider une personne en situation de handicap est inscrit dans le Code du travail afin de faciliter son accompagnement. Pour les fonctionnaires, c’est la loi du 11 février 2005 qui établit des dispositions similaires. Aménagements d’horaires « dans toute la mesure compatible avec les nécessités du fonctionnement du service ». Mais ces textes ne disent rien de l’accompagnement des personnes âgées dépendantes, atteintes de maladies chroniques ou en fin de vie. Les fonctionnaires ont toutefois la possibilité de bénéficier d’un temps partiel visant
à donner des soins à leur conjoint, enfant à charge ou ascendant « atteint d’un handicap nécessitant la présence d’une tierce personne ou victime d’un accident ou d’une maladie grave », accordé automatiquement dès la demande faite.


Bénéficier d’autorisations d’absence ponctuelle
La loi prévoit que certaines situations familiales – mariage, décès, déménagement, rentrée scolaire, enfant malade… – donnent lieu à des heures ou jours d’absence…


Vous venez de lire un extrait de l’article paru dans le magazine Faire Face de septembre-octobre 2015 destiné aux abonnés. Vous souhaitez l’obtenir dans son intégralité ? Rien de plus simple. Achetez la version numérique de ce numéro. Mieux encore : profitez, dès aujourd’hui, de nos offres d’abonnement de 10 à 54 euros et disposez d’une formule bi-média, pratique et interactive, avec, dans votre boîte aux lettres, un magazine bimestriel de 68 pages fourmillant de conseils et d’exemples concrets pour mieux vivre le handicap moteur ! Vous aurez également accès au site dédié et bénéficierez de toutes nos publications en téléchargement gratuit.


À lire aussi
Retraite : des trimestres supplémentaires pour tous les aidants ?
Retraite : des trimestres supplémentaires pour tous les aidants ?
7 septembre 2015


Travail adapté : budgets ric-rac pour les Ésat
Travail adapté : budgets ric-rac pour les Ésat
21 avril 2015


L’Una lance une campagne pour sauver les service d’aide à domicile
L’Una lance une campagne pour sauver les service d’aide à domicile
6 mars 2015


Déposer un commentaire

http://www.faire-face.fr/2015/09/14/amenagement-temps-travail/

Handicap et animaux : une comparaison de très mauvais goût ?,handicap,

29 Août 2015, 04:35am

Publié par hugo

Chercher Lancer la recherche
Handicap et animaux : une comparaison de très mauvais goût ?


Résumé : Le Net s'embrase! L'association PETA est dans le viseur des internautes pour de troublantes comparaisons entre les personnes handicapées et les animaux publiées sur son site, considérées par certains comme "handiphobes". Une plainte est déposée


Par Handicap.fr / Emmanuelle Dal'Secco, le 26-08-2015
Lire les réactions et réagissez !


« Un handicapé mental a des droits, même s'il n'est pas mignon ou si personne ne l'aime ». Il a suffi de quelques phrases pour que le web s'embrase. A l'origine de la colère de certaines associations de personnes handicapées, ces lignes, et bien d'autres, dans la rubrique « Foire aux questions » du site web de l'association de protection animale PETA. Il est vrai que ce parallèle, répondant en partie à la question « Qu'entendez-vous par droits des animaux ? » semble assez surréaliste. Dans le texte : « Chaque animal devrait avoir des droits indépendamment de l'intérêt que cet animal peut présenter pour les humains, qu'il soit mignon ou pas, que son espèce soit menacée de disparition ou pas, qu'un humain y soit attaché ou pas (de la même façon, un handicapé mental a des droits, même s'il n'est pas mignon ou si personne ne l'aime)...»


Pourquoi ce focus sur les personnes handicapées ?
Et de poursuivre « Un animal est sans doute incapable de comprendre et de respecter nos règles mais cela est vrai aussi d'un enfant ou d'un handicapé mental. Nous n'en concluons cependant pas que les enfants et les handicapés mentaux n'ont pas de droits. » Le plus surprenant, c'est qu'au fil des 20 questions, le parallèle avec les personnes handicapées est récurrent. Pourquoi prendre le parti de se focaliser uniquement sur elles ? L'association a aussitôt reconnu, par la voix de sa porte-parole, Isabelle Goetz, que cette comparaison était « très maladroite et contraire à sa philosophie. Ce n'est évidemment pas du tout le message de PETA qui se bat contre toutes les discriminations. Nous sommes désolés si des personnes ont été offensées, ce n'était nullement notre intention ». Cette formulation était présente sur le site depuis longtemps sans que personne ne s'en émeuve.


