Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Articles avec #amour

Paroles de « Que serais-je sans toi ? »,chanson,amours,

21 Juillet 2017, 01:24am

Publié par hugo

Que serais-je sans toi ?

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre ?
Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant ?
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre ?
Que serais-je sans toi que ce balbutiement ?
 
J'ai tout appris de toi sur les choses humaines
Et j'ai vu désormais le monde à ta façon
J'ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
Comme au passant qui chante on reprend sa chanson
J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson
 
Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre ?
Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant ?
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre ?
Que serais-je sans toi que ce balbutiement ?
 
J'ai tout appris de toi pour ce qui me concerne
Qu'il fait jour à midi qu'un ciel peut être bleu
Que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne
Tu m'as pris par la main dans cet enfer moderne
Où l'homme ne sait plus ce que c'est qu'être deux
Tu m'as pris par la main comme un amant heureux
 
Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre ?
Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant ?
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre ?
Que serais-je sans toi que ce balbutiement ?
 
Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes
N'est-ce pas un sanglot de la déconvenue
Une corde brisée aux doigts du guitariste
Et pourtant je vous dis que le bonheur existe
Ailleurs que dans le rêve ailleurs que dans les nues
Terre, terre, voici ses rades inconnues
 
Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre ?
Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant ?
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre ?
Que serais-je sans toi que ce balbutiement ?
 
http://lyricstranslate.com/fr/jean-ferrat-que-serai-je-sans-toi-lyrics.html

Assistance sexuelle : «Je veux m’éclater au lit.»,societe,amours,sexes,handicap,

17 Juillet 2017, 12:58pm

Publié par hugo

 
Lors de la formation de sept nouveaux assistants sexuels, certifiés le 15 juillet, Patricia a témoigné de ses besoins et de ses attentes.
Assistance sexuelle : «Je veux m’éclater au lit.»
Publié le 17 juillet 2017
\l "\l "\l "
inShare
⦁ À Paris, Patricia fait régulièrement appel à des assistants sexuels. « Sauvée » par de tels services, elle pointe aussi les limites d’une activité qu’elle juge trop intellectuelle. Elle a accepté de participer à la ⦁ formation que les associations ⦁ CH(s)OSE et ⦁ Corps Solidaires viennent de délivrer à sept nouveaux professionnels.
⦁ « Des papillons », « des feux d’artifice ». Depuis qu’elle a pour la première fois fait appel à une assistance sexuelle, il y a trois ans, Patricia connaît régulièrement ces sensations qui la rendent « heureuse, en confiance » et lui procurent « estime de soi ».
⦁ Souffrant d’arthrogrypose, elle ne bouge ni les bras ni les jambes, et bien que possédant une vie sociale, et une facilité à aller vers les autres, elle a fait le deuil d’une vie amoureuse. « Je ne me suis jamais fait draguer et avec mon handicap, je sais bien qu’il est inutile de croire au prince charmant. L’assistance sexuelle est pour moi le seul moyen de combler un manque affectif et charnel », confie la parisienne de 46 ans.
Pour sa première expérience, elle avait eu recours à une personne non formée, indiquée par le bouche à oreille. Puis elle avait fait appel à des travailleuses du sexe, et en 2015, elle avait aussi bénéficié d’une prestation dans le cadre d’une formation d’assistants sexuels organisée par l’association suisse Corps solidaires.
L’enjeu, selon Patricia : sauver des vies
Quand elle a appris qu’une nouvelle formation était donnée en 2016-2017, conjointement avec l’association CH(s)OSE, elle s’est à nouveau portée volontaire. La prestation, « formidable », a eu lieu très récemment, avec une stagiaire femme, conformément à son inclinaison homosexuelle. De son parcours, de ses attentes, Patricia a également témoigné lors de la formation, devant tous les stagiaires. « Je voulais leur expliquer l’enjeu de l’assistance sexuelle : cela peut sauver des vies », explique-t-elle.
Pour elle, pouvoir identifier des professionnels dédiés et formés est nécessaire, car « les travailleurs du sexe n’y sont pas préparés, ne connaissent pas le handicap, ne sont pas habitués aux corps tordus ». Elle estime cependant que les différentes formations proposées par les associations présentent le même écueil : intellectualiser et cadrer à l’excès la pratique.
L’assistance sexuelle n’est pas un soin
« Les formateurs ont tellement peur que l’on se méprenne, en croyant au grand amour, qu’ils incitent les assistants à beaucoup verbaliser avant, pendant et après, et garder une certaine distance, regrette Patricia. Je sens qu’on les bride, alors que ce sont des personnes très libérées. Leur façon de nous parler rompt la spontanéité, et nous réduit encore une fois à des bénéficiaires de soins. C’est peut-être nécessaire pour certains, mais pas dans mon cas. Je sais très bien que ce n’est pas une relation amoureuse, mais j’ai besoin d’un lien, d’être connectée avec l’autre, sans que l’on décide de tout à l’avance. Les personnes valides ne le font pas. Je ne suis pas un objet. »
Elle qui cherche avant tout à « s’éclater au lit », en allant « jusqu’au bout » recommande, pour une prestation réussie, que l’assistant sexuel n’effectue pas le transfert du fauteuil au lit (elle le demande à son auxiliaire de vie juste avant), mais qu’il/elle se charge de la déshabiller, partie intégrante du plaisir procuré, avant que son auxiliaire de vie ne revienne la rhabiller. Des conditions qui participent également de sa dignité. Élise Descamps


http://www.faire-face.fr/2017/07/17/assistance-sexuelle-formation-temoignage-handicap/

«Je ne digère pas que mon copain m'ait jugée pour avoir eu des plans cul avant lui»,femmes,couples,amours,

13 Juillet 2017, 12:19pm

Publié par hugo

 «Je ne digère pas que mon copain m'ait jugée pour avoir eu des plans cul avant lui»
Lucile Bellan — 11.07.2017 - 13 h 59, mis à jour le 11.07.2017 à 14 h 33
 
