Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de hugo,

C'est "grâce à la musique" que la rappeuse Chilla a pris conscience de son engagement,femmes,feminisme,

25 Mai 2017, 02:49am

Publié par hugo


1 min de lectureMusique
C'est "grâce à la musique" que la rappeuse Chilla a pris conscience de son engagement
INVITÉE RTL - Chilla est l'invitée de RTL Grand Soir pour évoquer son arrivée dans l'univers du rap et ses prises de positions très fortes.

Agnès BonfillonSigné AgnèsAgnès Bonfillon
00:27    
10:29
Télécharger
C'est "grâce à la musique" que la rappeuse Chilla a pris conscience de son engagement
Crédit Média : Agnès Bonfillon | Durée : 10:31 | Date : 24/05/2017
La page de l'émission
 
Agnès Bonfillon
et La rédaction numérique de RTL
Partager l'article
PUBLIÉ LE 25/05/2017 À 01:37
Elle avait fait parler d'elle au début de l'année 2017 en interpellant le président de la République François Hollande dans une chanson qui s'apparentait à une lettre ouverte au chef de l'État. C'est à l'occasion d'une première partie de Kery James que Chilla a voulu adresser ce message engagé : "Monsieur le président, on ne veut plus cacher la détresse. On va en classe, mais c'est les classes qui nous effraient".

Un morceau écrit en deux jours qui lui a permis de percer sur la scène rap. "C'est grâce à l'écriture et à la musique que je me suis rendu compte que j'avais des positions", explique celle qui fait preuve d'un grand engagement civique dans ses morceaux. Elle nous raconte qu'elle est d'abord musicienne avant tout, ayant fait une douzaine d'années de violon lorsqu'elle était plus jeune, et qu'elle s'est mise à écrire et à rapper il y a quatre ans seulement.

À lire aussi
Près du Manchester Arena, à Manchester.
ATTENTAT
Sécurité des salles de concert : "Il faut travailler sur la formation pour anticiper"
"Quand j'ai commencé à écrire, c'était un moyen de mettre des mots sur des mélodies qui me passaient dans la tête", confie-t-elle, ajoutant qu'elle n'est "qu'au début" de son expérience de vie mais qu'elle ne doit pas "avoir honte" de raconter ce qu'elle vit au quotidien. À 23 ans, elle a tout l'avenir devant elle.

LA RÉDACTION VOUS RECOMMANDE
Art Rock enflamme Saint-Brieuc
Juliette Armanet : "Il faut conquérir un public qui soit hors de Paris"
Jul convoqué au commissariat pour avoir cité un policier dans une chanson
Benjamin Biolay : "Il m'arrive de boire pour oublier", confie le chanteur
Musique
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/c-est-grace-a-la-musique-que-la-rappeuse-chilla-a-pris-conscience-de-son-engagement-signe-agnes-7788698280

Festival de Cannes 2017 : "Les Proies", l'ode à la sororité de Sofia Coppola,femmes,feminisme,

25 Mai 2017, 02:48am

Publié par hugo

Festival de Cannes 2017 : "Les Proies", l'ode à la sororité de Sofia Coppola
NOUS L'AVONS VU - Le 6ème long-métrage de Sofia Coppola, présenté lors du 70ème Festival de Cannes, explore la sororité en costumes d'époque.

"Les Proies" de Sofia Coppola, présenté à Cannes
"Les Proies" de Sofia Coppola, présenté à Cannes
Crédit : Universal Pictures International France
ArièleBonte 
Arièle Bonte 
Partager l'article
PUBLIÉ LE 24/05/2017 À 15:59
La tragédie de Virgin Suicides, premier long-métrage de Sofia Coppola sorti en 1999, vous a bouleversée ? Vous avez besoin d'un petit remontant ? D'une fin alternative ? Avec Les Proies, vous ne serez pas déçues. Le sixième film de la réalisatrice américaine a été sélectionné en compétition officielle de la 70ème édition du Festival de Cannes, où il était présenté ce mercredi 24 mars, dans le Grand Théâtre de Lumière du Palais des Festivals. 

C'est un film d'époque, en pleine guerre de Sécession aux États-Unis, et dans lequel on retrouve Kirsten Dunst (ancienne héroïne de Virgin Suicides) et Elle Fanning (fille à son papa dans Somewhere), deux actrices fétiches de la réalisatrice américaine, dans un pensionnant de jeunes filles tenu par madame Martha Farnsworth (jouée par Nicole Kidman). 

À lire aussi
Myriam occupe les cabines de projection lors du festival de Cannes depuis 5 ans maintenant
FESTIVAL DE CANNES
Cannes 2017 : Myriam, projectionniste passionnée pendant le festival
Mêmes têtes blondes, mêmes robes virginales et jeunes femmes coupées du monde en quête de sensualité... On retrouve dans la seconde adaptation cinématographique de Sofia Coppola des motifs récurrents à tous ses films et en particulier avec son premier long-métrage, sorti dans les salles obscures il y a tout juste 18 ans. À une différence près : la tragédie a été mise de côté pour laisser place à une ode à la sororité.


