Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Cannes 2017 : "Jeune femme", un film qui "montre le besoin de s'inventer",,femmes,feminisme,

26 Mai 2017, 12:06pm

Publié par hugo

Cannes 2017 : "Jeune femme", un film qui "montre le besoin de s'inventer"
RENCONTRE - Le premier long-métrage de Léonor Serraille met en scène Paula (Lætitia Dosch), un personnage féminin aussi paumé que courageux. Rencontre avec ces deux femmes de cinéma à Cannes.

Lætitia Dosch, magnifique actrice dans "Jeune Femme" de Léonor Dosch
Lætitia Dosch, magnifique actrice dans "Jeune Femme" de Léonor Dosch
Crédit : Shellac
ArièleBonte 
Arièle Bonte 
Partager l'article
PUBLIÉ LE 25/05/2017 À 10:15
Ce sont deux femmes de cinéma au bord des larmes que nous avons retrouvées sur la terrasse d'un café dans le centre de Cannes. Leur émotion et leur fierté, elles ne les cachent pas. Léonor Serraille et Lætitia Dosch sont venues présenter mardi 23 mai Jeune femme, sélectionné dans la catégorie Un Certain Regard et concourant pour la prestigieuse Caméra d'Or de cette 70ème édition du Festival de Cannes.

Tandis que la première a brillamment réalisé ce premier film, la seconde a magistralement donné vie à un personnage haut en couleurs. Une "jeune femme" paumée, perturbée, malheureuse, dont le cœur est brisé et qui ne sait pas quoi faire pour s'en sortir, remonter la pente, se libérer du couple dans lequel elle s'est enfermée depuis une décennie et qui va pourtant réussir, au prix d'une sacrée force de courage, affronter ce qu'elle redoute le plus : la solitude. Rencontre à Cannes avec deux femmes qui ont définitivement marqué notre festival. 

 
Jeune femme 
Jeune femme Teaser VF
Girls : On a senti beaucoup d'émotion lorsque vous avez présenté le film sur la scène de la salle Debussy. Qu'est-ce qu'il se passe dans votre tête, à ce moment là ?
Léonor : Je pensais à moi en train d'écrire le film dans ma chambre. J'étais fière pour l'équipe, fière de Lætitia et très émue. C'était comme un cadeau pour Paula, elle qui se plaint tout le temps qu'on ne se rappelle jamais d'elle, j'étais contente pour elle de lui offrir cela. 

À lire aussi
Paulina García, touchante Teresa dans "La Fiancée du désert"
FESTIVAL DE CANNES
Cannes 2017 : "La Fiancée du désert", quand une femme prend sa liberté
Sandra Da Fonseca, la productrice du film, a souligné lors de la présentation au public du film qu'il y avait plusieurs cheffes à des postes clés de la technique. Est-ce un parti pris ou le fruit du hasard et des rencontres ?
Léonor : J'ai rencontré Sandra à la Femis (École nationale supérieure des métiers de l'image et du son, ndlr.) et j'ai pratiquement retravaillé avec l'équipe technique de mon court-métrage. Je n'avais pas la volonté de constituer une équipe de femmes. Je les ai choisies parce qu'elles étaient les meilleures pour chaque poste. Mais c'est bien de le souligner, même si on attend ce jour où on n'aura plus besoin de parler de cela. 

Lætitia : Selon moi, les hommes ont une façon un peu plus compliquée de voir le monde. J'ai l'impression qu'entre les hommes et les femmes il y a quelque chose de différents. Jane Campion n'aurait pas pu être homme. Et même si cela peut sembler réducteur, faire "des films de femmes", cela veut dire quelque chose pour moi.

Léonor : Paradoxalement, les films sur les femmes qui m'ont le plus marquée ont été réalisés par des hommes, comme John Cassavetes, Ingmar Bergman, Maurice Pialat, les frères Dardenne. Ce qu'il faut en revanche, c'est que les femmes puissent s'exprimer, qu'elles aient l'occasion de le faire et qu'on leur en donne les moyens. 


Paula dans "Jeune Femme" est un personnage paumé
Crédit : Shellac
Lætitia, qu'est-ce qui vous a plu dans le personnage de Paula ?
Lætitia : Au-delà du rôle, le scénario était déjà très bien écrit. Le texte m'a emmené dans mon imaginaire. C'est peut-être parce que je viens du théâtre mais j'ai été frappée par ce monologue de trois-quatre pages qui ouvre le film et qui décrit une personne en crise. Je me demandais comment j'allais pouvoir jouer ce personnage, les scènes dramatiques sont tomber dans le déjà-vu... Il y avait une multitude de choses à faire pour un magnifique personnage.

Peut-on dire que "Jeune femme" est un film féministe ?
Léonor : Oui, il est féministe dans le sens où il montre que les femmes ont besoin de s'inventer, être libres et de ne pas correspondre aux cases dans lesquelles on essaie de les faire entrer. Quand j'ai écrit le film, je ne me suis pas dit que j'avais un message à faire passer pour les femmes ; j'avais juste envie de passer du temps avec une femme et de l'accompagner dans son chemin : celui de la libération du couple. J'ai l'impression de croiser de plus en plus de femmes.


Lætitia Dosch, magnifique interprète dans "Jeune Femme", écrit et réalisé par Léonor Serraille
Crédit : Shellac
Lætitia : Il est aussi féministe parce que le personnage est instable, il se construit de différentes façons tout au long du film, son parcours est chaotique, son corps et son visage changent tout le temps suivant les situations. Cela montre la difficulté qu'ont les femmes à correspondre aux attentes de la société, notamment en ce qui concerne le physique. 

Pierre Lescure et Thierry Frémaux ont souligné, lors de la conférence de presse annonçant la sélection du Festival de Cannes, la présence de plusieurs premiers films de jeunes femmes sur des femmes. Pensez-vous qu'un nouveau mouvement dans le cinéma est en marche, notamment grâce à ces réalisatrices ou actrices ?
Lætitia : La génération des 20-27 ans, hommes comme femmes, remet tout en cause et va vers de nouvelles constructions. Le système mais aussi les valeurs que l'on transmet et cela doit se ressentir dans le cinéma. 

Léonor : Il se passe quelque chose, c'est certain, mais je n'ai pas encore le recul nécessaire pour avoir un point de vue sur le sujet. 

RTL Girls et Bumble s’associent pour vous faire vivre le Festival de Cannes. Pour rencontrer votre âme-sœur sur la Croisette ou ailleurs, téléchargez dès maintenant l’appli de rencontres qui donne le pouvoir aux femmes. 

LA RÉDACTION VOUS RECOMMANDE

http://www.rtl.fr/girls/identites/cannes-2017-jeune-femme-un-film-qui-montre-le-besoin-de-s-inventer-7788694654

JE EN PEnse  paS QUE DE VIVRE SEUL? ON S INVENTE ON CREE  CAR ON EN PARLE  AVEC PERSONNE 

MOI LA SOLITUDE , je pense  seul, mais personne avec qui partager 

Commenter cet article