Cette semaine, Lucille conseille S., une jeune femme en colère après avoir reçu un texto offensant.
Jeune femme | par Emile Munier via Wikimedia CC License by
«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: cestcomplique.slate@gmail.com.
Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.
J’ai 25 ans et depuis quelques mois, je sors avec ce garçon. Si au départ je ne savais pas forcément si cette histoire serait sérieuse ou non, aujourd’hui, j’ai des sentiments et je les lui exprime (c’est-à-dire que je lui dit que je l’aime).
Seulement voilà il y a quelques jours, au cours d’une soirée avec des amis, après avoir bu quelques bières nous avons commencé à parler de nos expériences passées et j’ai donc dévoilé que j’avais connu «plus de 3 plans cul» dans ma vie. Jusque-là rien de bien grave.
C’est le lendemain matin que tout se gâte. À mon réveil, je constate que j’ai reçu un SMS de mon chéri au milieu de la nuit. Celui-ci me fait comprendre qu’il est très gêné de savoir que j’ai eu plus de 3 aventures sans lendemain, que lui ne comprend pas comment on peut apprécier ce genre de pratique et que cela lui fait peur. Il doute, a besoin d’être rassuré et souhaite que l’on discute.
Il me rejoint donc chez moi le soir pour qu’on parle de tout ça. J’ai passé la journée à relire son SMS en boucle n’aimant pas vraiment ce que j’y comprenais. À son arrivée nous sommes gênés et finalement tout ce qu’il trouve à me dire c’est «Je m’en veux, je suis nul, laisse tomber, c’est pas grave».
Sauf que si en fait. Parce qu’il m’a jugé.
Bien qu’il y ait mis des grandes phrases et utilisés de grands mots son texto voulait dire: «En fait, je viens de me rendre compte que t’es une fille facile (pour ne pas dire autre chose) et du coup je m’demande si tu vas pas me tromper avec le premier type qui passe.»
Et ça, je ne digère pas.
À ma demande, nous en avons reparlé. Je lui ai exprimé mon mal-être vis-à-vis de ce jugement. Il s’est à nouveau excusé, il a écouté et compris mon point de vue. Pourtant, c’est comme si maintenant, quelque chose entre nous était différent, cassé. Je n’arrive pas à me sortir ce SMS de la tête et le jugement qui en découlait. Et cet épisode ne fait que mettre en lumière un second «problème»: On ne voit/vit pas l’amour de la même manière.
Lui c’est un passionné; quand il aime, c’est tout de suite avec un grand A, les feux d’artifice, les «la femme de ma vie» et une attitude que je qualifierais «de lover».
Moi je suis plus pragmatique; mes sentiments sont aussi sincères que les siens mais quand je lui dis bonne nuit je ne lui souhaite pas «de beaux rêves étoilés», je lui souhaite juste de beaux rêves. Si j’ai régulièrement des marques d’affection romantiques pour lui (photos de nos initiales dans un cœur dans le sable, mots doux laissés chez lui…), je ne suis pas dans une «kawaii attitude» au quotidien.
Mon côté pragmatique est donc pour lui une justification des doutes qu’il pourrait avoir. J’ai l’impression que parce qu’il est le passionné et moi la pragmatique, c’est à moi de faire les efforts et cela me fatigue.
S
 AUSSI
«Parfois, il m'exaspère tellement que je suis très directe et cassante avec lui. Ensuite, je culpabilise»
Chère S,
Chacun exprime son amour comme il l’entend et vous ne semblez pas négliger votre partenaire de ce côté donc des reproches sur cette question seraient hautement malvenus. Par contre, concernant votre passé, il semble que votre compagnon ait largement dépassé les limites. C’est malheureusement un classique, d’une banalité à pleurer. Certains hommes ne supportent pas de ne pas avoir été «les premiers», «le seul et l’unique», celui pour lequel on aurait préservé sa petite fleur pendant des années. Cet état de fait hypocrite a conduit des femmes à réfréner leur désir, minimisant leurs besoins et leurs envies, de peur de passer pour des «filles de mauvaises vies». D’autres passent sous silence leur passé, que ce soit pour un amant ou pour dix.
Ce reproche, en plus d’être extrêmement passéiste, est aussi profondément injuste. Il ne vient jamais à l’idée des femmes de reprendre le passé de leur compagnon point par point pour ensuite leur reprocher les expériences accumulées avant de les rencontrer. Il est même bien vu pour un homme d’avoir cumulé les histoires, afin d’être un meilleur amant. Tandis que les femmes ne seraient optimales qu’immaculées.
Être le premier ne permet aux hommes que de préserver leur égo de la comparaison avec d’autres hommes. Comme pour tout, moins la femme en sait, plus elle est malléable.
Bien sûr que lire de telles inepties en 2017 me révolte. Parce que je suis une femme, avec un chemin de vie qui m’est propre et que je n’imagine personne d’autre que moi pour me reprocher tel ou tel passage. Il n’est non plus écrit dans aucun texte de loi que le sexe doit obligatoirement être pratiqué par deux adultes ayant impérativement des sentiments amoureux.
Vous le savez déjà S, personne n’est en droit de vous juger. C’est votre vie, votre corps, votre passé, l’histoire qui vous a conduit à être la personne que vous êtes aujourd’hui. S’il n’est pas prêt à l’accepter, c’est son tort. De votre côté, vous avez le droit d’être choquée du regard qu’il a posé sur vous, et en droit d’avoir besoin de temps pour décider si oui ou non vous êtes prête à continuer l’histoire avec lui. Vous pouvez encore lui pardonner si ses remords sont véritables et que ses excuses sont sincères. Vous pouvez aussi décider que c’est la goutte d’eau, que ce n’est qu’une preuve de plus de vos différences. La suite est entre vos mains. Je vous souhaite pour ma part de partager votre vie avec quelqu’un qui vous respecte pleinement, accepte votre parcours et sait apprécier la personne que vous êtes devenue aujourd’hui.
 
http://www.slate.fr/story/148353/digere-pas-copain-juge-plans-culs
 
 

PMA: Pas avant 2018, pour la ministre de la Santé,sante,PMA,couples,homo,lesbiennes

12 Juillet 2017, 23:00pm

Publié par hugo

 
A la une, France, Santé | 11.07.2017 - 16 h 48 | 1 COMMENTAIRES
⦁ PMA: Pas avant 2018, pour la ministre de la Santé
⦁ Publié par ⦁ Xavier Héraud
⦁ Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a annoncé ce matin que l'ouverture de la PMA aux couples de femmes serait examiné dans le cadre de la révision des lois bioéthiques en 2018.
 