Le standard de PETA saturé
C'est une jeune Parisienne en fauteuil roulant qui a, sur son blog « Wheelcome » interpellé PETA en lui demandant si elle n'avait pas « pété un plomb ». Son tweet s'est répandu comme une traînée de poudre parmi les personnes handicapées, provoquant un emballement généralisé. Le standard de l'association a été saturé d'appels toute la journée et les comptes Twitter et Facebook inondés de messages de colère. PETA prenant la mesure de cette « bourde colossale » a aussitôt retiré la plupart des passages incriminés. Afin d'affiner sa position, l'association s'est fendue d'une « explication de texte » pour justifier ces allusions : « Il n'y a pas si longtemps, beaucoup d'humains étaient traités comme des "objets" et on enfermait les personnes handicapées dans des institutions parce qu'elles étaient considérées sans valeur pour la société et "embarrassantes" pour leurs familles ».


Une plainte déposée
Mais ce mea-culpa, qui n'a d'ailleurs aucune valeur d'excuse publique, n'a pas suffi à calmer l'ire de certains. Dès le mercredi 26 août 2015, le Collectif citoyen handicap et l'association UMEH, considérant ces propos comme « insultants et blessants », ont déposé plainte pour « injure publique et atteinte à la dignité des personnes handicapées » auprès du commissariat de Marc-en-Baroeul (Nord). « Nous menons cette action en justice pour que chacun comprenne que ce genre de propos est intolérable, et illégal, confie Jean-Luc Duval, président du CCH. Que penser lorsqu'on lit "Certains animaux sont incontestablement plus intelligents, plus créatifs, plus réceptifs, plus aptes à communiquer que certains êtres humains handicapés ? Faudrait-il alors retirer des droits à ces derniers pour les attribuer aux animaux plus intelligents ?" Comme c'est indélicat, et toujours sur le site ! » Un exemple parmi d'autres comme en témoignent les captures d'écran qui continuent de circuler sur le net. « A presque chaque question, une allusion, déplacée, aux personnes handicapées. A croire que le rédacteur avait vraiment une obsession ! ».


Enrayer ce genre de dérives
Selon Charles Gardou, anthropologue spécialiste du handicap et professeur à l'université de Lyon, « ce parallèle est évidemment inadmissible. Parce qu'on est "moche" on ne peut pas être aimé ? C'est totalement discriminant et on ne peut pas faire plus maladroit. Tout n'est pas permis lorsqu'il s'agit de condition humaine. » Fallait-il pour autant faire intervenir la justice ? Une alliance entre parties, militant a priori dans le même sens, c'est à dire le respect des droits de toute forme de vie, n'est-il pas souhaitable ? « La manière de réagir de certains parents peut se comprendre car ils sont à fleur de peau, poursuit Charles Gardou, mais n'est-ce pas une erreur de vouloir poursuivre ce dialogue devant la justice ? » Jean-Luc Duval ne le voit pas de cet œil-là... « J'ai pris la peine d'appeler l'association pendant trente minutes, qui n'a jamais semblé prendre la mesure de la violence de ses propos. Les limites ont été plus que dépassées. Même l'agent de police qui a enregistré notre plainte était sidéré. On ne doit pas laisser passer ce genre de discours. Les passages litigieux ont certes été retirés mais apparemment plus sous la pression que par conviction. Il faut enrayer ce type de dérive particulièrement choquante sinon d'autres le feront en toute impunité ».


La forme souille le fond
La prose de PETA n'est pas sans rappeler quelques « bévues » qui ont, par le passé, suscité le même tollé de la part d'associations de personnes handicapées : la veine corrosive de l'humoriste Patrick Timsit qui comparait les personnes trisomiques à des crevettes ou encore le slogan « hasardeux » d'une célèbre marque de fromage « Un fromage de malade mental » (article en lien ci-dessous). Il faut être concerné pour prendre la mesure de tels propos sur des familles fragilisées par le handicap ; cette capacité d'empathie vaut pour toutes les parties. Chaque militant défend sa chapelle, parfois avec une incapacité manifeste à se projeter dans l'autre, nourrie par de nombreux archaïsmes et préjugés. Nul ne peut douter que le combat des défenseurs de la cause animale est légitime, louable, indispensable mais pourquoi « salir » un si noble engagement avec des propos aussi nauséabonds. Parfois la forme souille le fond !


