Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Comment réussir un cunnilingus ?,couples,amours,sexes,

21 Mai 2017, 01:41am

Publié par hugo

Comment réussir un cunnilingus ?
Par Camille Anseaume
cunnilingus 
24 partagesPartager Épingler 
On connaissait le goût de Napoléon Bonaparte pour les femmes, pas toujours son attrait pour leur goût… Dans des lettres à son épouse Joséphine de Beauharnais, la « petite forêt noire » et les « petites visites » qu’il évoque n’ont rien de champêtre. S’il a longtemps été considéré comme tabou et avilissant, le cunnilingus délie désormais les langues, en particulier sous l’influence de la sexualité taoïste mettant à l’honneur l’échange des fluides corporels. Zoom sur une pratique qui est désormais sur (presque) toutes les lèvres.
Le cunnilingus, les femmes témoignent

« En couple depuis plus de quinze ans, je n’avais jamais connu le sexe oral jusqu’à ce que je commence à souffrir de sécheresse vaginale. On s’est d’abord mis au lubrifiant, puis une nuit, dans un bel hôtel en Italie alors qu’on avait oublié le flacon, mon mari a commencé à humidifier mon sexe avec ses doigts. Puis, la faute au champagne ou au lit king size, il est descendu sous la couette. C’était un moment magique, et depuis on rattrape nos quinze ans de retard. Sans lubrifiant. » Esther, 42 ans

« A 37 ans, je connais bien mon corps. Je sais comment me faire du bien, et je n’ai aucune difficulté à avoir un orgasme avec mon partenaire quand je prends les choses en main. Le cunnilingus, c’est très différent… Je ne contrôle rien, je ne suis sure de rien. Mais quand je m’abandonne au plaisir et que l’orgasme me surprend, il est bien plus intense que tous les autres. » Isabelle, 37 ans

« J‘ai déjà essayé plusieurs fois, mais rien à faire ça ne me plaît pas et c’est presque douloureux. J’ai l’impression que c’est une zone trop sensible pour recevoir une stimulation aussi précise. » Marion, 32 ans

« J’adore le cunni en position du 69. J’ai besoin d’être dessous, pour parvenir à jouir. Et l’orgasme simultané dans cette position, j’ai rarement connu mieux… » Sandra, 35 ans 

« Pendant très longtemps c’était « zone rouge » pour moi. Hyper complexée par une lèvre plus grande que l’autre, je refusais qu’on s’approche de mon sexe. Mon compagnon actuel adore le cunnilingus et, en me rassurant, m’a aidée à dépasser ce blocage. Il a eu raison. Vraiment raison. » Juliette, 31 ans

Le cunnilingus raconté par les hommes

« Au bout de six mois de relation, voyant que je ne prenais pas l’initiative, ma copine m’a demandé de lui faire un cunni. Je l’ai fait pour lui faire plaisir. Quelques semaines après, j’y retourne et là elle m’arrête : « Ca m’excite si je vois que mon mec est excité aussi… J’ai bien vu que tu ne prends pas vraiment ton pied, alors remonte, laisse tomber… »  Sur le coup je me suis senti un peu bête, mais finalement nous aussi on a le droit d’avoir nos petits blocages. » Julien, 29 ans

« Je suis en déplacement toute la semaine, et on a que le week-end pour profiter de notre intimité… Alors forcément, j’ai tendance à être très excité et à avoir du mal à me contrôler. Le cunni, c’est exactement ce qu’il nous faut : je lui donne du plaisir, ça maintient mon excitation sans pour autant être trop stimulé… Je lui en fais plusieurs fois par rapport, pour faire une petite pause… » Claude, 43 ans

« J’ai remarqué qu’à une certaine période de son cycle, le sexe de ma femme a un goût particulier. A ce moment-là je prends moins de plaisir à le lécher, et je sais que dans quelques jours je retrouverai ce goût qui me rend fou. »  Eric, 38 ans

« Je suis resté pendant 7 ans avec une fille qui n’aimait pas le cunnilingus. Depuis qu’on est séparés, j’ai eu quelques aventures d’un soir et je trouve qu’il faut une certaine intimité pour descendre jusque-là. Alors à 31 ans ça peut paraître bizarre mais franchement, la dernière fois que j’ai eu l’occasion, je me suis senti comme un ado maladroit et depuis je n’ose plus vraiment m’aventurer sur ce terrain-là… » Damien, 31 ans   

« La dernière fois un pote m’a demandé ce que je choisirai si avant de mourir j’avais droit à une fellation ou à un cunnilingus. Sans hésiter, c’est la deuxième option. Je pense que c’est la pratique sexuelle que je préfère. J’ai l’impression qu’on m’offre l’accès à quelque chose de précieux, d’intime et de secret. J’ai l’impression de contrôler le monde avec le bout de ma langue. Oui, rien que ça. » Anthony, 34 ans

Les bonnes pratiques du cunnilingus à souffler à l'oreille des hommes

Mon amour,

- Tu as un sens de l’orientation à toute épreuve. Tu sais maintenant exactement où est mon clitoris (vivement que tu trouves aussi le balai dans le placard), et comment faire pour y parvenir. Mais on n’est pas pressés, si tu y allais par quatre chemins ? Emprunte les petites routes (là, entre mes seins), fais des pauses (entre mes cuisses),  admire la vue (du mont de Vénus), prends des détours (passe par le côté, là où ça me fait frissonner), appuie un peu sur le frein (savais-tu qu’une pression sur la fine membrane du même nom située sur ton sexe permet de retarder l’éjaculation ?) (De rien). Bref, ne te précipite pas sur mon clitoris comme un ministre sur un compte en suisse.

- Ca y est, tu y es. Tu vois, c’est comme un bon vin, plus on attend, meilleur c’est. Et la stimulation génitale comme l’alcool est à consommer avec modération. Bois ton verre par petites gorgée, savoure, vas-y tout doucement, quitte à accélérer le rythme après.   

- Il fait chaud sous la couette, mais pas autant que dans ton slip (que tu n’as toujours pas eu le temps d’enlever). Mon sexe est particulièrement sensible aux variations de température (enfin pas le mien hein, celui des femmes en général) : souffle le chaud et le froid jusqu’à me faire oublier que je suis frileuse. Une respiration profonde tout près de la vulve, bouche entrouverte, émet un souffle chaud. Au contraire, un souffle léger comme si tu allais siffler, en reculant un peu ton visage, provoque une sensation de fraîcheur.

- N’hésite pas à donner un coup de main. Enfin à mettre la main à la patte. Enfin tu vois l’idée. Non ? Donne.

- Tu connais mon goût (…) pour les accessoires. Alors introduis-en (…) dans notre pause gâterie : sextoy (si ta crise de jalousie est passée), glaçon, gorgée de thé chaud ou bonbon à la menthe pour varier l’éventail des températures…

- Oui, je suis une petite chose sensible qui pleure parfois devant les pubs MasterCard. J’aime le romantisme, les roses et les mots d’amour, mais n’oublie pas que comme toi je descends du singe, et que parfois j’ai juste envie de jouir. Quand tu sens que je n’en suis pas loin, continue exactement ce que tu faisais. En revanche si juste après je te repousse c’est juste pour hypersensibilité alors ne le prends pas mal : prends moi tout court ou dans tes bras, plutôt.

http://www.marieclaire.fr/,comment-reussir-un-cunnilingus,817404.asp

Commenter cet article