- Photo : Capture d'écran
Il va falloir patienter. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn a annoncé ce matin sur France Inter que l'ouverture de la PMA serait discutée en 2018 dans le cadre de la révision de la loi bioéthique. Ce qu'elle a confirmé sur Twitter.
Sur France Inter, la ministre s'est bien gardée de donner son opinion sur le sujet: « J’attends de voir ce que donnent les états généraux, a-t-elle déclaré. Je n’ai pas d’avis personnel à donner sur les sujets de société. Il faut qu’une société soit prête pour avancer. J’attends de voir ce que disent les Français. (...) Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) contient en son sein toutes les sensibilités. Donc, s’il a rendu un avis favorable, je pense que la société est prête ».
Mieux que l'avis du CCNE, très critiqué par les associations féministes et lesbiennes (Lire PMA: Un avis « catastrophique » et «Avis favorable, oui MAIS…», par Eloïne Thevenet Fouilloux des Enfants d’Arc en ciel), un sondage Ifop réalisé pour l'ADFH indiquait récemment que les Français.es sont effectivement favorable à la PMA (Lire Sondage ADFH/Ifop: «Une tendance favorable pour les droits LGBT, pas entachée par la Manif pour tous et les autres opposants»). 60% des sondé.e.s sont en effet plutôt ou très favorables à l'ouverture de la PMA aux couples de femmes (tendance à la hausse, après une petite baisse à 47% en 2013).
L'annonce de la ministre de la Santé ne manquera pas de faire réagir les associations LGBT, pour qui la PMA n'est pas une question de bioéthique, mais d'égalité.


http://yagg.com/2017/07/11/pma-pas-avant-2018-pour-la-ministre-de-la-sante/

Le goût de nos baisers,couples,amours,

10 Juillet 2017, 19:35pm

Publié par hugo

 Le goût de nos baisers
Caressants, dévorants, possessifs : nos baisers disent, souvent mieux que nos mots, la passion, le désir, la tendresse ou le désamour. Confidences anonymes et commentaires de Sylvain Mimoun, thérapeute de couple, sur ce “baromètre de l’intimité”.
Anne-Laure Gannac
ûû
© iStock
⦁ 
1 / 3
http://www.psychologies.com/Couple/Sexualite/Plaisir/Articles-et-Dossiers/Le-gout-de-nos-baisers/4Le-couple
Sommaire

