Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Logement. Joao, prioritaire Dalo, mais expulsé sans relogement,,societe,dalo,

12 Avril 2017, 23:49pm

Publié par hugo

Logement. Joao, prioritaire Dalo, mais expulsé sans relogement
EMILIEN URBACH
JEUDI, 6 AVRIL, 2017
HUMANITE.FR
 
Depuis le 1er avril, la trêve hivernale des explusions locatives a pris fin. L’association Droit au Logement mobilisait mercredi avec l’un des premiers expulsés de la saison, un étudiant d’origine angolaise.
Sa voix douce a du mal à fendre le cri des mégaphones et mais son large sourire tient bon face au sentiment d’injustice qui l’habite, aujourd’hui. Pour la presse, il se fait appeler Joao. Réfugié angolais de 36 ans, il craint encore, après dix-sept années d’exil, d’être reconnu par ses tortionnaires. Mercredi, à 15 heures, il était parmi les dizaines de personnes rassemblées à l’appel de l’association Droit au logement (DAL) devant la préfecture de Paris pour dénoncer la reprise des expulsions locatives.
« J’ai laissé la plupart de mes affaires à la maison, raconte-t-il. Un huissier accompagné de deux policiers et d’un serrurier sont arrivés chez moi, mardi à 10 heures du matin. J’ai dû quitter mon appartement. » Le jeune homme, bénéficiaire du statut de réfugié depuis 2003, dort depuis deux jours dans une chambre d’hôtel gérée par le 115. Doctorant en histoire, Joao louait un appartement dans une résidence du XIIIe arrondissement de Paris, dans le cadre d’un dispositif d’accompagnement au logement des étudiants boursiers. Inscrit à l’Université Paris-4 depuis 2004, il en a bénéficié à partir de la rentrée 2008.
Six ans plus tard, sa bourse n’est pas renouvelée et on lui apprend qu’il doit quitter les lieux. Il fait alors, en 2015, une demande de logement social et obtient d’être reconnu «prioritaire DALO». «Ce statut aurait dû lui permettre d’être relogé avant son expulsion, tempête Jean-Baptiste Eyraud, un des porte parole du DAL parisien. Avec la fin de la trêve hivernale, il fait partie de la première charrette. Mais nous avons une liste de plus de cent foyers dans cette situation. » Le militant devait faire partie de la délégation reçue par la préfecture un peu plus tard dans l’après-midi. Il compte rappeler aux autorités l’existence des circulaires ministérielles des 27 octobre 2012 et 22 mars 2017, qui imposent le relogement des personnes reconnues «prioritaires DALO» avant de les jeter hors de chez elles.
Dans les faits, le droit au logement opposable est régulièrement bafoué. Une logique qui s’inscrit dans une augmentation constante du nombre des expulsions locatives. «Elles ont augmenté de 141% depuis l’an 2000, indique Jean Baptiste Eyraud. Les loyers sont de plus en plus chers et les aides au logement se réduisent comme peau de chagrin. Les locataires sont de plus en plus nombreux à ne pas s’en sortir, alors que les bénéfices cumulés du secteur de l’immobilier explosent.»
Vers 16h30, l’adjoint au préfet de Paris reçoit la délégation. A la sortie, les militants du DAL se disent déçus. «C’est à peine si nous avons obtenu qu’ils étudient les situations au cas par cas, racontent-ils. Mais nous n’avons aucune assurance que les circulaires soient respectées. Nous sommes prêts à nous mobiliser pour exiger la fin des expulsions forcées, sans solution de relogement.»
Joao, de son côté, espère qu’on lui proposera rapidement le logement social auquel il a droit. Pour l’heure, il garde la tête haute et assure qu’il soutiendra, coûte que coûte, sa thèse d’histoire avant la fin de l’année universitaire.

http://www.humanite.fr/logement-joao-prioritaire-dalo-mais-expulse-sans-relogement-634400

Commenter cet article