Les Proies / Bande Annonce Officielle VOST [Au cinéma le 23 août]
Durée : | Date : 24/05/2017
La solidarité féminine, une arme pour jouir de sa liberté

Les Proies de Sofia Coppola ne sont pas si inoffensives que cela. Certes, ce groupe de femmes, en apparence fragiles, est isolé du monde extérieur. Dehors, la guerre fait rage tandis qu'elles sont protégées par leur grande demeure victorienne. 

Un jour, l'une des petites filles du pensionnat tombe sur un soldat blessé, un "Yankee", qu'elle ramène dans le foyer pour que madame Farnsworth, qui maîtrise quelques rudiments de médecine, puisse le soigner.

Telles des biches à la fois apeurées et attirées par le danger que représente ce bel étalon, les femmes comme les jeunes filles tentent de séduire et d'attirer l'attention du caporal John McBurney, l'homme de tous les désirs. Une rivalité, un choc des générations que Sofia Coppola a choisi de filmer avec un humour subtil et sans jugements et qui suscite des rires en toute bienveillance. 

Et lorsque les rapports de force s'inversent, la réalisatrice de Virgin Suicides donne à voir des femmes fortes qui, pour conserver leur liberté, choisissent de s'émanciper de celui qui souhaite leur imposer sa loi. La solidarité féminine ou la sororité seraient-elles la meilleure arme pour jouir de sa liberté ? Réponses dans Les Proies. 

RTL Girls et Bumble s’associent pour vous faire vivre le Festival de Cannes. Pour rencontrer votre âme-sœur sur la Croisette ou ailleurs, téléchargez dès maintenant l’appli de rencontres qui donne le pouvoir aux femmes. 

LA RÉDACTION VOUS RECOMMANDE
Festival de Cannes 2017 : la mamie, surprise féministe de "Nos années folles"
Cannes 2017 : Anahita Ghazvinizadeh, future inconditionnelle du festival ?
Kristen Stewart : que vaut "Come Swim", son court-métrage présenté à Cannes ?
Mariam Al Ferjani : "La Belle et la Meute", "un film profondément féministe"
Cannes 2017 : pourquoi vous allez adorer "How To Talk To Girls At Parties"
Festival de CannesCinéma
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS

http://www.rtl.fr/girls/style/cannes-2017-les-proies-l-ode-la-sororite-de-sofia-coppola-7788693206

Sclérose en plaques : quinze heures sous terre pour redonner de l’espoir aux malades,sante,

25 Mai 2017, 02:32am

Publié par hugo

Sclérose en plaques : quinze heures sous terre pour redonner de l’espoir aux malades
Publié le 23 mai 2017  
     
Animateur d’un groupe de parole de la Ligue française contre la sclérose en plaques, à Longwy, en Meurthe-et-Moselle (54), Marc Kopp se sert de défis sportifs pour amener les malades à voir la vie autrement. Cette fois-ci, dans le cadre de la Journée mondiale de la Sep, le 31 mai, un bivouac spéléologique dans une grotte.

Faire Face : Racontez-nous la genèse de ce nouveau défi spéléologique…

Marc Kopp : En 2013, j’ai sauté en parachute au-dessus de l’Everest, depuis un hélicoptère à 10 000 mètres d’altitude, et sous oxygène. J’ai ensuite donné des conférences sur cette expérience exceptionnelle, notamment à la faculté des sports de Nancy. Il y a un an et demi, un enseignant spécialiste de spéléologie me lance à la machine à café, sur le ton de la blague : « Et alors, on tente quand la spéléologie ? » Je lui ai répondu : « OK, on y va. »

Mais cette fois-ci, je voulais que d’autres puissent vivre leur petit Everest. Je pense évidemment aux membres du groupe de parole de la Ligue française contre la sclérose en plaques, que je coanime à Longwy. Mais il fallait s’assurer de la faisabilité. En octobre 2016, je suis descendu en repérage dans les grottes de Pierre-La-Treiche, près de Toul, en compagnie de trois guides. Les 400 m de parcours furent difficiles. Mais j’ai quand-même décidé de proposer l’aventure aux copains. Sept d’entre eux ont accepté.

Près de 80 bénévoles


 

FF : Comment va se passer ce défi spéléo ?

M.K : Il démarre ce mardi 23 mai à 18h, selon deux parcours. L’une des sept personnes et moi allons suivre tout l’itinéraire de 400 m. Les six autres vont nous rejoindre à la salle du bivouac, la “salle des géodes”, en partant de la sortie. C’est aussi un tronçon difficile mais quand-même moins compliqué. Nous y prendrons les repas, dormirons et en sortirons tous ensemble mercredi 24 mai à 9h.