Il est le langage archaïque et subtil des amoureux. Sa variété est infinie. Cause de nos premiers émois, il trouble autant le corps que le cœur. Sa simplicité fait son mystère. Le psychanalyste Charles Melman dans la préface de l’ouvrage de Francesco Patrizi, Du baiser (Les Belles Lettres), s’interroge : « Pourquoi le frotti-frotta symétrique d’orifices privés de tout mystère et dont la fonction déclarée est alimentaire et orale, quand bien même ils ne seraient pas gâtés par la denture ou l’hygiène, est-il susceptible de provoquer l’extase des amants ? »
Gourmande ou vorace, chaque bouche devient, dans le baiser amoureux, la nourriture d’une autre. Baiser cannibale, baiser vampire… Que ressent-on lorsque les lèvres se joignent, lorsque les souffles se mêlent ? Sylvain Mimoun, gynécologue, andrologue et sexologue, nous explique tout ce qui se joue dans ce baiser langoureux entre les amants.
L'émotion
« A première vue, ce ne sont que deux bouches, collées, l’une à l’autre. Sauf que derrière ce baiser, deux langues se croisent, tournent et se mêlent. Choqués par ce baiser profond échangé en public par les Parisiens du début du siècle dernier, les touristes américains l’ont surnommé le “french kiss”.
Mais le “french kiss”, ce ne sont pas seulement deux langues qui se touchent. Dans ce baiser, on atteint ce qu’il y a de plus intime chez l’autre. On y découvre comment celui-ci se donne, s’il est inhibé, sensuel, s’il met des émotions dans son acte… D’ailleurs, quand on vit mal ce baiser, c’est bien ce côté “intrusif” de la chose qui nous dérange. Et à l’inverse, quand on le vit bien, on se sent au plus proche de l’autre. Cela devient extrêmement chaleureux, parce que ce baiser exige un laisser-aller de part et d’autre. Il y a donc d’abord quelque chose de très émotionnel dans cet échange, qui aide largement à la création de l’intimité à deux. C’est ce qui explique, par exemple, que les prostituées manifestent leur désengagement affectif par un “j’embrasse pas”. Et puis, la bouche fait partie de la tête : c’est comme si c’était une partie de son âme, plus que de son corps, que l’on donnait dans le baiser, l’autre venant “puiser” avec sa langue… »
Le désir
« Mais ce baiser ne parle pas seulement d’émotion. Il parle aussi de désir : il permet en effet de stimuler les zones érogènes présentes dans les muqueuses de la bouche. Cela étant, penser d’un homme qui embrasse bien qu’il va bien faire l’amour relève de la légende ! En réalité, c’est le désir que l’on a pour l’autre qui va stimuler ou non le sien, et, donc, nous rendre son baiser plus agréable. Mais un homme peut très bien avoir du désir pour une femme, donc bien l’embrasser, et souffrir par ailleurs de problèmes d’impuissance ou d’éjaculation précoce ! Une femme qui parie sur la qualité d’un rapport sexuel avec un homme en se fiant à son seul baiser n’est donc pas à l’abri de quelques surprises…
A contrario, si l’on n’aime pas embrasser quelqu’un, il y a de fortes chances pour que l’on n’aime pas faire l’amour avec lui. Il en est de ce contact entre les langues comme de celui entre les peaux : certaines vous émeuvent d’emblée, d’autres non. Cela relève de la magie de la rencontre entre deux épidermes… ou deux muqueuses ! »
ûû
© iStock
Sommaire
L'émotion
Le désir
Le couple
Le "Kama Sutra" du baiser
Bon pour la santé
Témoignages
Le couple
« Stimulateur autant que signe de désir, le baiser est une preuve évidente de la bonne santé du couple. Inversement, quand un couple va mal, la première chose que l’on commence à repousser, ce n’est pas tant le corps de l’autre que sa bouche. Car autant un couple qui va mal peut continuer à faire l’amour par habitude ou “mécaniquement”, autant le baiser, qui demande plus de “lâcher-prise”, devient difficile. Donc, quand l’un des partenaires commence à ne plus vouloir embrasser langoureusement l’autre, celui-ci doit y voir un signal d’alerte. C’est qu’il est temps de s’intéresser de plus près à son couple… et de lui redonner le goût d’un authentique “baiser à la française”. »
Le "Kama Sutra" du baiser
Le traité indien de la joute amoureuse accorde aux baisers une valeur érotique primordiale, amant et amante ayant des rôles spécifiques.
Le baiser nominal : simple apposition des lèvres.
Le baiser direct : les deux lèvres s’appliquent directement, en face à face.
Le baiser incliné : la tête penchée, chacun tend ses lèvres vers celles de l’autre.
Le baiser mouvant : la femme presse entre ses lèvres la lèvre inférieure de son amant, et l’introduit dans sa bouche avec un mouvement de succion.
Le baiser touchant : la femme touche avec sa langue la lèvre de son partenaire.
Le baiser frotté : une fois la lèvre inférieure de l’homme engagée dans la bouche de l’amante, celle-ci la lèche en la frottant très délicatement.
La boîte : la femme saisit les deux lèvres de son compagnon avec les dents et les suce goulûment. Elle peut ensuite frotter son palais avec sa langue.
Le combat de lèvres : on parie à qui saisira le premier, avec ses lèvres, la lèvre inférieure de l’autre.
Bon pour la santé
Lors d’un baiser, ce sont douze muscles des lèvres qui sont activés et dix-neuf de la langue, soit trente et un dans un "french kiss". Une minute de ce bouche-à-bouche permettrait de brûler autant de calories qu’une course de cinq cents mètres. Le baiser serait par ailleurs aussi efficace qu’un chewing-gum pour aider à la digestion !
Un baiser, ce sont également 9 mg d’eau, 700 mg d’albumine, 1,7 mg de matières grasses, 0,4 mg de sels et 100 mg de substances organiques qui sont échangées entre les partenaires. Le baiser, véhicule à bactéries ? Sans doute, mais comme l’affirme avec humour un médecin américain, Samuel Katzoff, « un vrai baiser engendre tant de chaleur qu’il détruit les microbes ».
Témoignages
J’aime les baisers qui dévorent, ceux qui deviennent morsures. D’abord la douceur des lèvres, la première intrusion de la langue, timide et impérieuse, et puis le contact des dents, un peu brutal, exigeant. Seuls ces baisers m’emportent et font monter le désir en moi.
Lucie, 37 ans
Quand j’embrasse, je suis un vampire : je bois son souffle, sa salive, j’aspire sa langue, je mange ses lèvres, j’absorbe son essence vitale… Dans le baiser, la possession de l’autre est totale. Je ne peux pas embrasser de cette façon quand je ne suis pas fasciné par la femme que j’ai dans mes bras.
Stanislas, 24 ans
Le seul vrai plaisir est dans les jeux avec l’autre langue. Là, oui, c’est bon, c’est lisse, ça glisse, ça chatouille. Si l’autre s’y amuse aussi, ça peut très vite devenir excitant… En revanche, je fais tout pour éviter le contact avec les dents : ça, ça me refroidit aussitôt !
Pierre, 23 ans
Le baiser que je préfère, c’est celui du matin, un peu engourdi, encore chaud de la nuit. Il est terriblement sensuel.
Marie-anne, 40 ans
Je crois que je n’ai jamais su embrasser. Beaucoup de filles me le reprochaient quand j’étais plus jeune et aujourd’hui ma femme n’aime pas du tout que je l’embrasse. Je parle du baiser profond, avec la langue comme on disait quand on était petit. Il y a toute une subtilité qui m’échappe. Je suis, dit-elle, trop brutal. Alors je me contente de lui faire des bisous dans la journée ou de la lécher pendant l’acte sexuel, mais je ne l’embrasse plus. Je crois en fait que ça ne m’a jamais plu, même peut-être un peu dégoûté. Ceci expliquerait peut-être cela.
Bruno, 30 ans
Tous mes sens sont en éveil dans le baiser, le goût, l’odorat, le toucher… La première sensation c’est d’abord les lèvres qui s’effleurent, qui se cherchent et qui se frottent. Je sais que je m’approche de l’intimité de l’autre. Tout doucement, j’écarte ses dents, la langue trace son chemin timidement, comme pour tester, et si je me sens en confiance, je m’abandonne presque aussi totalement que dans la sexualité. On pénètre complètement dans l’intérieur de l’autre, on découvre son goût. Un peu fade. Le goût de la salive de l’autre. Lorsqu’on aime, rien n’est dégoûtant, même pas sa salive. Alors que jamais je ne pourrais “à froid” recueillir la salive de quiconque avec ma langue ! Il faut être en pleine confiance pour embrasser profondément. Je ressens la moindre réticence comme une gifle.
Clara, 45 ans
Ses baisers me manquent encore. Il m’embrassait en me tenant la nuque, nous fermions les yeux, sa langue taquinait mes lèvres et les entrouvrait doucement. C’était mon premier amant, mon grand amour, il est mort à la guerre en 1940.
Madeleine, 85 ans
Celles qui se demandent ce que ça fait de pénétrer une femme peuvent, selon moi, s’en faire une idée dans un baiser. En enfonçant lentement sa langue dans la bouche de l’autre, en se concentrant bien sûr chaque zone de contact – l’extérieur, puis l’intérieur des lèvres, sous la langue, le long du palais –, on a à peu près les mêmes sensations tactiles que dans la pénétration. Seul hic : la langue n’y prend pas autant de plaisir que…
Philippe, 38 ans
Il y a un goût chaud et humide, un peu comme celui de la peau quand elle a pris le soleil. Ça sent la chaleur moite sur la peau.
Eva, 34 ans
J’aime les baisers, le contact des lèvres, parce que ça sent bon la peau de l’autre. C’est comme embrasser la joue chaude d’un bébé qui vient de se réveiller. Ça me donne envie de les croquer !
Patricia, 31 ans
Quand j’embrasse une femme, c’est comme si je la pénétrais, un peu. C’est même plus intime que la pénétration sexuelle. Dans la vie, on a la sensation et le goût de sa propre salive en permanence, alors sentir la salive de l’autre, c’est presque une communion plus forte. Le sexe peut être hygiéniste, le baiser non. Je peux faire l’amour avec une femme qui me plaît à moitié, mais je ne peux pas l’embrasser.
Louis, 47 ans

http://www.psychologies.com/Couple/Sexualite/Plaisir/Articles-et-Dossiers/Le-gout-de-nos-baisers

