Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Une maison saine et propre ? Pensez au bicarbonate de soude !,ecologie,economie,

7 Avril 2016, 01:07am

Publié par hugo

Guide
Une maison saine et propre ? Pensez au bicarbonate de soude !
20 partages
Nettoyant, désodorisant, adoucissant, abrasif, anticalcaire… Mais quel est ce produit miracle ? Le couteau suisse du ménage, c’est le bicarbonate.
SOMMAIRE
Comment choisir son bicarbonate
Un produit écologique ?
Il sert à tout, partout
Comment le conserver
Une poudre blanche, mate, fine, cristalline… et totalement légale ! Le bicarbonate de sodium – souvent appelé bicarbonate de soude – n’a pas d’odeur, mais son goût est légèrement salé. À l’origine, il était extrait du natron, un minéral que l’on trouve dans les anciens lacs salés et les lits de rivière asséchés. Par procédé industriel, il résulte aujourd’hui de la transformation d’un mélange de craie et de sel gemme extrait de mines.
Vous le connaissez déjà !
Le bicarbonate de soude est composé de sodium, d’hydrogène, de carbone et d’oxygène. Son degré d’acidité (pH) varie entre 8 et 8,6, ce qui le rend alcalin (un pH neutre est égal à 7). Si vous n’avez pas encore de bicarbonate de sodium dans vos placards, vous en avez déjà… dans le corps ! En effet, la plupart des organismes vivants en stockent dans leur sang pour équilibrer son acidité.
On le rencontre également comme additif, dont le code est E500(ii), dans des produits alimentaires comme les biscuits, mais aussi dans les détergents, les comprimés effervescents, les litières pour animaux…
Un produit à tout faire – ou presque
Parmi ses nombreuses qualités, le bicarbonate se révèle un excellent aide ménager. Vous pouvez l’utiliser pour :
– désodoriser le frigo, la poubelle, la litière du chat,
– détacher tapis, moquettes, vêtements synthétiques ou en coton,
– désincruster la graisse brûlée,
– adoucir l’eau,
– faire briller robinets, carrelages, sanitaires, argenterie,
– déboucher les canalisations…
En revanche, ne l’utilisez pas pour :
– les surfaces en aluminium (risque de taches noires),
– les objets anciens (sauf à vouloir les faire briller uniformément !),
– la laine et la soie (destruction des fibres).
Comment le choisir ? À quoi sert-il plus précisément ? Comment le conserver ? Découvrez nos conseils pratiques dans ce dossier.

D’après un article de Raquel Hadida publié dans le hors-série n° 178 de « 60 Millions de consommateurs »

Comment choisir son bicarbonate


Les bicarbonates de sodium se différencient par la grosseur de leurs grains : de 50 micromètres à 1 millimètre. Plus le bicarbonate est fin, mieux il sera assimilable, donc utile en cuisine. Plus il est grossier, plus il conviendra à l’entretien. Mais ce qui distingue officiellement les différentes dénominations relève surtout de la pureté de la poudre.
• Le bicarbonate officinal
Il est vendu en pharmacies ou parapharmacies en petits conditionnements (saupoudreur de 50 à 100 grammes, boîte de 250 grammes). Il doit être pur à 99,5 %, et le 0,5 % restant ne doit contenir que du carbonate et de l’eau.
• Le bicarbonate alimentaire
Utilisé pour la cuisine et la cosmétique, il est vendu dans les grandes surfaces au rayon sel, dans les épiceries et les magasins bio, en boîte ou en gros saupoudreur de 400 ou 500 grammes. Il doit être pur à 99 %. Le 1 % restant peut contenir des traces d’impuretés liées au gisement de sel (chlore, magnésium, fer, aluminium). Si les sels de Lorraine sont particulièrement purs, le bicarbonate chinois offre moins de garanties.
• Le bicarbonate « technique »
Vendu en magasins bio, de bricolage ou de jardinerie, et parfois en grandes surfaces, dans des emballages kraft ou des boîtes plastique de 500 g à 1 kg, c’est un bicarbonate de qualité alimentaire, mais sans le contrôle qualité et la traçabilité tout au long du processus nécessaires à cette appellation. Autrement dit, il peut s’y glisser des impuretés liées à la chaîne de conditionnement (mélange avec d’autres substances, par exemple). Sa pureté approche 99 %.
• Le bicarbonate agricole
Il est destiné à réguler l’acidité dans l’alimentation des bovins pour prévenir les maladies. Du fait de réglementations européennes strictes, il est aussi pur que celui destiné à l’alimentation humaine, mais non agréé pour cela. Il est vendu en sac de 25 kg en coopératives agricoles.
Un produit écologique ?


