Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

PMA : ce sont encore les femmes qui en parlent le mieux (dans les forums),femmes,pma,

30 Juin 2017, 01:06am

Publié par hugo

 PMA : ce sont encore les femmes qui en parlent le mieux (dans les forums)

28.06.2017
Podcast
⦁ https://itunes.apple.com/fr/podcast/la-vie-num%C3%A9rique/id1150062174?mt=2&uo=4
⦁ http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_16371.xml
Exporter 
https://www.facebook.com/sharer.php?u=https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/pma-ce-sont-encore-les-femmes-qui-en-parlent-le-mieux-dans-les-forumshttps://twitter.com/share?lang=fr&text=PMA : ce sont encore les femmes qui en parlent le mieux (dans les forums) via @franceculture&url=https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/pma-ce-sont-encore-les-femmes-qui-en-parlent-le-mieux-dans-les-forums&related=franceculturehttps://plus.google.com/share?hl=fr&url=https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/pma-ce-sont-encore-les-femmes-qui-en-parlent-le-mieux-dans-les-forumsmailto:?to=&subject=PMA : ce sont encore les femmes qui en parlent le mieux (dans les forums)&body=Lisons-les, alors... https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/pma-ce-sont-encore-les-femmes-qui-en-parlent-le-mieux-dans-les-forumssms:?body=À découvrir sur France Culture : Lisons-les, alors... https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/pma-ce-sont-encore-les-femmes-qui-en-parlent-le-mieux-dans-les-forums
Lisons-les, alors...
 A la Gay Pride de Paris, juin 2017• Crédits : CITIZENSIDE / MICHEL STOUPAK / Citizenside - AFP
Ce dont nous parlons ce matin avec René Frydman - PMA etc. - ce sont des questions médicales, éthiques, métaphysiques par certains aspects, politiques par d’autres aspects, mais ce sont avant tout des questions humaines. Et Internet - par la parole si particulière qu’il recueille et inscrit - nous ouvre une lucarne sur l’humanité. Ainsi, j’ai traîné dans les forums où discutent les femmes qui vivent ces expériences. Cela constitue des archipels si vastes que je me suis limité à quelques fils de discussion , que j’ai entrelacés avec le témoignage d’une amie qui vit cela. C’est impressionniste, forcément. Mais voici donc ce qui m’a frappé.
Dans ces forums, on parle beaucoup d’amour. Amour pour l’enfant qu’on espère. Amour à l’intérieur du couple (quelle qu’en soit la configuration de genre ou d’âge). C’est ce qui frappe d’abord.
Dans ces forums, se manifeste une expertise médicale. C’est aussi très frappant. Ca parle taux de ceci ou de cela, délais, médicaments, à grand renfort d’abréviations et des chiffres. Normal, le partage de l’expertise est une part ce que viennent chercher les femmes qui s’y rendent. Parce que quand la procédure est illégale, il n’y a pas beaucoup d’autres lieux pour trouver l’information, parce qu’on y cherche parmi ses pairs un contrepoint au discours marketing des cliniques étrangères qui cherchent à attirer les clientes. Parce qu’on trouve une expertise vécue, ce qui change tout. Ces lieux, donc, prolongent à leur manière l’histoire de l’appropriation de l’expertise médicale par les personnes qui sont les premières concernées, dont les mouvements de lutte contre le SIDA ont été le fer de lance.
Dans ces forums, on a parfois un langage propre. On dit “gigi” pour le gynéco”, “fofo” pour follicules ou “bribri” pour l’embryon” Ca donne des choses comme “T’as combien de fofo ?” - “8 fofo m’a dit le gig, mais au bout du compte, ça n’a donné que 4 bribri”. Ca peut agacer (mon amie par exemple), mais ça illustre l’autre fonction de ces lieux. On n’est pas seulement là pour l’information, mais pour le partage de l’expérience - et les abréviations mettent sans doute à distance. On se parle entre femmes qui ne se connaissent pas, ne se sont jamais vues et ne se verront jamais. Et comme ces conversations peuvent rester anonymes, on se raconte beaucoup (ainsi le récit d’une femme qui disait que le problème venait peut-être de son mari, qui suite à une accusation de harcèlement sexuel, avait perdu toute libido. “Où ailleurs on raconterait ça ? se demandait mon amie). Ici, surtout, on se soutient “comme des groupes de parole contemporain” disait mon amie. Et, même s’ils dissolvent parfois l’information, y a une grande beauté dans ces encouragements, ces smileys qui surgissent à chaque ligne ; il y a quelque chose d’étrange dans ces sphères où les hommes ne sont pas, et qui en rappellent d’autres. “Entre la réunion Tuperware et les adresses d’avorteuses qu’on s’échangeait sous le manteau” diit mon amie. SAuf que voilà, tout le monde peut les voir ces discussions, y compris les hommes.
Dans ces forums, on parle aussi remèdes de grand-mère. Comme si la superstition s’en mêlait “Boire du jus d'ananas pour la nidation, ai-je lu quelque part. Mais pas trop quand même ! Et avocats, noix et œufs apparemment.” Un “côté sorcière” disait mon amie, et elle ajoutait “c’est comme si s’y rejouaient les rites sociaux anciens des femmes réprouvées”.
Et pourtant, dans ces lieux, on parle très peu de questions légales. Ou alors peut-être le devine-t-on quand les noms de certains gynécologues ne sont mentionnés que par des initiales. Ca rend les échanges un peu cryptiques. Mais c’est très étonnant, dans ces lieux, je n’ai pas vu de débats éthiques ou politiques. Juste des gens qui veulent des enfants.
Dans ces lieux, on parle d’argent. On compare les prix, les services, l’accueil (onparle beaucoup de l’accueil). Et on mesure ce que les gens sont prêts à sacrifier.
Alors voilà, si l’avis rendu hier par le Comité d’éthique a des conséquences légales, peut-être que ces forums n’auront plus lieu d’être (quoique que le succès de Doctissimo montre qu’on a toujours besoin de parler de ce qui se passe avec son corps) ou peut-être qu’ils se transformeront simplement. En tout cas, si on en prend soin, tous ces témoignages resteront là, à disposition, comme l’empreinte d’un moment de l’humanité, de son rapport à la science, au corps, à la procréation, aux enfants, et à l’amour.
 
https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/pma-ce-sont-encore-les-femmes-qui-en-parlent-le-mieux-dans-les-forums

Commenter cet article