Partager sur : Google Bookmarks LinkedIn Twitter Facebook
Lire les réactions et réagissez !


Handicap.fr vous suggère les liens suivants :
Sur Handicap.fr
Mini Babybel, un slogan de mauvais goût ?
Sur le web
Foire aux questions du site PETA France


"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Article précédent Article suivant


Commentaires
Réagissez à cet article


Le 26-08-2015 par Jean Luc Duval :
Ce n'est pas une simple erreur, cela se répète dans d'autres sites de la mêmes associations par le monde.


Extrait du Site PETA.ORG


" Il y a des animaux qui sont incontestablement plus intelligent, créatif, conscient, communicative, et capable d'utiliser un langage que certains humains, comme dans le cas d'un chimpanzé par rapport à un nourrisson humain ou une personne ayant une déficience intellectuelle sévère, par exemple. "


Le 26-08-2015 par Bonjour :
Je vois que certains animaux ont plus d'intelligence que la PÉTA car au moins ils savent se servir de le cerveau quand ils en ont un à l'inverse des humains qui écrivent ces mots . Au fait connaissez vous l'adage qui dit que la roue tourne . Je ne souhaite pas à ces personnes qu'ils ou quelqu un qu'ils connaissent soit handicapé mentale.a bon entendeur salut


Soumettre votre avis
Votre nom / pseudoVotre e-mail (obligatoire)CommentaireVisibilitéEnvoyer
Rappel :


Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants

http://informations.handicap.fr/art-propos-handiphobe-peta-853-7957.php

Le nombre de demandeurs d'emploi handicapés bat des records,emploi,handicap,

29 Août 2015, 04:30am

Publié par hugo

Chercher Lancer la recherche
Le nombre de demandeurs d'emploi handicapés bat des records


Résumé : Jamais la France n'avait compté autant de demandeurs d'emploi handicapés qu'en 2015. Ils sont en effet plus de 450 000, et ce, malgré la diminution du rythme de la hausse et les efforts des entreprises.


Par L'AFP pour Handicap.fr, le 27-08-2015
Réagissez à cet article !


Quelque 452 000 travailleurs handicapés pointaient à Pôle emploi fin 2014, soit 9% de plus qu'en 2013 et 2,2 fois plus qu'en 2007 : une progression presque deux fois plus rapide que pour l'ensemble des demandeurs d'emploi, s'alarment des associations. Selon les derniers chiffres publiés par le fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph), le nombre de demandeurs d'emploi handicapés « a dépassé fin 2014 le cap des 450 000, un niveau jamais atteint », souligne, jeudi 27 août 2015, l'Association des paralysés de France (APF) sur son site FaireFace et l'Union nationale des associations de parents déficients auditifs (Unapeda) dans un communiqué. Cependant, le rythme de la hausse s'est légèrement infléchi en 2014, à 9,5%, après plus de quatre ans de croissance à deux chiffres et une pointe à +25% en 2012.


Les entreprises plus respectueuses des 6%
Les travailleurs handicapés en recherche d'emploi cumulent les difficultés : 44% ont plus de 50 ans, 23% seulement ont au moins le niveau bac, 56% sont au chômage depuis plus d'un an et 33% depuis plus de deux ans. L'augmentation des demandeurs d'emploi handicapés s'explique notamment par la croissance du nombre de personnes ayant la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), avec un bond de 40% entre 2008 et 2011 (dernières données connues). Les entreprises continuent aussi de faire des efforts pour respecter leurs obligations. Ainsi, les pénalités versées à l'Agefiph par les employeurs ne respectant pas l'objectif de 6% de travailleurs handicapés dans les établissements d'au moins vingt salariés, sont passées de 539 millions d'euros en 2010 à 421 millions en 2014 et de 212 millions d'euros à 131 millions pour le FIPHFP, son homologue pour la fonction publique.