Sexualité : 4 positions qui en disent long,couples,amours,sexes,

8 Juillet 2017, 04:11am

Publié par hugo

 Sexualité : 4 positions qui en disent long
RSSBlog Expert
 
Parmi les innombrables positions du Kâma Sûtra, pourquoi préfère-t-on la levrette plutôt que l'amazone ? Le corps a son langage, découvrez ce qu’il dit.
Bien sûr, on préfère les positions qui nous donnent le plus de plaisir, et évidemment il y a mille manières de faire l’amour. Mais opter pour une levrette le premier soir ou se retrouver systématiquement en missionnaire, ce n’est pas le fruit du hasard.
Ces descriptions sont fictives. Toute ressemblance avec la réalité est à imputer à cette dernière.
La position du missionnaire
Qui suis-je ? Tu es sensible, fiable, timide ou légèrement anxieux. Tu aimes cette position car elle est pour toi la parfaite représentation de l’union amoureuse. Chacun est à sa place. On se regarde et on s’embrasse. C’est la top position pour atteindre l’orgasme selon 72% des femmes.
Tu peux gérer ton rythme, t’assurer du plaisir que tu procures en voyant le visage de l’être aimé... C’est rassurant, tendre et fort à la fois. Tu peux ainsi te permettre toutes sortes de variations sans prendre trop de risques. Oui, d’accord tu es un peu frileux (se), mais quel amoureux(se) ne le serait pas ?
D’où viens-je ?
« Le missionnaire est une position culturelle avec une base religieuse et une notion de soumission », affirme Yves Ferroul, sexologue et écrivain.
En outre, on avait jadis peur que le sperme coule et que la précieuse semence soit perdue. Cette position avait donc pour incontestable vertu de faire effet récipient et de se prémunir ainsi du péché d’Onan (fils de Juda, il jeta son sperme pour empêcher une reproduction). Pour cette même raison, les prostituées pouvaient se retrouver sur l’homme : pas de reproduction envisagée ou envisageable.
Où vais-je ? Vous l’avez compris, cette position existe depuis toujours. Bref, on l’aime, on ne risque pas de la quitter, mais parfois on a envie d’aller voir ailleurs si on y est.
La position de la levrette
Qui suis-je ? Tu es plutôt un homme, bien que de plus en plus de femmes t'adoptent. Tu es curieux(se), ouvert(e) mais tu manques de confiance en toi, même si ça ne se voit pas. Tu aimes l’amour qui fait boum,car tu exprimes ainsi ton animalité. Tu apprécies le sexe pour le sexe car tu te concentres sur son aspect physique.
Dans cette position, tu le sais, tu peux difficilement te louper. Tes rivaux diront que tu dissimules ton insécurité sentimentale, que tu compenses en te surexposant, ou encore que tu fuies l’attachement… C’est à se demander s'ils n’auraient pas mérité une grosse fessée !
D’ou viens-je ? Le nom latin avait le mérite d’être clair : coitus more ferarum ("comme les animaux le font"). Aujourd’hui, les francophones y voient une chienne : la levrette est la femelle du lévrier. Comme les anglophones qui surnomment cette position doggy style (en mode chien). Les Italiens et les Indiens, sans doute aussi machos que nous, ont également attribué un nom féminin à cette dernière : pour les uns, c’est une chèvre (a pecorina) ; pour les autres, une vache.
Où vais-je ? En tout cas, tu n’y vas pas par quatre chemins ! Comme ton petit copain le missionnaire, tu n’es pas née de la dernière pluie et tu as de beaux jours devant toi. On t’adore, mais on te voit partout ces temps-ci, alors si tu pouvais aller prendre l’air, ça nous ferait des vacances.
La position de l'Andromaque ou de l'amazone
Qui suis-je ? Tu es confiant(e), joueur(se) ou carrément arrogant(e). Tu aimes et sais partager sexuellement. Tu adoptes souvent une attitude cavalière parce que, pour toi, le plaisir vient de l’aventure. Désormais, tu t’épanouis "au lit", bien que tu le quittes souvent pour un porche d’entrée, une plage ensoleillée, une nuit étoilée... Bref, tout lieu insolite à dépuceler !
Pourtant, ça te rappelle aussi le mauvais coup. Au-dessus : tu fais la connaisseuse en feignant des mouvements que tu n’habites pas et qui te le rendent bien. En dessous : tu t’investis encore moins, tu bouges avec paresse et tu attends que l’autre te facilite la vie. Oui, tu es un rien égoïste, on l’est tous un peu, mais tu écriras cent fois : l’amour, c’est bien quand on est deux à le faire.
D’ou viens-je ? Dans la mythologie grecque, Andromaque (en grec ancien andrós, "homme", et máchê, "combat", "celle qui combat les hommes") était réputée pour cette fameuse position. Il est dit que beaucoup d’hommes auraient envié son Hector de mari. Les amazones, "celles qui n'ont pas de sein", étaient, quant à elles, un peuple de femmes guerrières. Selon la légende, elles avaient coutume de se couper le sein droit afin de pouvoir tirer à l'arc.
Où vais-je ? A la conquête évidemment ! Tu chevauches le temps aussi bien que l’amour. Tu vas et tu viens (entre nos reins), de sorte que l’on ne sait jamais trop où l’on va te croiser. C’est pour ça qu’on tient à toi : tu fais plaisir à voir ! Bref, tu vas conquérir tous les lits.
A savoir : attention, c’est la position royale pour se fracturer le zizi (50% des cas).
La position de la cuillère
Qui suis-je ? Tu es souvent une femme, bien que certains hommes se retrouvent en toi. Tu es sentimental(e), tendre, un brin immature ou possessif. Tu chéris les corps qui se mêlent avec douceur. Ici, il n’est nul besoin de crier. Tu peux alors susurrer tes vœux les plus fous ou souffler "je t’aime" au creux de l’oreille. Tu peux enfin dire des gros mots, et jouir en silence.
Tes détracteurs diront que tu as besoin d’être protégé(e), voire de te faire couver. Ils penseront peut-être aussi que cette position manque de fougue. Et alors ? Tu répondras : “la passion dérange, mais l’amour range.”
D’ou viens-je ? Du Kâma Sûtra et d’une cuisine. Position 99 pour les uns, de la ou des petite(s) cuillère(s) pour les autres. Noter qu’en anglais on dit spooning : ça peut servir !
Où vais-je ? Tu vis aux quatre coins du globe, entre les débuts et les fins, la fatigue, le repos ou la tendresse. Tu sors très tôt le matin ou très tard le soir. On sait où te trouver si on te cherche et on se sent bien en ta compagnie. On peut compter sur toi. Tu vas donc continuer ton petit bout de chemin tranquille, comme tu l’as toujours fait.
A savoir : position à voile et à vapeur, nombreuses variantes possibles : assis, debout, allongé sur le dos...
Ceci étant dit, comme le rappelle Joseph Messinger, "l’essentiel dans un couple est qu’il y ait une cohérence sensorielle : une personne tactile sera frustrée si elle vit avec une personne visuelle. Et ce n’est pas parce que vous êtes un couple visuel (qui a peu besoin de contacts physiques) que vous ne vous aimez pas. »
Références : Charlie Glickman et Ava Cadell, sexologues.
 