Nous serons encadrés par 40 étudiants volontaires de la Faculté de sport de Villers-lès-Nancy, 21 étudiants de l’Institut de formation en soins infirmiers de Laxou, ainsi que 14 spéléistes confirmés de la Fédération française de spéléologie, et des professeurs. Certains nous accompagneront en joëlettes jusqu’à l’entrée de la grotte.  D’autres nous aideront à nous habiller. Certains nous guideront dans le dédale de galeries étroites de la grotte, nous soutiendront et pousseront quand nos appuis et nos forces ne suffiront pas.

Cette expérience dans l’obscurité, le confinement, le froid (12°), ces efforts physiques, le fait de ramper comme des vers de terre, avec l’obligation de lâcher prise, va nous permettre d’aller chercher au plus profond de nous-mêmes pour mieux nous en extraire.

Médiatiser une philosophie de la vie
 

 

FF : Vous donnez un sens très symbolique à ce défi. Vous ne cherchez donc pas que l’exploit ?

M.K : L’exploit pour l’exploit n’a aucun sens. Il s’agit plutôt d’un joli pied de nez à la maladie en même temps qu’un encouragement pour toutes les personnes malades. De tels événements ont deux objectifs. Déjà, mettre en pratique la “philosophie du malade heureux”, heureux de redonner un sens à sa vie. Nous y travaillons toute l’année, deux samedis par mois, en réunions de notre groupe de parole. Destiné autant aux malades qu’à leurs proches, je le coanime avec une psychologue. J’y fais passer cette idée : la maladie chronique incurable nous est donnée. Ce qui dépend de nous, c’est de nous rendre capables de l’accueillir, et de parvenir à transformer le pire en meilleur. Par nos défis, nous pouvons et voulons être des émissaires et montrer que nous avons su perdre pour gagner ailleurs. Nos épreuves peuvent devenir des atouts.

Ensuite, de tels événements nous permettent de médiatiser cette façon de voir les choses, qui aide beaucoup au quotidien, ainsi que recueillir des fonds au profit des actions de la Ligue française contre la sclérose en plaques. Propos recueillis par Élise Descamps

http://www.faire-face.fr/2017/05/23/sep-speleologie-kopp/

Agefiph : se rénover mais sans le sou,emploi,handicap,economie,

25 Mai 2017, 01:12am

Publié par hugo

Accueil » Emploi » Agefiph : se rénover mais sans le sou
Agefiph : se rénover mais sans le sou
Pendant la Semaine européenne de l'emploi des personnes handicapées, l'Agefiph a fait circuler un arbre à palabres pour recueillir les propositions de tous © Ivan Verbizh
Agefiph : se rénover mais sans le sou
Publié le 24 mai 2017  
     
Le fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées dans le secteur privé présentait mardi 23 mai ses résultats 2016 et son nouveau plan stratégique. Il alertait aussi sur l’urgence de réformer son financement dans un contexte de besoins accrus.

C’est mathématique ! En 2016, avec 404,5 millions d’euros de collecte et 450,2 millions de financements, l’Agefiph a encore été obligée de puiser dans ses réserves. Des réserves qui s’amenuisent. D’autant que l’État y a pioché par trois fois 29 millions d’euros pour financer les contrats aidés.

Résultat : « À la fin de l’année 2017, elles devraient être épuisées », selon Didier Eyssartier, directeur général de l’Agefiph qui, en compagnie d’Anne Baltazar, sa présidente, présentait mardi 23 mai les résultats 2016 de l’organisme et son nouveau plan stratégique.

2016, année de transition
Une année 2016 présentée comme une année de transition. Transition avec la “loi travail” du mois d’août qui renforce les missions de l’Agefiph dans l’objectif de sécuriser les parcours professionnels, transfère le maintien dans l’emploi aux Cap emploi et créé un cadre pour l’emploi accompagné.

Transition également avec la définition de nouveaux axes stratégiques pour mieux répondre aux besoins des personnes et des entreprises dans un contexte qui a fortement évolué au cours des cinq dernières années.

500 000 demandeurs d’emploi en situation de handicap
Ainsi l’emploi des personnes handicapées s’est accru de 20 % tandis que le nombre de reconnaissances de la qualité de travailleur handicapé a augmenté de 500 000 sur la même période. La part des entreprises employant au moins une personne handicapée est passée de 60 % à 78 % en moins de dix ans et seules 8 % des entreprises n’avaient rien entrepris en matière de politique emploi/handicap en 2014 contre 29 % en 2006.

Pour autant, le taux de chômage des personnes handicapées reste très fort, deux fois celui du reste de la population, avec près de 500 000 demandeurs d’emploi.

Quatre grandes ambitions
L’Agefiph s’est donc fixé quatre grandes ambitions dans son nouveau plan stratégique adopté en février dernier. Il s’agit d’abord de mieux sécuriser les parcours. Ce qui devrait passer par une redéfinition de l’offre de services des Cap emploi avec notamment une prévention des risques de désinsertion professionnelle.

L’Agefiph souhaite aussi dépasser les questions statutaires liées à l’emploi – chômeur ou salarié – et cibler son action en matière de formation sur l’amont, les pré-requis.