Le nombre de postes occupés par des salariés handicapés « a certes augmenté depuis 2007, dans le public comme dans le privé, mais cette hausse reste insuffisante pour absorber la hausse encore plus rapide de travailleurs handicapés », estiment les associations. Selon l'Agefiph, la baisse des recettes s'explique aussi par les fermetures ou regroupements d'entreprises et la baisse des effectifs salariés.


Partager sur : Google Bookmarks LinkedIn Twitter Facebook
Réagissez à cet article !


Handicap.fr vous suggère les liens suivants :
Sur Handicap.fr
Emploi et handicap : Les mesures entre l'État et Cap emploi


« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2015) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

http://emploi.handicap.fr/art-demandeurs-emploi-handicapes-967-7964.php

Pays de Vie. Des « nounous » spécialisées dans le handicap

9 Août 2015, 22:23pm

Publié par hugo

Accueil › Pays de la Loire › Saint-Gilles-Croix-de-Vie ›
Recevez gratuitement notre newsletter
Chaque jour, l'essentiel de l'actualité est dans votre boite mail

Pays de Vie. Des « nounous » spécialisées dans le handicap
Coëx - 05 Août
écouter
La Mam a ouvert lundi, mais les assistantes regorgent déjà d'idées. Activités intergénérationnelles, multisensorielles, médiation animales, etc... La Mam a ouvert lundi, mais les assistantes regorgent déjà d'idées. Activités intergénérationnelles, multisensorielles, médiation animales, etc... | Ouest-France
Facebook3011 Twitter38 Google+
Achetez votre journal numérique
Un maison d'assistantes maternelles qui accueille des enfants valides et handicapés vient d'ouvrir à Coëx. Une première en France.


Une maison d’assistantes maternelles (Mam), proposant d’accueillir des enfants valides et handicapés, a ouvert ses portes lundi 3 août, à Coëx. Baptisée Mam’s Elles et Cie, c’est une première en France. Car si toutes les assistantes maternelles peuvent accueillir « des enfants handicapés depuis 2005, il n’existe pas d’autre Mam en France qui ait un projet spécifiquement orienté vers eux, avec des personnes formées », explique Emmanuelle Terrien, l’une des trois assistantes maternelles de la maison.


Cette maison est entièrement dédiée aux enfants de moins de 6 ans, mais avec des toilettes plus grandes, ou encore une rampe facilitant l’accès à la maison pour un fauteuil. Les petits seront sous la surveillance de trois « nounous » : Emmanuelle Terrien, Anne-Sophie Blanchard et Hélène Filiatre. Cela comble un manque en la matière, puisque dans le canton, « 38 familles sont concernées ».


Contact : Mam’s Elles et Cie, Emmanuelle Terrien (Tél. 06 69 38 77 64), Anne-Sophie Blanchard (Tél. 06 17 16 11 54) et Hélène Filiatre (Tél. 06 60 98 53 32).


Tags : Saint-Gilles-Croix-de-Vie Coëx Pays de Vie

A lire aussi
Contenus sponsorisés par Outbrain
Recommandé par

Saint-Hilaire-de-Riez. Un enfant sauvé de la noyade dans un camping (Ouest France)
Excès de vitesse en Mayenne. À 77 ans, le Cosséen roulait à 151 km/h (Ouest France)

Insolite. A Laval, elle accouche au beau milieu de son mariage (Ouest France)

Carburant : où trouver le moins cher (Ouest France Auto)

Dossier Emplois saisonniers : difficile de recruter ? (Ouest France Emploi)

Renégocier son crédit immobilier, une aubaine pour le particulier (Ouest France Immo)

http://www.ouest-france.fr/pays-de-vie-des-nounous-specialisees-dans-le-handicap-3603802

Lot-et-Garonne : des administrés prennent leur maire en flagrant délit de stationnement sur une place pour handicapés,handicap,handicape,

9 Août 2015, 22:13pm

Publié par hugo

Lot-et-Garonne : des administrés prennent leur maire en flagrant délit de stationnement sur une place pour handicapés



L'histoire se déroule à Roquefort, dans le Lot-et-Garonne.