http://www.santemagazine.fr/le-blog-sexo-de-marine-nugeron-et-daisy-le-corre/sexualite-4-positions-qui-en-disent-long-60314.html

Journée mondiale du baiser. S'embrasser, c'est bon pour la santé ,sante,couples,amours,sexes

8 Juillet 2017, 03:13am

Publié par hugo

Journée mondiale du baiser. S'embrasser, c'est bon pour la santé
Publié le 06/07/2016 à 16:23 - 0
Écouter
⦁  Ce « bisou day » est un hommage à la marque de tendresse, d'amour, de résistance ou même au rite adolescent. | Photo Fotolia
⦁  Le baiser, le plus souvent amoureux, était aussi un attribut du pouvoir, comme sur cette fresque avec le dirigeant soviétique Brejnev et son homologue est-allemand Honnecker. | Photo Reuters
⦁ 
⦁ Ouest-France avec agence
site/sante/diversarticlepave_article_0__container__" style="border: 0pt; border-image: none;"site/sante/diversarticlepave_article_0" width="1" height="1" title="3rd party ad content" id="google_ads_iframe_/49926454/ouestfrancesite/sante/diversarticlepave_article_0" frameborder="0" marginwidth="0" marginheight="0" scrolling="no" style="border: 0px; border-image: none; vertical-align: bottom;"
Ce 6 juillet marque la Journée internationale du baiser. L'occasion de revenir sur l'histoire de cette marque de tendresse extrêmement répandue, mais de faire savoir également que le bisou consolide vos défenses immunitaires.
Nous sommes le 6 juillet, soit la Journée internationale du baiser. Loin ici d'idée de demander à tout à chacun d'embrasser ou de « rouler une pelle » à son voisin, ce « bisou day » est un hommage à la marque de tendresse, d'amour, de résistance ou même au rite adolescent.
Du rite social à la sphère privée
Sur le site internet dédié à cet événement lancé dans les années 1990, on apprend que cet hommage au baiser vient célébrer l'évolution d'un acte qui était dans l'antiquité, « avant tout échangé d’homme à homme et constituait une sorte de reconnaissance sociale ».
Aujourd'hui, chacun a la chance de pouvoir expérimenter cette marque d'affection, qui est passée du rite social à la sphère plutôt privée. Même si certains n'hésitent pas à se bécotter « sur les bancs publics en s'foutant pas mal du regard oblique des passants... honnêtes ».
10 secondes, 80 millions de bactéries
Reste alors à savoir qu'au-delà du fait que le baiser « fait travailler nos muscles », il contribue au renforcement de nos défenses immunitaires. On estime à 50 millions la quantité de bactérie échangées dans un « french kiss » et à 80 millions celles partagées durant un baiser d'au moins 10 secondes. Une étude publiée dans le journal Microbiome a également démontré que les couples qui s’embrassent plus de 9 fois par jour auraient les mêmes bactéries buccales.
Rien que grave ni d'écoeurant ici, puisque « l'augmentation de la diversité de bactéries est une bonne chose », selon nos experts. Ces scientifiques de l’Institut Micropia (Pays-Bas) assurent ainsi que le baiser permettrait de consolider notre système immunitaire et de mieux combattre les maladies communes au couple ou les micro-organismes auxquels nous faisons face chaque jour.
>> A lire : Pourquoi garde-t-on les yeux ouverts lorsque l'on embrasse ?


http://www.ouest-france.fr/sante/journee-mondiale-du-baiser-sembrasser-cest-bon-pour-la-sante-4350186?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1499323914
 

MOI AUSSI J EN VEUX ,CHERCHE COPIEN EN CDI

Pour la journée internationale du baiser: 8 raisons qui prouvent qu'il est bon pour la santé,sante,couples,amours,

7 Juillet 2017, 02:49am

Publié par hugo

Pour la journée internationale du baiser: 8 raisons qui prouvent qu'il est bon pour la santé
Vous savez ce qu'il vous reste à faire...
06/07/2017 14:46 CEST | Actualisé il y a 10 heures
 
⦁ Rédaction du HuffPost
⦁ BISOUS - French kiss ou baiser d'esquimau, tendre ou passionnel, peu importe. Tout le monde aime s'embrasser. Même si le baiser n'a pas la même signification aux quatre coins de la planète, il est, globalement, une marque d'affection ou d'amour.
Mais si vous pensez qu'en embrassant quelqu'un, vous ne lui donnez qu'une preuve d'amour, détrompez-vous! Le baiser possède plein de vertus, tant pour la santé que pour le bien-être. A l'occasion de la Journée internationale du baiser, ce jeudi 6 juillet, en voici quelques-unes.
1. Il est bon pour les dents
 
mixetto via Getty Images
Ce n'est pas pour rien que certains bisous sont "mouillés". En se bécotant, on produit de la salive, ce qui peut nettoyer une partie des bactéries qui sont sur les dents. Selon Mathew Messina, un dentiste américain sur le site WebMD, cette production de salive peut détruire la plaque dentaire.
Une information confirmée par le dentiste Jeff Golub-Evans sur Glamour: "la salive est un lubrifiant naturel, qui se glisse sous la plaque et l'élimine". On vous conseille tout de même de ne pas trop y penser pendant que vous embrassez quelqu'un.
Attention toutefois: Mathew Messina "ne conseillerait pas de s'embrasser après un repas au lieu de se brosser les dents". On vous voyait venir.
2. Il permet de brûler des calories
Parce que chaque petit pas compte, il ne faut pas négliger l'impact d'un bon gros bisou sur la perte de poids. Selon le site Self.com, en s'embrassant, on perd entre deux et six calories par minute. Un baiser nécessite l'action de 30 muscles du visage. D'ailleurs, d'après le Dailymail, cinq minutes d'attention accordée à ces muscles peuvent affiner vos joues.
Bon d'accord, mieux vaut enfiler un jogging et courir un peu, mais une bonne session de bisous après un dessert trop copieux peut suffire, au moins, à vous ôter un peu de culpabilité.
3. Il booste les défenses immunitaires
 