Côté entreprises, elle ambitionne de les mobiliser ainsi que le monde économique, en renforçant son offre de services, notamment pour les TPE/PME. Mais aussi par la création d’un centre de ressources permettant d’expérimenter et de soutenir des travaux universitaires.

Une enquête sur le financement
La promotion de l’emploi des personnes handicapées ainsi qu’un positionnement qui la rendrait plus lisible et visible complètent les ambitions de ce nouveau plan stratégique. Mais comment le mettre en œuvre si les moyens ne suivent pas ? Les inspections générales des Affaires sociales (Igas) et des Finances (IGF) entament aujourd’hui une enquête sur le sujet du financement des fonds Agefiph et FIPHFP.

Et pour de premières mesures correctrices dans la loi de finances 2018, qui lui permettrait de fonctionner, l’Agefiph a demandé à rencontrer la nouvelle secrétaire d’État chargée du handicap, Sophie Cluzel, et entend élargir la discussion. Corinne Manoury

http://www.faire-face.fr/2017/05/24/agefiph-handicap-emploi/

Camille&Justine se demandent pourquoi... les tampons,femmes,sante,

24 Mai 2017, 19:04pm

Publié par hugo

Camille&Justine se demandent pourquoi... les tampons
Camille & Justine 
Camille & Justine
Abonné10 k
 Ajouter à   Partager  Plus
2 828 vues
 316  8
Ajoutée le 23 mai 2017
Suivez-nous sur facebook
https://www.facebook.com/camilleetjus...
Catégorie
Humour
Licence
Licence YouTube standard

https://www.youtube.com/watch?v=7fGCrONbSP0

moi aussi je lai vu le reportage , il fait ,un peu peur 

 

Le mot laissé au mémorial de l'Holocauste résume la différence entre Trump et Obama,politiques,respect,

24 Mai 2017, 18:52pm

Publié par hugo

Le mot laissé au mémorial de l'Holocauste résume la différence entre Trump et Obama
Le président américain s'est plié à la tradition. Mais à sa façon.
 23/05/2017 17:40 CEST | Actualisé 23/05/2017 17:49 CEST

Anthony Berthelier Journaliste, Le Huffington Post
INTERNATIONAL - Une comparaison peu flatteuse pour le président américain. Donald Trump a rendu hommage mardi 23 mai, au mémorial israélien de Yad Vashem à Jérusalem, aux six millions de Juifs tués par les nazis, parlant d'un acte indicible.

"Les mots ne pourront jamais décrire les profondeurs insondables de ce mal ni l'étendue de la douleur et de la dévastation. Ce sont les heures les plus sombres de l'Histoire", a déclaré le président américain après la cérémonie commémorative. Une allocution brève, marquée par une tonalité très solennelle et des mots lourds de sens.

Tellement incroyable, je n'oublierai jamais!"
Donald Trump au mémorial de l'Holocauste
Tout le contraire des quelques phrases qu'il a inscrites de sa main dans le livre d'or de Yad Vashem. Comme ses prédécesseurs et les illustres visiteurs du mémorial,le président américain s'est plié à la tradition... mais à la "mode Trump".

"C'est un grand honneur d'être ici avec tous mes amis. Tellement incroyable je n'oublierai jamais!", a-t-il écrit sur sa page blanche, comme s'il venait de sortir d'un parc d'attraction.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
 Suivre
 The Spectator Index @spectatorindex
IMAGE: Trump's and Obama's notes at Yad Vashem, Israel's official Holocaust memorial
14:39 - 23 May 2017
  857 857 Retweets   789 789 j'aime
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
En juillet 2008, Barack Obama avait également visité ce lieu historique. Et la teneur de son message était toute autre.

"Je suis reconnaissant à Yad Vashem et à tous les responsables de cette institution remarquable. À un moment de grand péril et de promesses, de guerre et de lutte, nous sommes bénis d'avoir un rappel si puissant du potentiel de l'homme pour faire le mal, mais aussi notre capacité à nous relever de la tragédie et à refaire notre monde. Laissez nos enfants venir ici et apprendre cette histoire, afin qu'ils puissent ajouter leur voix pour proclamer 'jamais plus'", avait-il notamment écrit sur le livre d'or.

Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter
 Suivre
 Israel Headline News @IsraelHeadlines
The huge contrast between Obama’s and Trump’s visits to Israel’s Holocaust memorial http://israelheadlinenews.com/the-huge-contrast-between-obamas-and-trumps-visits-to-israels-holocaust-memorial/ …
16:54 - 23 May 2017
  109 109 Retweets   51 51 j'aime
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Un contraste saisissant entre les deux responsables politiques, que les internautes n'ont pas manqué de souligner. Et de déplorer.

Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter
 Suivre
 Gabriel Farhi ✔ @ravgab
Donc pour Donald Trump, Yad Vashem (Memorial de l'Holocauste à Jérusalem) est "so amazing". No comment.
16:11 - 23 May 2017
  158 158 Retweets   92 92 j'aime
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
 Suivre
 pierre haski ✔ @pierrehaski
Le contraste entre le message creux de Trump au mémorial de l'Holocauste Yad Vashem avec celui qu'avait laissé Obama est saisissant. https://twitter.com/brianklaas/status/867001555735769088 …
17:05 - 23 May 2017 · Paris, France
  100 100 Retweets   62 62 j'aime
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
 Suivre
 Jérôme Vilain @F3Vilain
A gauche, le mot de Trump après avoir visité le mémorial de l'holocauste. A droite, celui d'Obama. Sensation que le 1er sort de chez Disney. https://twitter.com/ianbremmer/status/866994040205709315 …
15:29 - 23 May 2017
  11 11 Retweets   10 10 j'aime
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter
 Suivre
 Alexandra Jabbour @alexjabbour
Note de Trump après sa visite au Memorial Yad Vashem. Note inepte qui pourrait aussi convenir pour commenter un sejour à Disneyland #Sad!
17:10 - 23 May 2017
  24 24 Retweets   17 17 j'aime
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Lire aussi :

• Trump risque de froisser les Corses avec cette carte

• Cet ancien tweet de Trump sur l'Arabie Saoudite lui revient en pleine figure

• Pourquoi Trump a choisi l'Arabie saoudite pour son premier déplacement

• Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

• Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

• Retrouvez-nous sur notre page Facebook

 

PLUS: États-Unis  Barack Obama  Donald Trump  International
Envoyer une correction

http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/23/le-mot-laisse-au-memorial-de-lholocauste-resume-la-difference-e_a_22105593/

VOILA  MON AVIS SUR  TRUMP !!!!!!!!!!!!!!!!!!
VOILA  MON AVIS SUR  TRUMP !!!!!!!!!!!!!!!!!!

VOILA MON AVIS SUR TRUMP !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Péripéties de Philippe Croizon : livre à l'humour décapant,handicap,livres,

24 Mai 2017, 18:50pm

Publié par hugo

Péripéties de Philippe Croizon : livre à l'humour décapant

Résumé : Dans son livre, Pas de bras pas de chocolat, Philippe Croizon relève un nouveau défi : faire rire de son handicap. 255 pages qui vous mettent du baume au cœur et vous obligent à voir le handicap autrement. Sourire de tout, une jolie thérapie ! 

Par    Handicap.fr / Emmanuelle Dal'Secco, le 24-05-2017 
Réagissez à cet article !

Nouvelle corde à son arc pour Philippe Croizon. Après avoir survécu au pire, traversé la Manche à la nage, relié les 5 Continents, achevé un Dakar, il se délecte d'une nouvelle aventure : gagman ! Pour ceux qui le connaissent un peu, il est vrai que l'humour est depuis toujours son arme fatale. Mais de là à en faire un livre de 255 pages, il fallait oser et surtout avoir des choses à raconter. Pas de bras pas de chocolat, on peut rire de tout, co-écrit avec le journaliste Vincent Mongaillard (éditions de l'Opportun), sort en librairie le 24 mai 2017. Idéal pour exercer ses zygomatiques !

Morceaux choisis
« Pas de bras, pas de chocolat. Pas de pieds, sanction annulée ! »
(Réplique des parents (sympas) de Philippe Croizon.

« Non monsieur, il me faut une preuve écrite de votre invalidité »
(Lors d'un contrôle dans un TGV).

« Pour la traversée des 5 continents, j'emmène un valide. Parce que le requin quand il va voir un mec à moitié bouffé et un mec complet, j'espère qu'il va bouffer le mec complet. »
(Philippe Croizon dans On va s'gêner, sur Europe 1).

« Si ça se trouve, Philippe Croizon a acheté un truc tellement au-dessus de ses moyens que ça lui a coûté deux bras ! » (Tweet).

« Si Philippe Croizon s'aligne sur le Dakar, manquerait plus que Ribéry écrive des livres maintenant ! »
(Tweet).

Du pur Croizon
Après une électrocution qui l'a privé de ses quatre membres, Philippe a un peu pleuré, beaucoup douté et trouvé son salut dans l'humour. Dans ce livre, il a rassemblé ces bouffées de bonheur curatives qui l'ont empêché de sombrer. Du pur Croizon, anecdotes parfois brut de décoffrage, souvent intimes, mais qui offrent de jolis sourires. Le tout est agrémenté de gaffes vécues, de blagounettes 100% handicap et autres messages pertinents et décalés glanés sur les réseaux sociaux. Philippe Croizon rit de lui, beaucoup, du handicap, un peu. Confidences de celui qui a décidé d'aller là où ça fait mal mais toujours avec la banane...

Handicap.fr : Quelle drôle d'idée, ce livre ! Comment vous-est-elle venue ? 
Philippe Croizon : Ça faisait un bout de temps que j'en avais envie. Après plusieurs tentatives ratées auprès d'éditeurs, c'est finalement celui des éditions de l'Opportun qui m'a appelé, avec une commande ferme.