A Roquefort (Lot-et-Garonne), des riverains s'en sont pris à leur maire, accusé de s'être garé sur une place réservée aux personnes handicapées, samedi 8 août 2015. 
A Roquefort (Lot-et-Garonne), des riverains s'en sont pris à leur maire, accusé de s'être garé sur une place réservée aux personnes handicapées, samedi 8 août 2015. (ROB CASEY / IMAGE SOURCE / AFP)
Par Francetv info
Mis à jour le 09/08/2015 | 14:58 , publié le 09/08/2015 | 14:58
Les administrés de Roquefort (Lot-et-Garonne) attendent du maire qu'il donne le bon exemple. Alors quand ils se sont aperçus que l'élu s'était garé, le temps d'acheter son pain à la boulangerie, sur une place réservée aux personnes handicapées, ils ont pris d'assaut les réseaux sociaux, raconte dimanche 9 août La Dépêche du Midi.


"Photo à l'appui, une internaute a en effet fustigé le manque d'esprit civique de l'élu, qui n'est atteint d'aucun handicap", explique le quotidient régional sur son site internet."Sur le cliché, le cabriolet allemand de Jean-Pierre Pin est pourtant garé sur la place réservée d'un parking de grande surface".




Un accrochage verbal avec un administré ?
Cette photo s'accompagne par ailleurs du récit d'un accrochage verbal avec un administré, poursuit le quotidien régional. L'internaute cité fustige un "élu qui joue les caïds et se montre menaçant physiquement lorsque la remarque lui est faite de façon civilisée (...) Bref, encore un élu qui se prend pour un voyou.'"


Cité par des proches, toujours sur les réseaux sociaux, le maire se serait défendu en ces termes : "je reconnais que j'étais stationné sur une place [réservée aux] handicapés et que je n'avais pas le droit de me garer là. Mais je me suis fait insulter de tous les noms par un jeune qui m'a demandé ma carte de handicapé. Lui, il était garé devant le distributeur et il était agressif en plus !"


Recevez l’essentiel de l’actualité chaque matin
SUR LE MÊME SUJET

http://www.francetvinfo.fr/france/lot-et-garonne-des-administres-prennent-leur-maire-en-flagrant-delit-de-stationnement-sur-une-place-pour-handicapes_1035437.html

60 fauteuils roulants squattent des places de parking,handicape,handicap,

2 Août 2015, 03:36am

Publié par hugo

Chercher Lancer la recherche
60 fauteuils roulants squattent des places de parking


Résumé : A Lisbonne, 60 fauteuils roulants squattent des places de parking avec ce message: "Je reviens tout de suite" Idée choc d'un groupe d'étudiants portugais pour interpeler sur les incivilités dont sont victimes les conducteurs handicapés. On adore


Par Handicap.fr / Emmanuelle Dal'Secco, le 02-08-2015
Réagissez à cet article !


L'info date un peu mais on ne s'en lasse pas ! En novembre 2013, une association portugaise de personnes handicapées, Lisbonne (IN)ACESSIBLE, décide de mener une action choc pour inciter les automobilistes à faire preuve de plus de civisme en cessant de convoiter les places de stationnement réservées. Quel que soit le pays, la France n'ayant pas le monopole de l'incivilité, des « valides » s'y garent impunément, légitimant souvent leur comportement par le fait qu'ils n'en ont que pour quelques secondes, sans se soucier du désagrément occasionné. Alors pourquoi ne pas prendre ces indélicats à leur propre jeu ?


Occupées pendant 4 heures
C'est cette option pleine de malice qu'ont choisi ces militants en occupant les 69 places de stationnement d'un parking de Lisbonne avec des fauteuils roulants, prenant soin de laisser sur chacun d'eux un petit mot d'excuse : « Je reviens tout de suite ! », « Juste pour cinq minutes », « Je suis pressé »... Ce « squat » a ainsi duré plus de quatre heures, au grand dam des automobilistes. On doit cette idée à un groupe d'étudiants en licence d´ingénieurs de réhabilitation et accessibilités humaines de l´université UTAD.


Avec la complicité de la société gestionnaire
L'opération n'avait rien de sauvage puisqu'ils avaient obtenu le soutien de la société qui gère les parkings dans la Capitale. De nombreux médias, partenaires et volontaires en fauteuil se sont joints à l'action, avec le concours d'établissements médico-sociaux qui ont accepté de prêter leurs fauteuils. Soixante au total ! Le message est passé, de manière explicite : « A chacun sa place, occupez les vôtres et non celles qui nous sont réservées ». Les militants en ont profité pour réclamer un plus grand nombre de places au sein des parkings publics de la ville puisqu'on en dénombrait alors moins de 200.