Getty Images
Attention, cette fois non plus, mieux vaut ne pas y penser lorsque vous posez vos lèvres sur celles d'un(e) autre. Disons que lorsqu'on s'embrasse, on s'échange forcément certains germes... dont certains sont néfastes, notamment pour les femmes enceintes. Mais on peut lire sur le site Popular Science que pour les scientifiques, si une femme reçoit de petites doses de virus avant de concevoir, son corps crée une sorte de résistance avant même que l'enfant puisse être touché.
On va faire l'impasse cette-fois sur le fait qu'en s'embrassant, on peut attraper la mononucléose, de l'herpès , une angine...
4. Il réduit le stress
Après un baiser, vous vous sentez relaxé? Vous n'êtes pas fou, c'est bien vrai, s'embrasser permet de réduire le stress. En effet, un baiser a un impact sur la libération d'une hormone qui fait baisser la tension artérielle, et qui ralentit le rythme cardiaque: l'ocytocine.
Autre avantage: quand on s'embrasse, l'hormone du bien-être, l'endorphine, est sécrétée.
5. Il peut réduire les symptômes des allergies
Le printemps est la saison des amours, mais aussi la saison des allergies. Ça tombe parfaitement bien, puisque selon une petite étude japonaise, des personnes qui s'embrassent ont un moindre niveau de lgE, qui est une protéine déclenchant les agaçants symptômes des allergies: nez qui coule, gorge qui gratte, yeux qui pleurent...
Bon... Ces Japonais se sont embrassés, pour l'étude, pendant 30 minutes. Vous savez ce qu'il vous reste à faire.
6. Il accroît le désir sexuel (et le sexe, c'est bon pour la santé)
 
svetikd via Getty Images
"S'embrasser est un excellent préliminaire... cela accroît les chances que les deux partenaires aient une expérience érotique pleine de plaisir", souligne la sexologue Carol Queen sur le site She Knows.
Le sexe quant à lui, est excellent pour accroître la présence de certains anticorps, lutter contre la dépression, rester jeune, améliorer le système immunitaire...
7. Il développe l'estime de soi
Selon une étude allemande relayée par le site CNN, les hommes qui embrassent leur partenaire avant d'aller au travail le matin gagnent plus d'argent. Andréa Demirjian, auteure d'un livre sur les baisers, donne une explication: "s'il quitte le domicile heureux, il est plus productif au travail parce qu'il ne se sent pas émotionnellement perturbé. Il va donc se faire plus d'argent. S'embrasser, c'est vraiment en lien avec la confiance en soi, le sentiment d'être aimé et connecté."
S'il doit y avoir beaucoup d'autres facteurs qui peuvent expliquer cette corrélation, cela ne coûte certainement rien d'embrasser son conjoint avant d'aller travailler!
8. Il en faut peu pour être heureux
Gardons le meilleur pour la fin. S'embrasser rend tout simplement... heureux. En libérant de la sérotonine, de la dopamine et de l'ocytocine, le baiser est un réel moyen de se sentir bien dans ses baskets.
Sur le site Mercola, le psychothérapeute Arthur Janoy explique que "l'oxytocine est l'hormone de l'amour, et que plus son niveau est élevé, plus on peut aimer." C'est pourquoi les gens qui s'embrassent régulièrement sont plus susceptibles d'être dans une relation sérieuse.
Toujours sur ce même site, on apprend que le baiser active dans notre cerveau les mêmes zones que celles de la dépendance et de la récompense. Ainsi "le baiser a pu évoluer en tant que moyen pour stimuler les systèmes nerveux associés au sexe, à l'amour, et à l'attachement, pour que les hommes cherchent une grande variété de potentiels partenaires, puis accordent toute leur attention à l'un d'eux, et le tolèrent suffisamment longtemps pour éduquer des enfants en tant qu'équipe". Heureux ET fidèle, donc.
 
http://www.huffingtonpost.fr/2017/07/06/8-raisons-qui-prouvent-que-le-baiser-est-bon-pour-la-sante_a_23018994/?utm_hp_ref=fr-cest-la-vie