H.fr : La première impression de vos lecteurs ? 
PC : Je n'en ai pas encore beaucoup car le livre sort aujourd'hui mais tous ceux qui l'ont lu ont beaucoup rigolé. J'attends les retours…

H.fr : Votre livre est constellé de petites anecdotes glanées sur les réseaux sociaux ou de phrases choc dites par des humoristes. Vous les aviez toutes notées ?
PC : Non, c'est Le Parisien, à l'origine de l'édition de ce livre, qui possède un moteur de recherche ultra-puissant…

H.fr : Rire de votre handicap, particulièrement lourd, ce n'était pourtant pas gagné ! 
PC : Je peux me fendre la gueule car j'ai réussi ma life. Mais je peux aussi, parce que j'ai traversé cela, comprendre que ceux qui sont dans une phase de colère ne soient pas en mesure de porter ce regard parfois grinçant sur eux-mêmes. Quant aux bien-pensants qui nous pourrissent la vie, je m'en fous.

H.fr : Il vous a quand même fallu du temps pour arriver à rire de votre situation après un accident extrême.
PC : En fait, pas tant que cela. Je dirais trois mois, dès que je suis arrivé en centre de rééducation. Et même déjà avant, à l'hôpital, j'avais commencé à déconner dur. Le centre, c'est l'école de l'humour, noir forcement, l'endroit où tout est permis. Ce sarcasme qui te met des claques mais te ramène à la vie. Les anciens sont là pour te montrer le chemin à suivre en termes de conneries. Même si tu n'aimes pas ma vanne, je la tente. Du pur et dur mais qui fait du bien ; un super outil de résilience.

H.fr : C'est un peu ce qu'on ressent dans le film Patients de Grand Corps malade (article en lien ci-dessous). Vous l'avez-vu ? 
PC : Oui, et c'est exactement cela ! La dépression, la colère, le suicide mais aussi les vannes, les copains… Il est bien plus réaliste qu'Intouchables.

H.fr : Lors de vos conférences, notamment en entreprises, vous avez toujours privilégié l'humour. 
PC : Oui, dès le début. Et il valait mieux. Juste après mon premier livre J'ai décidé de vivre, je n'étais pas vraiment connu. Alors, lorsque j'arrivais sur scène, je voyais les salariés en panique : « Oh le mec ! Merci patron ! ». Donc le but c'était de les faire rire tout de suite, pendant trente secondes. Après, ils étaient chauds pour la suite : « Voilà, vous avez oublié que je suis une personne handicapée. Vous avez rencontré Philippe. » Lors de mes interventions, il y a mille messages qui passent, et chacun se reconnait forcément à un moment donné. Parfois les gens pleurent alors je les ramène à la vie par l'humour.

H.fr : Vous avez même fait Bercy devant 10 000 personnes (vidéo en lien ci-dessous). Jamais le trac ? 
PC : Oui, lors d'une grande convention. Une heure seul sur scène. J'ai fait le show et les ai tous mis debout. Alors, non, je n'ai jamais le trac. La scène, c'est ma came. J'adore partager. Parfois, je craque aussi, je ris, je pleure, j'essaye de gérer mes émotions. Je suis un hypersensible, et c'est le rire qui permet cette communion.

H.fr : Est-ce que votre humour vous a déjà joué des tours, notamment avec des personnes handicapées ? 
PC : Non, jamais jusqu'à maintenant. Les personnes handicapées ont en général cette même distanciation, un humour souvent décapant ! D'une certaine façon, ça veut dire que tu n'es pas handicapé.

H.fr : Parce que vous ne reculez devant aucun défi, pourquoi pas un jour un one-man-show ? 
PC : J'y pense très fort. J'ai d'ailleurs déjà quelques propositions ; ce ne serait pas vraiment un one-man-show, ni 100% comédie car je veux garder la trame de mes conférences avec l'envie, aussi, de faire passer des émotions. Il faut que les gens ressortent en se disant : « Je me suis bien marré mais j'ai aussi appris quelque chose ». J'ai déjà réalisé une vidéo d'une heure trente sur mon histoire. Ma vie assez insolite offre toute la matière pour un spectacle. J'aimerais faire carrière dans ce domaine, partir en tournée. À suivre…

Pas de bras, pas de chocolat ! On peut rire de tout
Philippe Croizon avec Vincent Mongaillard
Les Éditions de l'Opportun
Parution le 24 mai 2017 - 256 pages - 12 €


Voir la vidéo Pas de bras pas de chocolat

Partager sur :    Google Bookmarks LinkedIn Twitter Facebook
Réagissez à cet article !     