La planète contre les fortes-têtes
Cette riposte, qui a eu un impact médiatique sans précédent, n'est-elle pas la meilleure façon d'interpeler les fortes-têtes ? En France, le panneau « Si vous prenez ma place, prenez aussi mon handicap », plutôt consensuel, n'a certainement qu'un effet limité. Comment passer à l'offensive ? Partout dans le monde, les cerveaux sont en ébullition pour trouver des parades souvent étonnantes. Il y a quelques semaines, un Brésilien retrouvait sa voiture recouverte de post-it (article en lien ci-dessous) composant le logo d'un fauteuil roulant et en était quitte pour une humiliation publique. A Moscou, c'est l'hologramme d'une personne paraplégique qui se matérialise sous les yeux des conducteurs lorsqu'ils s'apprêtent à occuper une place réservée (article en lien ci-dessous). Des concepts plutôt insolites, et surtout très pertinents, qui témoignent que l'incivilité ne connait aucune frontière et dont il serait bon de s'inspirer à échelle planétaire.


Partager sur : Google Bookmarks LinkedIn Twitter Facebook
Réagissez à cet article !


Handicap.fr vous suggère les liens suivants :
Sur Handicap.fr
Stationnement, l'hologramme qui fait fuir les contrevenants
Incivilité : il retrouve sa voiture étrangement décorée !


"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Article précédent Article suivant


Commentaires
Réagissez à cet article

http://informations.handicap.fr/art-place-stationnement-handicap-20-7909.php

Handicap : la mise en accessibilité des bâtiments repoussée,handicap,lois,droits,

29 Juillet 2015, 01:44am

Publié par hugo

Handicap : la mise en accessibilité des bâtiments repoussée
Le Monde.fr avec AFP | 21.07.2015 à 16h26 • Mis à jour le 21.07.2015 à 17h01


Abonnez-vous
à partir de 1 € Réagir ClasserPartager facebook twitter google + linkedin pinterest


Le Parlement a définitivement ratifié, mardi 21 juillet, l’ordonnance prévoyant de nouveaux délais pour la mise en accessibilité des lieux publics, prenant acte de l’impossibilité d’atteindre l’objectif de 2015 que la loi de 2005 avait fixé, au grand dam des associations de défense des handicapés.
Le Sénat a adopté définitivement le projet de loi, dans la version votée la veille par les députés. La proportion d’établissements recevant du public accessibles aux handicapés est estimée à environ 40 %.
Lire aussi : L'état des lieux de l'accessibilité des lieux publics aux handicapés


Les acteurs publics et privés qui ne se sont pas mis en conformité avec l’obligation d’accessibilité doivent déposer en mairie ou en préfecture, d’ici à octobre, un « agenda d’accessibilité programmé » (ou « Ad’ap »), dans lequel ils s’engagent à réaliser les travaux dans un certain délai.
Jusqu’à 9 ans pour se mettre en conformité
Ce délai sera de trois ans maximum pour « 80 % des établissements », à savoir ceux qui ont une capacité d’accueil de 200 personnes maximum. Des durées plus longues, pouvant aller jusqu’à six voire neuf ans, sont prévues dans d’autres cas, comme les structures de plus grande capacité, les patrimoines comprenant plusieurs établissements et ceux qui sont « en difficulté financière avérée ».
Pour les transports, les délais maximums seront de trois ans pour les transports urbains, de six ans pour les interurbains et de neuf ans pour le ferroviaire.
En déposant ces agendas, les acteurs concernés éviteront les sanctions pénales prévues par la loi de 2005 en cas de non-respect des obligations d’accessibilité (45 000 euros d’amende). Mais ceux qui ne déposent pas un Ad’ap seront passibles d’une sanction de 2 500 euros et s’exposeront à des poursuites pénales.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/07/21/handicap-la-mise-en-accessibilite-des-batiments-repoussee_4692639_3224.html#sEHxc6PhvH6z2Sc1.99

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/07/21/handicap-la-mise-en-accessibilite-des-batiments-repoussee_4692639_3224.html