Sur l’étiquette, l’origine du bicarbonate de sodium est rarement précisée. En Europe, néanmoins, il est entièrement fabriqué industriellement. Mais, produit uniquement à partir de craie et de sel, il n’en reste pas moins 100 % minéral… et 0 % pétrochimique.
En France, deux firmes seulement produisent du bicarbonate : Novacarb et Solvay, toutes deux situées en Lorraine, près de Nancy. Là, les plaines boisées se révèlent en effet riches en calcaire, en sel et en eau, les trois éléments indispensables. Ainsi, les usines s’approvisionnent dans un rayon de 40 kilomètres. Du local.
Naturellement écolo
Fabriqué à partir de minéraux abondants, biodégradable et sain, le bicarbonate de soude est donc naturellement écologique. Nul besoin, par conséquent, d’une labellisation « Écodétergent » par Écocert, comme le proposent les marques Ecodoo ou Briochin. En effet, ce label exclut les azurants optiques (des lessives) et les adjuvants chimiques, et il limite à 5 % les ingrédients de synthèse.
La marque La Droguerie écologique (Ecodis) pousse la démarche écologique bien au-delà de la composition de ses produits. Pour ses détergents comme pour son matériel de ménage, elle s’attache à s’approvisionner au plus proche et au plus social : carrières françaises, bois de la Forêt-Noire plutôt que de Chine, projet coopératif de petite échelle… Et, surprise, avec des marges réduites et des emballages simples, la marque se révèle l’une des moins chères du marché.
Il sert à tout, partout


• Abrasif doux et dégraissant
Grâce à ses cristaux fins et anguleux, le bicarbonate est parfait pour frotter, récurer un évier ou polir un métal. Cette substance étant soluble dans l’eau (mais pas dans l’alcool), ses cristaux se dissolvent avant de risquer d’endommager les surfaces. Ainsi, on peut régler la « douceur » de l’abrasion grâce à la quantité d’eau utilisée : à sec, il est légèrement abrasif ; mais, plus on le mouille, plus il est doux.
Le bicarbonate est une substance tampon capable de stabiliser le pH des solutions. Sa base faible réagit avec la saleté, constituée d’acides gras. Grâce à une réaction chimique de saponification, elle les décompose en molécules solubles dans l’eau et permet ainsi de les décrocher de leur surface. Cela fonctionne autant pour une casserole brûlée que pour les fibres du linge.
• Antimoisissures et antiodeurs
Les champignons et les bactéries n’aiment pas du tout le bicarbonate de sodium ! Pour se développer, ils ont besoin d’acidité. Alors, au contact de cette matière alcaline, ils meurent. Voilà pourquoi le bicarbonate arrête la prolifération des moisissures et capte certaines odeurs. En effet, en grignotant la matière organique qui traîne, les bactéries et les champignons prolifèrent et génèrent des substances acides, responsables de nombreuses odeurs désagréables. En les tuant, le bicarbonate élimine les odeurs à la source. Mais attention : cela ne fonctionne que dans un lieu confiné comme le réfrigérateur, des baskets, une poubelle ou une litière.
Chaque grain de cette poudre possède une structure poreuse, qui fixe les molécules circulant dans l’air. En se combinant avec les résidus des substances acides (comme le lait) et fortement basiques (comme le poisson), il neutralise les mauvaises odeurs en profondeur, sans les masquer, à la différence de la plupart des produits du commerce. Cette capacité dépend de la surface des grains de bicarbonate, donc de leur taille. Théoriquement, les bicarbonates les plus fins sont les plus absorbants.
• Adoucissant et antitartre
Le bicarbonate adoucit une eau trop « dure » et permet ainsi de réduire la consommation de savon et autres détergents. De même, il évite les dépôts de calcaire dans les machines, sur les sanitaires et sur le linge. En effet, le bicarbonate dissous empêche les ions calcium de précipiter.
Comment le conserver


Le bicarbonate peut se conserver des années. Mais il peut aussi perdre son efficacité en quelques mois. Pour le vérifier :
– sentez-le. S’il a une odeur, c’est mauvais signe ;
– touchez-le. S’il s’est solidifié en petits cailloux ou s’il est devenu pâteux, il a absorbé l’humidité de l’air. Toutefois, des grumeaux friables entre deux doigts dénotent seulement un certain vieillissement ;
– testez-le. Placez deux cuillerées à soupe de vinaigre dans une coupelle et versez par-dessus une demi-cuillerée de bicarbonate. Ça ne mousse pas ? Le produit n’est plus actif, et il est bon à jeter.
Surtout pas au frigo !
Pour le conserver le plus longtemps possible, voici quelques conseils :
– conservez-le à l’abri de la lumière et de l’humidité. Ne le gardez pas au réfrigérateur ;
– gardez-le dans son emballage d’origine, ou placez-le dans une boîte (en plastique alimentaire uniquement) fermée, opaque et étanche ;
– ne le transvasez pas dans une boîte en céramique ou en métal, voire en plastique non alimentaire : il en absorberait toutes les odeurs et deviendrait inutilisable.
Douze marques étudiées, des dizaines de recettes proposées

http://www.60millions-mag.com/2015/03/18/une-maison-saine-et-propre-pensez-au-bicarbonate-de-soude-8085

Commenter cet article