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :
Sur Handicap.fr
Fiche librairie " Pas de bras, pas de chocolat "
Grand Corps Malade se dévoile au cinéma dans "Patients"
Philippe Croizon : "Le Dakar, c'était juste surhumain !"

https://informations.handicap.fr/art-pas-de-bras-croizon-989-9897.php

Les réserves de l'Agefiph seront épuisées fin 2017,economie,handicap,

24 Mai 2017, 18:08pm

Publié par hugo

Les réserves de l'Agefiph seront épuisées fin 2017

Résumé : Fin 2017, les réserves du fonds pour l'emploi des personnes handicapées dans le privé seront épuisées. Un autre modèle est à penser. L'Etat lance une enquête pour assurer sa pérennité. Pourquoi pas une contribution de toutes les entreprises ? 

Par    Handicap.fr / Emmanuelle Dal'Secco, le 23-05-2017 
Réagissez à cet article !

Ce n'est pas faute de s'alarmer depuis des lustres… Les réserves financières de l'Agefiph (Fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées dans le secteur privé) continuent de s'amenuiser et seront épuisées à la fin 2017, a affirmé le 23 mai 2017 Didier Eyssartier, son directeur général, à l'occasion d'une conférence de presse. L'effet ciseau -stagnation des ressources et hausse des interventions en faveur des travailleurs handicapés- est un casse-tête qui oblige à remanier le système en profondeur. Mais jamais la menace n'avait été formulée de manière aussi précise…

Collecte versus dépenses
En 2016, l'Agefiph a collecté 404,5 millions d'euros (+0,7%) de contributions (ou pénalités) versées par les entreprises d'au moins 20 salariés qui ne respectent pas l'obligation légale d'employer au moins 6% de travailleurs handicapés. Dans le même temps, elle a engagé 450,2 millions d'euros (-4,6%) pour financer des actions d'insertion dans l'emploi et pour son budget de fonctionnement. Et ce n'est pas la très légère hausse des contributions en 2016 de 0.7 % (soit environ 2 millions d'euros), expliquée en partie par la reprise économique et donc la recrudescence de créations d'entreprises qui ne se sont pas encore engagées dans la démarche, qui va tirer le Fonds de ce mauvais pas. « La collecte ne va pas progresser », affirme Anne Baltazar, présidente de l'Agefiph. Or « notre prévision est qu'à la fin de cette année (...), nos réserves nous permettront juste d'avoir le niveau minimal » pour assurer environ « trois mois de fonctionnement », a complété M. Eyssartier. Il est vrai que ces réserves ont été généreusement ponctionnées à trois reprises par l'Etat pour financer les contrats aidés : 29 millions d'euros en 2015, 2016 puis 2017 (article en lien ci-dessous). Ponctions qui sont venues s'ajouter à la saisie de 50 millions opérée par le gouvernement de Nicolas Sarkozy en 2008.

Recherche de solutions en cours
Selon Anne Baltazar, le « sujet est sur la table ». Avec le Fiphfp (son équivalent pour la fonction publique), qui partage la même problématique, le Fonds a demandé une audience à la nouvelle secrétaire d'Etat en charge du handicap, Sophie Cluzel. Le précédent gouvernement avait prévu d'engager une réflexion sur le modèle de financement des deux fonds. Selon Mme Baltazar,  « des mesures correctrices » ont été envisagées avant la présidentielle dans le projet de loi de finances 2018 « pour que les deux fonds puissent fonctionner en 2018. Ce qui n'évite pas une discussion de plus grande ampleur ». Lorsqu'on lui demande si une contribution portant sur toutes les entreprises (et pas seulement celles de 20 employés et plus) est envisageable, la présidente répond qu'il ne faut pas « exclure de réfléchir à de nouveaux modèles, en mobilisant d'autres acteurs ».

Les inspections générales des affaires sociales (Igas) et des finances (IGF) viennent de démarrer une enquête conjointe sur le sujet qui devrait livrer ses conclusions à la fin de l'été. Il restera alors moins de quatre mois pour agir…

© Romolo Tavani/Fotolia

Partager sur :    Google Bookmarks LinkedIn Twitter Facebook
Réagissez à cet article !     

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :
Sur Handicap.fr
FIPHFP et Agefiph : chronique... d'un sauvetage possible
Agefiph, le montant des aides diminue mais pas de panique !
58 millions de ponctions pour financer les contrats aidés
 
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Article précédent

Commentaires
Réagissez à cet article

https://emploi.handicap.fr/art-emploi-agefiph-formation-1029-9888.php

Taïwan, ENFIN une décision historique en faveur du mariage pour tous,egalite,homosexualite

24 Mai 2017, 17:51pm

Publié par hugo

Taïwan, ENFIN une décision historique en faveur du mariage pour tous
par Natacha Couvillers
aujourd'hui à 14:38
137 partages  
L'île taïwanaise est en passe de vivre une petite révolution. La Cour constitutionnelle s'est prononcée en faveur du mariage gay. Le pays deviendrait alors le premier pays d’Asie à ouvrir la voie.