Sexe : 4 conseils pour raviver la flamme dans votre couple;,amours,couples,sexes

6 Juillet 2017, 23:00pm

Publié par hugo

 Sexe : 4 conseils pour raviver la flamme dans votre couple
MASTERS OF HAPPY COUPLE 2/2 - Les couples mariés ou les plus âgés ont tendance à être les moins satisfaits sexuellement. Comment casser le cercle vicieux du manque de désir ? Réponses.
 Dans "Vue sur mer", Brad Pitt et Angelina Jolie incarnent un couple en criseCrédit : Universal Pictures
publié le 02/07/2017 à 07:15
Quand on est en couple depuis longtemps, la flamme du désir peut parfois s'estomper. Parce qu'on se repose sur nos lauriers, que l'on prend moins le temps de vivre des moments intimes à deux, que notre rapport au corps ou au plaisir a évolué...
Les raisons peuvent être multiples et il convient, avant même de passer à la pratique de bien les comprendre soi-même avant de partager (en douceur) son ressenti avec son ou sa compagne.
Dans un sondage mené en partenariat avec l'application mobile Happy Couple, nous avons voulu savoir quel était le niveau de satisfaction sexuelle des couples inscrits sur la plateforme. Si la majorité des duos inscrits assurent en majorité "atteindre le 7ème ciel" à chaque rapport sexuel, quelques nuances conviennent d'être apportés à ces résultats.
Après avoir analysé plus en détails les données recueillies lors du sondage, la proportion des utilisateurs qui s’ennuient au lit à tendance à progresser avec l’âge ; passant de 2.4% pour les 18-24 ans à 4.6% pour les plus de 50 ans.
Les couples mariés sont quant à eux ceux dont les partenaires déclarent être le moins fréquemment satisfaits sexuellement (près de 47% contre 56.5% en moyenne).
Si vous faîtes partie de la catégorie des personnes insatisfaites ou au contraire, si votre partenaire l'est moins que vous, tout n'est pas irréversible. Il existe des solutions pratiques simples à mettre en place pour reprendre du poil de la bête. Julie du Chemin, "architecte du désir" formée à la sexothérapie, livre ses conseils.
1. Prendre (vraiment) conscience de son manque de plaisir (seule ou à deux)
Si vous avez le sentiment que la flamme s'est éteinte dans votre couple, ce n'est pas forcément une histoire qui vous concerne tous ou toutes les deux. Parfois, l'un ressent toujours autant de plaisir tandis que l'autre est en perte de vitesse.
Comment le savoir ? En interrogeant l'autre sur son niveau de satisfaction (c'est d'ailleurs là que des applications comme Happy Couple peuvent vous aider à faire le premier pas avant d'entamer une conversation plus sérieuse autour d'un dîner dans un restaurant par exemple).
Si vous êtes la seule du couple à manquer de plaisir, "il faut prendre les choses en main de son côté en allant voir un professionnel ou aller acheter de la lingerie sexy, prendre des cours de strip-tease", bref se mettre en mouvement d'abord pour soi avant de demander à l'autre de vous rejoindre dans ce processus.
"Si l'autre est également en manque de plaisir, plusieurs options s'ouvrent à vous", explique ensuite Julie du Chemin.
2. Lire, lire, lire
La spécialiste ajoute d'emblée que, pour reprendre possession de son propre plaisir (seule comme à deux), il convient de faire un tour dans les rayons de votre librairie préférée et d'y dévorer des "lectures inspirantes", dit-elle.
La spécialiste conseille le "roman sexo informatif" Désir de Pascal de Sutter et Virginie Ledoyen ou La Sexualité des gens heureux (de Pascal de Sutter, encore), un ouvrage qui s'attarde à délivrer l'éducation sexuelle que l'école aurait dû nous donner.
Bien sûr, il y a toute une littérature érotique qui saura vous combler pour un peu moins de technique mais plus de fantaisie et, enfin, sachez que même si la lecture est une activité connue pour être solitaire, elle peut tout à fait se pratiquer à deux, souligne Julie du Chemin.
3. Retrouver une certaine sensualité
Passons aux choses sérieuses. Une fois la théorie travaillée, place à la pratique. "Chacun peut écrire sur un petit bout de papier entre 3 et 5 idées à réaliser à deux dans le but de raviver la flamme".
Vous pouvez commencer en douceur avec des activités qui vont réveiller votre sensualité : "Une balade à moto, un pique-nique dans les champs avec du champagne et des framboises, un long massage pour redécouvrir le corps de l'autre, assister à des ateliers de réveil des sens", par exemple.
L'acte sexuel n'est d'ailleurs pas une fin en soi, souligne l'architecte du désir. Vous pouvez alors vous attarder sur les préliminaires ou même, pratiquer un temps le "no-sex". Une manière de reculer... pour mieux sauter.
4. Pimenter sa relation
Une fois les bases de la sensualité retrouvées, Julie du Chemin explique qu'il existe autant de manière de raviver la flamme que de couple. L'important étant (encore et toujours) de communiquer sur ses envies et ce qui nous fait plaisir.
Au hasard donc, vous pouvez jouer avec un bandeau et vous laissez surprendre par votre partenaire, vous mettre au tantra le temps d'un stage ou plus, pratiquer des jeux de rôles érotiques. "Pimenter sa relation c’est aussi parfois se laisser aller à des autres personnages", souligne la spécialiste avant de conclure que, finalement, "prendre la décision de s'occuper de son plaisir c'est déjà faire la moitié du chemin".
RTL Girls et Happy Couple s'associent pour vous faire voir la vie de couple du bon côté. Si vous avez envie d'en savoir plus sur votre partenaire avec un quiz quotidien et ultra rapide, téléchargez l'application sur votre smartphone via ce lien et vous bénéficierez de 10 questions bonus <3
La rédaction vous recommande
Sexe : comment lui faire comprendre que ce n’est pas toujours l’extase
Festival du Film de Fesses : les 4 films qu'on a envie d'aller voir
VIDÉO - Sexe : qu'est-ce que LELO, le préservatif du futur ?
Orgasmes nocturnes : témoignages de femmes sur un phénomène méconnu
 
http://www.rtl.fr/girls/love/sexe-4-conseils-pour-raviver-la-flamme-dans-votre-couple-7789147844

Journée internationale du baiser... les façons d'embrasser quelqu'un,amours,couples

6 Juillet 2017, 22:46pm

Publié par hugo

  Journée internationale du baiser... les façons d'embrasser quelqu'un
Entre le "french kiss" et le bisou eskimo, petit guide des façons d'embrasser en fonction du message que l'on a envie de transmettre.
 Adèle (Adèle Exarchopoulos) et Emma (Léa Seydoux) dans "La Vie d'Adèle"Crédit : Wild Bunch Distribution
publié le 11/06/2016 à 08:00 mis à jour le 05/07/2017 à 15:06
Profitez-en, ce jeudi 6 juillet c'est la journée internationale du baiser. Un acte tendre ou amoureux, sensuel, passionnel. Parfois tout cela à la fois. C'est une sensation toujours (ou presque, on admet) agréable que procure le bisou. Tant qu'il n'est pas dégoulinant de bave, on y prend vite goût.
Ce plaisir sensoriel de la bouche, des lèvres et de la langue, peut en dire beaucoup. Tout dépend de la personne que vous embrassez, ou qui vous embrasse, et du message que vous voulez faire passer. Il existe de nombreuses manières différentes d'embrasser quelqu'un.
⦁ 
De la bise au smack, en passant par le célèbre French Kiss ou sa version eskimo, Girls revient sur ces façons d'embrasser et qui prouvent que savoir bien embrasser relève finalement de l'art. À défaut de vous apprendre concrètement comment bien échanger un bisou (tout est dans le feeling on vous dit), voici une petite mise au point pour vous y retrouver.
La bise pour dire bonjour
C'est le bisou le plus répandu en France. Même si elle reste encore une curiosité à l'étranger, la bise est une pratique bien courante chez nous. À un, deux, trois, voire quatre bisous, elle s'exporte dans toutes les régions et a la même signification malgré les différentes formes qu'elle peut prendre : dire bonjour et au revoir.
C'est une marque assez affective, puisqu'on colle quand même ses joues sur celles d'un(e) autre. Pour les personnes dont on n'est pas si proches, on préférera la poignée de main.
Le smack pour dire bonjour... à votre moitié
Le niveau au-dessus, c’est le smack. C'est comme une bise, mais sur la bouche. Un baiser furtif, ou plus long, pendant lequel les lèvres de deux personnes se touchent. Il est souvent pratiqué pour dire bonjour et au revoir, pour se montrer son affection de manière discrète et non imposée au public.
Certaines personnes smackent aussi leurs parents pour les saluer. Ce n'est donc apparemment pas réserver aux couples.
Le French Kiss, pour la sensualité
Celui-ci est clairement réservé aux couples. Le French Kiss, c'est un smack amélioré. Comme l'apprend Catherine à Cécile dans Sexe Intentions, ce bisou est tout un art. Il faut savoir glisser sa langue dans la bouche de l'autre au bon moment, de manière assez délicate mais pas trop lentement non plus. Il faut surtout sentir le moment et être à l'écoute des gestes de votre destinataire, ça devrait devenir naturel rapidement. Le principe est en fait de venir caresser la langue de l'autre avec la votre.
 THE CRUEL INTENTIONS (HD) Sarah Michelle Gellar and Selma Blair_Legendary Kiss

http://www.rtl.fr/girls/love/bise-smack-french-kiss-pelle-4-manieres-d-embrasser-quelqu-un-7783589600