Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

Le rap poignant d'une Afghane de 19 ans pour dénoncer le mariage forcé,femmes,violences,mariage,

27 Mars 2016, 10:02am

Publié par hugo



Le rap poignant d'une Afghane de 19 ans pour dénoncer le mariage forcé
Par Mylène Bertaux | Le 22 mars 2016
Partager
Sonita a échappé aux talibans et au mariage forcé. Sa vie a inspiré un documentaire, primé au festival de cinéma Sundance. Aujourd’hui elle rappe pour vivre.
En ce moment
Application Madame Figaro
L'application "Madame Figaro" est aussi disponible sur Androïd
« Je n’étais même pas intéressée par la musique ! Je ne sais pas ce qui m’a poussée à devenir une rappeuse ! Je voulais juste parler de ce que j’avais en moi », déclare la jeune fille au magazine digital Dazed dans une interview publiée le 19 mars dernier. Si Sonita Alizadeh a besoin de s’exprimer, c’est qu’elle a échappé au pire. À 10 ans, elle fuit son premier mariage forcé. Elle rejoint l’Iran où elle commence à rapper. Pour survivre, elle est femme de ménage dans une salle de sport.


Mariage forcé : « c'est pour nourrir ma famille »


Sa mère la rejoint peu après. Ce qui peut apparaître comme une bonne nouvelle va vite tourner au cauchemar. La maman essaye une nouvelle fois de la vendre à un homme pour 8000 euros. « C’est la tradition, se justifie-t-elle dans le documentaire. Il faut bien que je nourrisse ma famille ! » On pourrait attendre plus de compassion de la part d’une femme qui a elle-même été mariée de force à 13 ans. Mais Sonita fait une rencontre qui va changer sa vie. Rokhsareh Ghaem Maghami, cinéaste, s’intéresse à la jeune rappeuse. Elle la prend en amitié et en fait le sujet central d’un documentaire sobrement intitulé Sonita. Il obtient le grand prix du jury dans sa catégorie au dernier festival de Sundance, fin janvier 2016. La réalisatrice l’aidera alors à fuir de justesse un deuxième mariage forcé.


"Une fiancée à vendre"


Sonita Alizadeh a posté son premier clip, Brides for Sale, en 2014 sur YouTube et est devenue un phénomène musical. Elle y apparaît face caméra, un code-barre tatoué sur le front. Sa sincérité nous saisit d'émotion. Regard poignant, visage tuméfié sous les coups d’un mari qu’elle aurait pu épouser de force, elle débite son flow pour dénoncer sa condition :


« Je crie pour un corps épuisé dans sa cage
Un corps qui plie sous le poids d’un code-barre (...)
Je suis perplexe devant cette tradition et ce peuple.
Vendre des filles pour de l’argent ? Avec zéro droit de choisir
Aujourd’hui, mon père est inquiet du coût de la vie
Pour celui qui paye le plus, sa fille est à lui (...)
Comme toutes les autres filles, je suis en cage
On me considère comme un mouton élevé pour être dévoré »




Sonita incarne à elle seule les milliers de jeunes filles livrées en pâture en mariage forcé. Elle scande ses mots pour affirmer qu’elle est humaine, qu’elle n’est pas un animal.


Depuis, le clip a été visionné près de 400.000 fois. « Le rap a changé ma vie. Je pense donc qu’il faut l’utiliser pour aider d’autres filles. » On le lui souhaite.


À lire aussi :
Une caméra cachée dénonce le mariage des fillettes au Liban
Iran : le nombre de mariages forcés de fillettes augmente selon l'ONU
Une ONG s'alarme du terrible sort des filles mariées de force en Syrie








inShare
6
Tags : mariage forcé, musulman, Musique


http://madame.lefigaro.fr/societe/une-afghane-de-19-ans-rappe-pour-denoncer-la-mariage-force-220316-113518

Commenter cet article