Mercredi 24 mai, la justice taïwanaise a rendu un jugement en faveur du mariage gay. L’arrêt en question - sur lequel au moins 10 juges ont dû s’accorder - ouvre la voie à la légalisation du mariage pour tous.
C’est la Cour constitutionnelle qui a (enfin) jugé que le code civil ne plaçait pas ses citoyens sur un pied d’égalité concernant le mariage. Une déclaration historique pour le pays. Et la nouvelle présidente Tsai Ing-wen, au pouvoir depuis mai 2016, y est certainement pour quelque chose puisqu’elle s’est clairement affichée pour le mariage pour tous.

En Taiwan, le contrat de mariage ne pouvait avoir lieu qu’entre un homme et une femme. La Cour constitutionnelle a donc estimé que le texte “violait” la Constitution garantissant la liberté de mariage et l'égalité entre les citoyens.

Si cette déclaration est un premier pas vers la légalisation du mariage pour les couples homosexuels, dans les faits, la haute juridiction a donné deux ans au gouvernement pour qu’il prenne une mesure arrêtée sur cette question.

Le climat est de bonne augure donc, et Taiwan deviendrait alors le premier pays d'Asie à légaliser le mariage pour les couples homosexuels. Une avancée historique qui aura sûrement des conséquences sur les autres pays du continent.

Le Parisien a relayé le témoignage d’un militant pour la légalisation du mariage homosexuel, Chi Cia-wei, 59 ans qui se bat pour cette cause depuis de nombreuses années : "Je me sens certain à 100% d'obtenir une issue positive. Je suis optimiste mais ma joie ne sera pas excessive. Cela aurait dû se produire il y a bien longtemps". Cela fait depuis 1986 que Chi Cia-wei milite pour la reconnaissance du mariage gay.

A lire aussi : En Indonésie, deux hommes condamnés à recevoir 85 coup de fouet pour homosexualité

​​​Pour suivre l'actu, abonnez-vous à la newsletter buzz

par Natacha Couvillers
137 partages

http://www.aufeminin.com/news-societe/taiwan-mariage-gay-decret-decision-justice-mariage-pour-tous-s2257242.html

Quand l’imprimante 3D se met au service des femmes stériles,femmes,sante,

24 Mai 2017, 17:49pm

Publié par hugo

Quand l’imprimante 3D se met au service des femmes stériles
par Anais Moine
aujourd'hui à 10:37
87 partages  
L’imprimante 3D est définitivement un outil surprenant. Mardi 16 mai, la revue Nature communications indiquait ainsi qu’une souris dont les ovaires avaient été préalablement conçus par impression 3D, avait donné naissance à des souriceaux. Une première scientifique qui pourrait bien un jour aider des femmes stériles à concevoir un enfant.

L’impression tridimensionnelle ne cesse de repousser les limites auxquelles l’Homme s’était résolu. Ainsi, si en mars dernier, une entreprise russe affirmait avoir construit une maison de 40m2 en moins de 24 heures grâce à une imprimante 3D c’est désormais la science qui s’intéresse à ce nouveau procédé qui risque bien de révolutionner les soins hospitaliers.

Mardi 16 mai, Nature Communications a fait part du travail incroyable des chercheurs de la Northwestern University. En effet ces derniers ont implanté des ovaires imprimés en trois dimensions à une souris stérile qui a par la suite, donné naissance à des souriceaux en bonne santé.

Pourvue d’ovaires, qui lui faisaient jusque-là défaut, la souris a pu ovuler, être fécondée et mener à terme sa grossesse. The Verge précise que le plus compliqué a été de trouver une matière organique pour que cette dernière ne soit pas rejetée par le corps tout en étant assez solide pour ne pas se détruire. Les chercheurs auraient alors utilisé une sorte de gélatine de collagène.

Si cette grossesse est source d’espoir pour toutes les femmes souffrant de problèmes de fertilité ou de stérilité, le procédé employé n’est malheureusement pas applicable à l’Homme pour le moment. En effet, le corps humain est bien plus complexe que celui de la souris du fait de sa taille et de nombreuses questions restent encore en suspens quant à la manière dont ce dernier réagirait à une telle implantation. Pourtant, les chercheurs de la Northwestern University en sont certains, ce n’est qu’une question de temps avant que l’imprimante 3D ne se mette au service de la médecine régénérative. En plus de permettre à des femmes stériles de tomber enceinte, les "ovaires imprimés" pourraient également être utilisées pour déclencher la puberté chez les enfants ayant eu un cancer avant d'atteindre cette période. En effet l’ovaire, étant à l’origine de la production des hormones sexuelles, permettrait une approche plus naturelle que le traitement qui leur est aujourd’hui prescrit.

A lire aussi : Une future maman aveugle découvre son bébé grâce à une échographie en 3D

Pour suivre l'actu, abonnez-vous à la newsletter buzz

par Anais Moine
87 partages

http://www.aufeminin.com/news-societe/imprimante-3d-ovaires-souris-sterilite-infertilite-impression-tridimensionnelle-souriceaux-science-nature-medecine-regenerative-s2255973.html